Les appareils communautaires bientôt interdits ?

Les appareils communautaires bientôt interdits ?
Les appareils communautaires bientôt interdits ?
A lire aussi

publié le 8 juin

Dans le cadre de la LOM (Loi d'Orientation sur les Mobilités), la majorité parlementaire soutient un amendement qui permettrait aux forces de l'ordre d'obliger les applications GPS à ne plus signaler les barrages de police.

Des acteurs comme Coyote et Waze ne pourraient plus signaler "les opérations destinées à dépister la conduite sous l'influence de l'alcool ou de produits stupéfiants, ainsi que pour vérifier que les conducteurs ou passagers des véhicules ne font pas l'objet de recherches pour des actes de terrorisme, des crimes ou délits".

L'association 40 Millions d'automobilistes s'étonne de cet amendement. Cette proposition avait disparu du projet de loi initial, présenté en novembre dernier en Conseil des Ministres. La Sécurité Routière, qui a inspiré cette mesure, est donc suspectée de vouloir passer en force.

Il faut se souvenir que cette administration avait tenté, à la demande des associations de victimes, d'interdire les applications communautaires comme Coyote. C'était en 2011. Depuis ce temps là, ces outils communicants ne signalent plus les radars, mais des zones à risques.

40 Millions dénonce une dérive qui pourrait conduire à terme à interdire ce genre d'appareils. Or, elle souligne leur utilité. Ces applications aident à respecter la bonne vitesse et permettent également de remonter des informations sur des points noirs (accidents, bouchons).

L'amendement contesté sera soumis au vote la semaine prochaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.