Dossier

Malus écologique 2020 : un pas en avant, un pas en arrière

Dans son projet de Loi de finances pour l'année prochaine, le Gouvernement a inclus ses propositions concernant le malus écologique. Fait inédit, deux barèmes sont prévus, à cause de l'entrée en vigueur des nouvelles mesures d'homologation suivant le cycle WLTP.

Sommaire du dossier

3. 1er juin 2020 : on relâche un peu la pression

1er juin 2020 : on relâche un peu la pression©D.R.

publié le 28 octobre

C'est une triple première dans l'histoire du bonus/malus écologique. La première fois qu'une année verra deux barèmes différents, la première fois que seront pris en compte les rejets établis selon la norme WLTP et la première fois qu'un nouveau barème se montrera moins sévère que celui qui l'a précédé. Dis comme cela, cela s'apparente à un cadeau fiscal, ce qui n'est pas vraiment la norme lorsqu'on parle d'automobile. Et pourtant...

A lire aussi

Depuis plus d'une année, certaines voix réclamaient un assouplissement du barème du malus écologique lorsque celui-ci se baserait, non plus sur la norme NEDC comme aujourd'hui, mais sur le nouveau protocole WLTP, bien plus proche des conditions réelles d'utilisation et donc bien plus sévère. Par exemple, une Mercedes A 200 est homologuée pour 121 g/km de CO2 selon NEDC et 135 g/km selon WLTP. Si le barème du 1er janvier 2020 était appliqué sur cette seconde donnée, cette berline verrait ainsi son malus passer à 1 276 euros contre 280 euros au 1er semestre.

Le Gouvernement, suivi par les Députés, a donc décidé que ce barème 2020 bis n'appliquerait un malus que sur les autos rejetant plus de 137 g/km de CO2. Ainsi, selon nos dirigeants, le passage de NEDC à WLTP se traduirait par une hausse de 25% des émissions de gaz à effet de serre homologués. Si tous les constructeurs n'ont pas encore publié leurs données WLTP, l'observation de celle déjà rendues publiques permet toutefois de constater que l'augmentation moyenne se situe entre 5% et 15%. Ainsi, si nous reprenons l'exemple de notre Mercedes A 200, on s'aperçoit que, du 1er janvier au 31 mai prochains, elle sera taxée à hauteur de 280 euros (121 g/km de CO2 selon le cycle NEDC) mais sera exemptée de malus à compter du 1er juin (135 g/km de CO2 selon le cycle WLTP).

Et les exemples du même gente seront légion, pour ne pas dire la norme. La conclusion ? Pour acheter une voiture neuve émettant 110 g/km de CO2 ou plus, il vaudra mieux patienter jusqu'au 1er juin prochain.

Une conclusion à laquelle devrait parvenir nombre d'acheteurs. Pour savoir si cela vaut le coup d'attendre avant de passer commande, une seule solution : demander à votre vendeur qu'il vous fournisse les deux données (NEDC et WLTP) et comparer les malus respectifs auxquels elles vous exposent. Une comparaison qui inquiète déjà largement les réseaux. En effet, la plupart d'entre eux s'attendent à une très nette baisse des prises d'ordres durant les 5 premiers mois de l'année.

Sommaire du dossier

Vos réactions doivent respecter nos CGU.