Suzuki Katana 2019 : une rétro qui dépote !

Chargement en cours
Suzuki Katana 2019
Suzuki Katana 2019
1/21
© motoservices.com
A lire aussi

publié le 25 octobre

Salon de Cologne, 1980 : Suzuki frappe les esprits avec la 1100 Katana, une superbike qui demande de la poigne. Salon de Cologne 2018 : Suzuki frappe les esprits avec la 1000 Katana, un hommage réussi, reposant sur un bloc de GSX-R 1000 et doté des derniers raffinements technologiques, tels que les feux à LEDs, le contrôle de traction et les petites assistances qui facilitent le quotidien. Ce que l'on peut déjà en dire, c'est qu'elle ne laisse pas indifférent et qu'elle ne laissera pas non plus sa part de sensations fortes aux chiens ! C'est vrai, quoi ! Pourquoi, à part de rares exceptions (telles la Kawasaki Z 900 RS Café, par exemple), toutes les machines néo-rétro ne sont que de placides bicylindres installées dans des partie-cycle assez basiques ? Dans le temps, les motards roulaient, ils roulaient même souvent assez vite et la performance faisait partie des critères de choix. Pour caresser le souvenir de cette douce nostalgie, voici déjà une bonne raison de réserver le meilleur accueil à cette nouvelle Katana !

Suzuki Katana 2019 : mise en perspective A la fin des années 70, tout le monde s'accorde à dire que Suzuki fait d'excellentes motos mais hélas, cette bonne réputation ne se traduit pas dans les chiffres de vente. Il faut cependant dire que les G 850 et G 1000 S souffrent d'un design un peu empâté. Dès lors, un effort est demandé sur le design : du coup (et cette information capitale explique un peu la suite de l'histoire, et le fait que la machine fut dévoilée sur la moquette du Salon de Cologne de l'automne 1980), c'est d'un bureau allemand, Target Design, dirigé par Hans Muth, qui a déjà commis la Munch Mammut et la BMW R 90, qui s'occupe du dossier. Est-ce que ces deux motos précitées sont considérées comme des monuments de design ? Eh bien... non, on parlerait plutôt de monument, tout court. C'est ce qui explique que la Katana sera un peu clivante, mais au moins, elle a une identité forte ! La 1100 Katana surprend par la présence d'un « bec » de carénage, surmonté d'un petit saute vent. La selle, la forme du réservoir, tout ceci tranche un peu avec les productions de l'époque et encore plus des Suzuki d'avant. La Katana marquait une franche rupture, d'avant que le moteur 1100 de l'époque, qui sortait 111 chevaux, déplaçait pas mal de vent. Evidemment, la 1100 Katana était lourde (232 kilos à sec), la position de conduite était assez radicale avec des bracelets implantés assez bas. C'était l'époque où rouler sur une 1000 et plus demandait une certaine détermination ! Mais avec une vitesse de pointe de 220 km/h chrono et un 400 mètres départ arrêté couvert en moins de 12 secondes, la 1100 Katana inspirait le respect ! 

Suzuki Katana 2019 : coeur de GSX-R ! La nouvelle Katana a plusieurs points communs avec sa devancière. Le look, bien évidemment : sur ce point, on peut dire que Suzuki a su réinventer la nostalgie avec ce bel équilibre entre tradition et modernité. Les proportions sont respectées, le petit « bec » est toujours là, le petit saute vent noirci également, la selle conserve sa texture bi-ton et l'engin brouille les cartes par son allure générale qui se positionne entre le roadster et la sportive. Exactement comme la Katana des eighties, en fait ! Bien entendu, la nouvelle Katana possède les indispensables touches de modernité, à l'instar des feux à LEDs à l'avant, à l'arrière et sur les clignotants, qui tranche avec le logo « Suzuki » du réservoir, en rouge vif comme à l'époque! Côté modernité, on a aussi les derniers raffinements de chez Suzuki, déjà vus depuis deux ans sur d'autres modèles de la gamme : le Easy Start (une seule petite pression sur le démarreur permet de lancer la salle des machines), le Low RPM Assist (le lâcher de la poignée d'embrayage fait un petit peu monter le régime moteur pour des démarrages en souplesse). Ajoutez à cela à tableau de bord entièrement digital, un embrayage anti-dribble et un contrôle de traction réglable sur trois niveaux (et qui gère toutes les informations afférentes a chaque segment de 4 millisecondes !), et vous avez un package plutôt complet. Avec 150 chevaux, la Katana 2019 ne risque pas de manquer de ressource : Suzuki a remis à jour le moteur 999 cm3 qui équipait la génération 2005-2008 de la GSX-R 1000, dont la valeur de course élevée (pour le genre, ce n'est pas non plus un vrai « longue course » avec des valeurs de 73,4 x 59,0 mm) garantissait un couple élevé et une disponibilité assez explosive dans les bas et mi-régime. Enfin, le poids de 215 kilos et la selle à 825 mm sont dans la norme pour une 1000 quatre cylindres japonaise. 

Suzuki Katana 2019 : mise au point N'allez pas non plus croire que Suzuki a ressorti un vieux moteur des étagères, et zou ! La nouvelle Katana est plus peaufinée que cela, notamment parce qu'il a fallu faire passer la norme Euro 4 à ce bloc. Ainsi, les pistons sont nouveaux et plus légers de 3 % que ceux de la GSX-R de l'époque. Le profil de distribution a été adapté à un usage plus routier. Les corps d'injection à double papillon reprennent le diamètre (44 mm) de la GSX-R, oui, mais celle d'aujourd'hui, tandis que la cinématique des câbles de la poignée de gaz a été revue pour une réponse assez douce sur les premiers millimètres d'ouverture des gaz... L'échappement est entièrement nouveau, évidemment. Enfin, le bras oscillant provient de la GSX-R de 2016, ce qui ne devrait pas poser de problèmes de rigidité ! Les freins radiaux Brembo sont ceux de la GSX-R 1000 2018 et l'ABS Bosch, dont le boitier ne pèse que 640 grammes, calcule 50 fois à chaque rotation de la roue, pour une belle finesse de déclenchement. De nouvelles roues en alliage d'aluminium à 6 bâtons sont chaussées de Dunlop Roadsport 2. Enfin, le tableau de bord LCD est particulièrement complet avec l'indication de la consommation moyenne et instantanée, du voltage de la batterie, de l'autonomie, de la température, de l'indicateur de rapport engagé ; il y a même un chrono pour vos éventuelles escapades sur circuit ! Son design est propre à la Katana. Si la Katana n'est disponible qu'en gris, comme à l'époque, quelques options permettent d'apporter un peu de couleur, à l'instar des étriers Brembo ou de la selle biplace que l'on peut commander en rouge. Des couvre carter moteur en carbone et une autre bulle, plus haute, seront également proposés. Une néo-rétro qui dépote bien, autant dire qu'on a hâte de voir ce que cela donne, même si le réservoir de (seulement) 12 litres pose un peu question quant au rayon d'action de l'engin. Néanmoins, la Katana de 1981 disposait de 22 litres d'essence... mais c'est vraie qu'elle était assez goulue !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.