Triumph Speed Triple 1200 RS 2021 : un grand bond en avant !

Chargement en cours
Triumph Speed Triple 1200 RS 2021
Triumph Speed Triple 1200 RS 2021
1/10
© motoservices.com

, publié le 9 mars

Avec la refonte du célèbre Speed Triple, Hinckley annonce tout bonnement « la révolution du trois-cylindre ». Un nouvel effet de communication ? Pas vraiment, car cette année les Anglais ont bel et bien frappé un grand coup en proposant une Speed Euro 5 de 180 chevaux à 10 750 tr/min, capable de développer 125 Nm de couple maxi à 9 000 tours. Le tout dans une machine dont le poids est contenu à 198 kg avec les pleins. On leur pardonnerait presque le Brexit !

Hooligan, le retour ! Pour parvenir à ces performances, on trouverait des bouts de Moto2 dans ce gros roadster aux trois pattes de 1160 cm3, un tout nouveau bloc plus léger de 7 kg et dont les côtes n'ont plus rien à voir avec l'ancien 1050 : l'alésage est passé de 79 mm à 90 m, alors que la course des trois pistons est moins longue, passant de 71,4 mm à 60,8 mm aujourd'hui. Avec un rupteur placé à 11500 tours, ce bloc prend 650 tours de plus que l'ancien. De plus, et c'est là qu'entre jeu l'implication du constructeur dans le championnat Moto2, il afficherait plus de compression et 12% d'inertie en moins. Il serait également plus endurant et bénéficierait d'un meilleur système de refroidissement (travail au niveau des conduits agrandis et du volume de la boite, entre autres).

Triumph annonce une sonorité aussi enthousiasmante que les chiffres que nous venons de vous annoncer, ainsi qu'un bloc qui tirerait plus long, avec des mi-régimes et une fin de compte-tours plus dense qu'auparavant. Le constructeur parle également d'un rapport poids/puissance jamais vu sur une Speed, bien entendu, en annonçant une amélioration de 26 % par rapport au précédent millésime, le double par rapport à la première Speed de 1994 - celle qu'il dénommait The Original Hooligan et qui posait à côté d'un Rottweiler sur les affiches de l'époque ! On termine ce chapitre avec l'apparition d'un nouvel embrayage assisté et d'une boite revue pour optimiser son onctuosité.

Pour vous donner un ordre d'idée du gap en performance, voici à quel niveau la nouvelle Speed Triple se classe dans le « règne animal » de la catégorie roadsters sportifs : entre la KTM Super Duke R et l'Aprilia Tuono V4 1100 !

Ducat Streetfighter V4 : 208 ch., 123 Nm

MV Agusta Brutale 1000RR : 208 ch., 116,5 Nm

Kawasaki Z-H2 : 200 ch, 137 Nm

KTM SuperDuke R 1290 : 180 ch., 140 Nm

Speed Triple 1200 RS : 180 ch., 125 Nm

Tuono 1100 V4 : 175 ch., 121 Nm

BMW S1000R : 165 ch., 114 Nm

Horex V6 Raw : 161 ch., 131 Nm

Yamaha MT-10 : 160,4 ch., 111 Nm

Suzuki GSXS-1000 : 150 ch., 108 Nm

Honda CB1000R : 145,5 ch., 104 Nm

Le pire, c'est que le châssis n'a pas été oublié... Cette nouvelle Speed est la plus puissante mais également la plus légère de la lignée. Elle aurait en effet perdu 10 kg par rapport à la 2018, avec un poids en ordre de marche - avec « que » 5 litres d'essence donc, mais tous les fluides - de 198 kg. Cadre allégé, sa géométrie aurait également été revue dans le but de centraliser d'avantage ses masses, avec un centre de gravité plus bas et plus en avant (gage de maniabilité !). Quant à la position de conduite, elle serait plus sportive sur la selle perchée à 830 mm, grâce à l'apparition d'un guidon élargit et d'un réservoir plus compact. La machine est également plus compacte dans sa globalité, alors que le bras oscillant aurait été allongé.

Seule version disponible en 2021, la RS n'est pas équipée de suspensions électroniques comme certaine concurrentes (les clients n'en voudraient pas !), mais toujours d'éléments Öhlins haut de gamme, bien entendu paramétrable, les références NIX30 à l'avant et TTX36 à l'arrière. Côté freinage les disques de 320 mm ont été allégé. Ils sont toujours mordus pas les prestigieux Brembo Stylema, des monoblocs 4 pistons radiaux des plus lights. Notez que Triumph s'associe aujourd'hui avec Metzeler pour proposer de série les gommes Racetec RR. De grip de compèt' au programme : miam !

Equipements, accessoires, dispo et tarif ! Sur le plan du design nous ne sommes pas trop dépaysés vue de face, avec ces amandes full leds sensiblement plus effilées, qui font très Union Jack (comme une Mini !). Derrière en revanche il y'a plus de modifications avec cette poupe en pointe terminée par un feu qui joue la filiation avec la nouvelle Trident 660, d'après nous. Nous trouvons également que la chambre de combustion du pot (la « marmita » chez les Italiens) est plutôt bien intégrée, alors que le silencieux est assez disgracieux. Merci Euro5 !

Nouvelles jantes en alu, garde boue avant en carbone, on trouve également de beaux équipements :

- un écran TFT 5'' connecté tout nouveau, avec 2 thèmes, et un chrono pour la piste

- un quickshifter de série (revu) ainsi qu'un embrayage assisté de série

- une centrale inertielle 6 axes sur laquelle se base l'ABS, le TC et lift Control

- le TC est réglable

- 5 modes de conduite sont disponibles

- un frein moteur ajustable selon les modes

- des clignos à extinction auto

- un système Keyless (pour l'ouverture du réservoir aussi)

- des commodos rétro-éclairés

- un régulateur de vitesse

- une batterie lithium-Ion de série 60% plus légère

En option : les poignées chauffantes et l'indicateur de pression des pneus. Sans oublier les 35 accessoires du catalogue Triumph, où on ne trouvera pas de pot supplémentaire malheureusement ! Triumph annonce qu'elle n'en aurait pas besoin....

Le prix de cette « made in Thaïlande : 17 500 EUR. En tarif très élevé certes, d'autant plus que seule la version haut de gamme RS est proposée cette année, mais qui demeure concurrentiel face à ses principales rivales européennes. De quoi donner des ambitions au constructeur anglais qui espère faire mieux au niveau des ventes que la dernière mouture de 2018, vendue à presque 800 exemplaires cette année là. Notez que depuis 1994, plus de 100 000 Speed Triple ont vu le jour !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.