Dossier

Voiture électrique : est-elle faite pour vous ?

Vendue comme LA solution absolue aux problèmes de pollution automobile, la voiture 100% électrique grignote, année après année, des parts sur les principaux marché mondiaux. A-t-elle pour autant vocation à devenir, dans un avenir proche, la voiture de tout-le-monde ?

Sommaire du dossier

3. Des défauts qui persistent

Des défauts qui persistent©D.R.

publié le 26 mai

L'offre est encore restreinte. Seule une trentaine de modèles 100% électriques est disponible sur le marché hexagonal. Parmi eux, point de coupé ni de cabriolet, et peu de véhicules affichés à moins de 30 000 €, même en déduisant le bonus écologique. Mais le développement de cette offre va s'accélérer de manière à ce que chacun puisse avoir un choix important au sein de chacune des catégories du marché.

A lire aussi

Payer son « plein » est un casse-tête. Alors qu'acheter du sans-plomb ou du gasoil n'importe où en France, voire dans le monde, ne requiert qu'une carte bleue, quasiment chaque réseau de bornes électriques possède son propre sésame. Avant d'entamer un long périple, il convient donc d'anticiper afin de se procurer les badges nécessaires.

Plus question de faire travailler le petit garage du coin. Pour le moment, seule une part minime des mécaniciens ont reçu les formations nécessaires pour intervenir sur une voiture électrique. Et presque tous ceux qui ont été formés travaillent chez les concessionnaires des marques vendant de telles autos. Certaines interventions seront donc plus chères que chez un garagiste indépendant ou dans un centre-auto.

Un carburant propre à la production « sale ». Si la pollution à l'usage d'une électrique est nulle, ce n'est pas forcément le cas de son carburant. En effet, si la France produit la quasi-totalité de son électricité à partir du nucléaire ou de sources renouvelables, ce n'est pas le cas de nombreux pays. On pense à la Chine, bien sûr, mais, plus près de nous, l'Allemagne a encore largement recours aux centrales à charbon.

Elle est trop silencieuse. En ville, c'est un vrai problème de sécurité. En effet, nombre de piétons imprudents se font renverser par ces voitures « qu'ils n'ont pas entendu arriver ». Certes, le problème n'est pas directement imputable à la voiture mais il est à souhaiter que, avec l'agrandissement du parc, les piétons soient plus vigilants.

Elles sont moches. Si les goûts et les couleurs ne se discutent pas, la plupart des voitures électriques font la quasi-unanimité contre elles lorsque l'on parle d'esthétique. Sur les modèles les plus compacts, le dessin est guidé par la nécessité d'intégrer les batteries dans le plancher, et donc de concevoir une voiture « haute », telle la Renault Zoé. Certains constructeurs, comme Audi avec l'e-tron et Mercedes avec l'EQC, font délibérément le choix d'une esthétique « différenciante », comprenez qui ne plaira pas à tout le monde. Mais, là aussi, les choses changent comme le démontre Peugeot dont les versions thermiques et électriques des 208 et 2008 sont strictement identiques sur le plan visuel.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.