Smartphone au volant : la reconnaissance vocale et le mains-libres encore trop peu utilisés

Smartphone au volant : la reconnaissance vocale et le mains-libres encore trop peu utilisés
Smartphone au volant : la reconnaissance vocale et le mains-libres encore trop peu utilisés
A lire aussi

publié le 5 mars

Encore une étude sur les dérives du smartphone au volant ? Oui, mais... Les travaux réalisés par l'IFSTTAR (Institut Français des Sciences et Technologies, des transports, de l'aménagement et des réseaux) et la Fondation MAIF visent surtout à pointer la méconnaissance que semblent avoir les conducteurs de solutions privilégiant une plus grande sécurité.

Ainsi, cette étude réalisée en ligne auprès de plus de 2800 conducteurs, nous apprend que 4 conducteurs sur 10 utilisent leur smartphone au volant et que, parmi eux, tout en conduisant, 70 % lisent ou écrivent des SMS, 20 % prennent des photos ou un selfie, ou encore que 17 % échangent sur les réseaux sociaux.

Sans surprise, près de 60 % de ces conducteurs qui utilisent leur téléphone en roulant se sont déjà faits peur.

La plupart des autres études s'arrêtent là. Pas celle de l'IFSTTAR et de la Fondation MAIF qui a cherché à aller plus loin.

Ainsi, on apprend que 22 % des conducteurs et plus de la moitié des utilisateurs (58 %) ont recours, au moins de temps en temps, à des commandes vocales. Seuls 21 % des conducteurs qui envoient des SMS utilisent de préférence la commande vocale lorsqu'ils sont au volant. Autre surprise : seulement 60 % des conducteurs qui utilisent un Kit mains-libres le font de façon quasi systématique.

Ce décalage est étonnant, alors que tous les constructeurs mettent l'accent justement sur les systèmes qui équipent déjà des millions de voitures et qui évitent de manipuler le téléphone en roulant.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU