Stratégie : Yamaha cède Minarelli à Fantic pour du 100% made in Italie

Chargement en cours
Moteur Fantic Flat Track 125 : Minarelli inside !
Moteur Fantic Flat Track 125 : Minarelli inside !
1/2
© motoservices.com
A lire aussi

, publié le 15 février

Made in Italie ! C'est bel et bien ce que propose Fantic Motor, du moins sur ses gammes 125 cm3 Caballero et Flat Track équipées de moteur Minarelli pour les versions Euro4. Les 250 et 500 de la marque italienne sont en revanche motorisées par le chinois Zongshen.

Grâce au partenariat créé par Yamaha, qui détenait jusqu'alors Minarelli, aujourd'hui Fantic acquiert 100 % des parts de ce motoriste dans le but de developper les produits actuels et de mettre également en place la mobilité électrique de demain, avec la qualité et la performance technologique que l'on connaît de deux enseignes.

Un peu d'histoire Au delà de l'objectif annoncé quant à la stratégie électrique, il est intéressant d'observer dans ce partenariat le rapprochement du japonais d'Iwata avec une marque italienne historique. Cela change de ce que l'on a vu jusqu'alors avec toutes ces enseignes transalpines renommées (Benelli, Lambretta, SWM, Malagutti, FB Mondial...) passées sous commandement chinois.

De bon augure pour l'emploi en Italie, comme le souligne Eric De Seynes, président de Yamaha Motor Europe : "Nous sommes particulièrement satisfaits de la finalisation de cet important partenariat. Le partenariat à long terme entre Yamaha Motor Europe et Fantic Motor créera les conditions d'une transition en douceur vers le nouveau business plan et permettra à Motori Minarelli de poursuivre sa mission tout en conservant son identité. L'accord créera également un avenir solide pour Motori Minarelli au sein de l'industrie italienne, permettant à l'entreprise d'être parfaitement positionnée pour mettre en oeuvre de nouvelles activités commerciales et élargir son champ d'action".

Quant à savoir précisément ce que représente Fantic aujourd'hui, après une période de gloire au siècle dernier, lors de notre essai de la Flat Track 125 nous écrivions ceci :

"Fantic, énième marque historique passée sous pavillon chinois ? Eh bien non, l'enseigne demeure italienne, comme elle l'a toujours été d'ailleurs, mais beaucoup de choses ont changé à sa tête. L'histoire raconte qu'à l'origine - en 1968 puisque Fantic fêtait ses 50 ans en 2018 - la marque appartenait à deux propriétaires. L'un deux s'est retiré il y a quelques années et ses parts ont été rachetées par un consortium industriel italien, constitué de beaucoup d'anciens membres d'Aprilia, avant son rachat par Piaggio. Ces financiers ont investi pour créer une nouvelle usine Fantic à Trevise (non loin de Venise, donc non loin de Noale, siège historique d'Aprilia), enceinte d'où sortent depuis 2014 une toute nouvelle famille de Caballero, des machines haut de gamme typées vintage et déclinées en modèle Scrambler ou Flat Track.

Fantic, que l'on nomme "l'autre marque de Bologne" (en référence à Ducati bien entendu) n'est pas allée chercher bien loin le coeur de ces « hautes sur pattes » de 125 cm3 : ils sont eux aussi fabriqués à Bologne chez Minarelli (qui appartient à Yamaha) et possèdent une certaine singularité au niveau de l'alimentation, celle-ci étant confiée à un système de carburation pilotée signé Keihin (aux gros gicleurs de 30 mm). Voilà pour l'histoire !"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.