Dossier

Voitures électriques : enfin pour tous ?

Depuis des années, on nous assure que la voiture électrique, accessible au plus grand nombre, c'est pour bientôt. Mais force est de reconnaître que, jusqu'à présent, peu d'automobilistes se sont laissés séduire. Et si 2020 marquait, enfin, le vrai début de cette révolution ?

Sommaire du dossier

3. Des infrastructures encore insuffisantes

Des infrastructures encore insuffisantes©D.R.

publié le 29 juillet

A en croire les automobilistes, les trois principaux freins à l'achat d'une voiture électrique serait le tarif, le temps de recharge et le manque d'infrastructures permettant cette dernière opération. L'arrivé des modèles plus abordables cités précédemment devrait rapidement venir à bout du premier obstacle. D'autant que tant que le bonus écologique de 6 000 € sera maintenu, les voitures électriques s'affichent à des prix finaux proches de ceux des versions thermiques. En tenant compte des moindres frais liés à l'énergie, à l'entretien, mais aussi, dans certains cas, à l'assurance, l'amortissement d'un modèle électrique n'a plus rien d'utopique. De quoi convaincre largement au-delà du cercle, forcément restreint, des écolos-convaincus.

A lire aussi

Pour venir à bout des temps de recharge à rallonge, il faudra, en revanche, prendre son mal en patience. Les choses se sont pourtant largement améliorées au fil des années. Avec l'avènement des bornes de recharges, qu'elles soient individuelles ou collectives, la plupart des modèles « font le plein » en 3 à 4 heures là où une prise standard exige 10 à 12 h... voire plus d'une journée dans le cas de batteries de très forte capacité comme celles qu'utilise Tesla. Dans l'espace public (villes, stations-services...), il est également de moins en moins rare de trouver des bornes de recharge à haute puissance. Celles-ci permettent de redonner 300 à 500 km d'autonomie en 25 minutes. Mais attention, tous les modèles ne sont pas compatibles avec ces bornes de dernière génération. Les mieux lotis en la matière restent les propriétaires de Tesla puisque le constructeur a installé son propre réseau de charge, les Superchargeurs, réservé aux possesseurs de voitures de la marque. Accessibles gratuitement ou contre paiement en fonction du modèle possédé et de sa date d'achat, les Superchargeurs permettent de retrouver 120 km d'autonomie en 5 minutes, et de faire passer le niveau de charge de 20% à 80 % en un quart d'heure. Par ailleurs, des ingénieurs travaillent aujourd'hui à de nouvelles générations de batteries, dont on peut espérer qu'elles se démocratiseront à l'horizon 2025-2030, qui permettront 1 000 km d'autonomie et pourront se charger en quelques minutes. Si ces technologies tiennent leurs promesses, les temps imposés pour la recharge ne seront pas plus long que ceux nécessaires aujourd'hui pour faire le plein de sans-plomb ou de gasoil.

Avant d'en arriver là, il faudra toutefois que le nombre de points de recharge augmente considérablement. Car si les possesseurs de pavillon peuvent facilement faire installer une borne chez eux, c'est beaucoup plus compliqué pour ceux qui vivent en logement collectif, voire carrément impossible s'ils ne possèdent pas de place de parking. Et c'est le cas de la majorité des urbains, alors que la voiture électrique se justifie encore plus pour eux que pour les ruraux. A ce jour, plus de 25 000 points de recharge publics sont installés en France. Un chiffre qui devrait passer à 45 000 d'ici à la fin de l'année 2020. Même si ce déploiement parait conséquent, il risque toutefois d'être insuffisant si les ventes de voitures électriques augmentent autant que ce qu'espèrent les acteurs de ce marché. Et l'objectif fixé par le Gouvernement (100 000 bornes en 2022) parait difficilement atteignable.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.