La 5G devient un enjeu national

La 5G devient un enjeu national
La 5G devient un enjeu national
A lire aussi

publié le 21 juillet

Désormais considéré comme un « enjeu stratégique » industriel, avec des applications qui concernent le véhicule connecté (et à terme autonome), le déploiement de la 5G va s'inscrire dans un plan national.

Sous les auspices de Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État chargé du Numérique, Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, et Sébastien Soriano, président de l'Arcep, ont présenté récemment la feuille de route de la 5G pour la France.

L'Etat a fixé un calendrier précis avec deux échéances principales, les années 2020 et 2025.

Dans l'immédiat, il s'agit de « lancer plusieurs pilotes 5G sur une variété de territoires et accueillir des premières mondiales d'application de la 5G dans les domaines industriels ».

Le gouvernement souhaite ensuite un élan de concentration sur les axes de transport, considérant que les principaux d'entre eux doivent être couverts en 2025.

Des expérimentations sont d'ores et déjà en cours - ou prévues - à Belfort, Bordeaux, Douai, Grenoble, Lannion, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Toulouse et Sophia-Antipolis. Elles vont s'enrichir de nouvelles expérimentations à travers l'Ile-de-France, incluant notamment trois cas d'usages sur le véhicule connecté.

La 5G est en effet considérée comme une technologie phare dans l'automobile, en raison de son faible temps de latence. Elle offre des possibilités accrues de pilotage à distance ou de transmission de données pour le véhicule connecté et autonome.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU