Zeway, le scooter électrique à recharge immédiate

Chargement en cours
Zeway station d'échange
Zeway station d'échange
1/2
© motoservices.com

publié le 25 mai

Le principe avait déjà été présenté par Kymco voilà presque 2 ans, avec le concept Ionex développé pour les flottes pro, mais qui devait aussi se décliner pour les particuliers. Mais depuis, on attend toujours les scooters taïwanais en Europe, même dans leur simple diffusion classique Nice 100 ev et New Like 110 EV. Chez Kymco, on ne parle plus que du I-One X EV pour lEurope qui ne reprend pas ce système d'échange de batterie.

Zeway adopte un principe identique avec une batterie interchangeable dans un distributeur installé dans la ville, nous en avions déjà eu vent à l'automne dernier (voir l'article). Les deux fondateurs, Amaury Korniloff et Stéphanie Gosset, sont issus de la transition énergétique et plus particulièrement dans le solaire en ayant créés solairedirect. Avec ce nouveau projet, dans la mobilité cette fois, ils entendent répondre aux freins du développement des engins électriques en ville : le temps de charge et l'autonomie, mais aussi le constat que les bornes de recharge disponibles sont sans client.

Investissement de 15 Millions EUR La solution est donc de proposer des stations où l'on fait l'échange de sa batterie vide en une minute. C'est très facile sur un scooter. On ouvre la selle, on sort la batterie vide, on fait l'échange, on remet la nouvelle et c'est reparti ! Un réseau de 40 stations d'échange sera installé dans Paris et première couronne dès le lancement prévu pour septembre 2020.

Ce développement se fait avec une levée de fonds de 15 millions d'euros à l'occasion du premier tour de table où sont rentrés Demeter, via le Fonds de Modernisation Ecologique des Transports (FMET), Allianz France, via son fonds InnovAllianz, et le fonds WaterStart Capital, aux cotés des fondateurs et premiers business angels. C'est une première étape avec l'implantation sur Paris, mais la société a pour ambition de s'installer dans d'autres villes françaises. 

Formule tout compris 130EUR/mois Cette offre se fait via une location en LLD sur 36 mois à un tarif 130EUR/mois comprenant le scooter Swapper, mais aussi l'assurance, la maintenance et la recharge illimitée. Le client est propriétaire du scooter, l'opérateur est, lui, propriétaire des batteries et des stations d'échange.

Les stations d'échange seront implantées dans de banques du réseau BNP-Paribas au niveau des sas d'entrée (distributeur billet), de magasins grandes distribution, de stations de lavages ou services. Le principe est d'avoir un maillage permettant d'en trouver une à moins de 2 km.

Les scooters sont issus d'une production chinoise reprenant un style classique. Le Swapper One intègre un contrôleur connecté produit en europe, un moteur Bosch 72 volts en deux puissances (3 et 5 Kw) pour donner deux catégories équivalent thermique 50 et 125.

Le modèle EQ 125 est doté de deux batteries afin de lui assurer la même autonomie de 60 km, mais aussi permettre de meilleures performances. La batterie lithium-ion à modules coréens affiche une capacité de 22 Ah pour un poids de 10 kg, la limite pour permettre une manipulation par toute la clientèle féminine. Pour mémoire le concept chez Kymco était limité à 5 kg, donc avec une capacité moindre (13Ah).

2400 scooters pour 40 stations d'échange Le scooter sera donc vendu directement sur le site avec des essais possibles dans le showroom installé à Paris, rue bleue (9e). Le suivi du scooter se fait via une application qui gère l'entretien (1 fois/an) confié à un réseau déjà établi sur Paris. 

Ce serait Doc-Biker qui avait déjà en charge la maintenance de Coup, des scooters électriques qui étaient eux en libre-service à Paris, mais aussi à Berlin, Madrid. Coup était une filiale de Bosch qui a cessé son activité dans toutes les villes en novembre, et a été rachetée par l'opérateur Tier Mobility (trottinettes) en février. Elle va réimplanter son service à Berlin dans un premier temps (juin), puis certainement à Paris à l'automne. Mais c'est une offre différente de Zeway.

Les stations sont géolocalisées sur l'appli qui fourni également une alerte sur le niveau de charge, l'entretien ou le déplacement du scooter (vol). Chaque station d'échange comporte 7 batteries pour une charge de 3 heures qui préserve sa durée de vie. Ainsi, on peut atteindre 800 cycles au lieu de 500 avec des recharges trop rapides. De plus la batterie n'étant pas liée à un seul scooter, elle n'a pas le même pilote et les mêmes contraintes d'utilisation ce qui est également un facteur bonifiant.

Amaury Korniloff prévoit d'associer 60 scooters par station d'échange ce qui permet, avec 40 stations, d'implanter 2400 scooters à Paris dans cette première phase qui sera lancer en septembre.

Rendez-vous maintenant en juin pour l'expérimentation réelle et les premiers tests de Zeway. Nous allons suivre cela de près...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.