Yamaha Aerox et Neo's 50 4T 2018 : les rescapés d'Euro4

Chargement en cours
Yamaha Aerox 4 2018
Yamaha Aerox 4 2018
1/9
© motoservices.com

publié le 1 mars

Fin 2017, c'est-à-dire il y a quelques semaines seulement, la gamme scooters 50 Yamaha comptabilisait encore sept modèles dont certains ont traversé plusieurs générations et largement participé au succès de la marque auprès des jeunes. Aujourd'hui, seuls deux modèles restent au catalogue.

Flashback, nous sommes en 1989 et le Yamaha BW'S débarque en France. Dès son lancement, l'engouement est total et la nouvelle idole des jeunes riders fait immédiatement fureur. Quelques années plus tard, la déclinaison Spy (Next Generation chez MBK) fait son apparition en 1995, puis suivront le Bump en 1997, ainsi que les modèles 12 pouces et naked. La dernière tentative en date pour sauver le BW'S aura été l'édition du BW'S Easy en 2013, une version low-cost le privant du démarreur électrique ainsi que de son disque de frein avant pour grappiller quelques euros sur la note.

L'Aerox et le Neo's, deux références incontournables L'histoire des scooters 50 Yamaha aura également été rythmée par les tours de roues de l'Aerox sorti en 1998. Un sportif high tech au moteur refroidi par eau et pourvu d'un double disque de frein, une sacrée avancée technique pour l'époque ! Et comment revenir sur les scooters stars de Yamaha sans évoquer le Slider qui à son tour a créé la ferveur en 2004, surfant sur la mode de la pratique du stunt sur deux roues. Bien entendu, Yamaha a sorti de nombreux autres modèles, dont quelques-uns au succès mitigé comme le Bump, le Jog-R ou bien encore le très étrange Giggle. En revanche, l'on peut à la fois compter dans le camp des vainqueurs le Neo's, dont l'apparition remonte à 1999, avec une refonte totale en 2006. 

Alors que la disparition de la marque MBK est actée depuis fin 2017, le groupe Yamaha confirme donc le relâchement des efforts sur sa gamme scooters 50 qui se résume donc aujourd'hui à deux modèles que sont l'Aerox et le Neo's. Deux scooters vedettes dont nous validons le choix, au détail près qu'ils sont équipés de motorisations 4T Euro4 dont les jeunes pilotes ne sont pas tout à fait friands... Il faudra faire avec, le Japonais n'ayant pas misé sur le développement de moteurs 50 2T Euro4 (contrairement à Aprilia, Piaggio, Gilera). 

En attendant un éventuel renouveau du 50 mais en équivalent électrique, ce qui semble être la voie envisagée par Yamaha pour occuper les chaînes de montage libres de l'usine MBK Industries, et peut-être pour faire renaître MBK (ou Motobécane ?) de ses cendres.

Pour toutes les infos sur les modèles, voir nos fiches guide en lien ci-dessous : 

Fiche technique Yamaha Aerox 4 2018 (3099 €, + 100 € vs 2017)

Fiche technique Yamaha Neo's 4 2018 (2599 €, + 50 € vs 2017)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.