Sécurité : L'étonnant (et convaincant ?) bouclier moto Torga

Chargement en cours
Concept de bouclier moto Torga
Concept de bouclier moto Torga
1/4
© motoservices.com

publié le 8 février

Dans tous les domaines, il y a des choses qui n'ont pas encore été tentées. Pour deux raisons. La première, c'est que la technique n'est pas encore assez avancée alors que l'idée est convaincante. La seconde, c'est que l'idée peut sembler intéressante mais qu'une fois mise en pratique, on se rend compte que le projet doit vite retourner dans son carton. La glace au cornichon serait par exemple à ranger dans la seconde catégorie. En ce qui concerne la protection des motards, les tentatives d'équipements "révolutionnaires" dont on n'entend plus parler sont nombreuses, comme l'airbag de casque, qui alourdissait démesurément ce dernier au point de le rendre dangereux à l'usage une fois qu'on passe du papier à la vie réelle. En lisant le descriptif du bouclier Torga, on hésite entre le coup de génie et le « oui mais non ». Pourtant, l'idée d'un bouclier faisant office de "super ceinture de sécurité" pourrait séduire. Mais...

Philippe Girardi œuvre depuis plus de 30 ans dans le monde automobile, tout en s'intéressant aux trois-roues motorisés ainsi qu'à la mobilité durable et la sécurité routière. Son projet Torga vise d'ailleurs à rendre les trajets à deux (et trois) roues plus surs. Alors que plusieurs fabricants travaillent à l'amélioration des airbags de blousons et de vestes, désormais vraiment au point après plus de 15 ans de développement, le concept Torga prend place sur la moto. L'objectif de cette "cellule de survie à retenue programmée" est de freiner le pilote au moment d'un accident sans toutefois le rendre solidaire de son véhicule. On obtient donc un bouclier installé sur la moto (ou le scooter) à placer devant le torse et à accrocher au buste.

« Cette cellule de survie est constituée d'un arceau solidaire du bouclier qui cette fois accompagne le conducteur et le protège s'il percute l'obstacle, et diminue les risques de lésions lorsqu'il touche le sol. Il est réalisé dans un matériau amortissant et résistant à l'abrasion. L'arceau passe au-dessus des épaules, protège les vertèbres cervicales et dorsales et joue le rôle d'appui-tête dans sa partie supérieure. La désolidarisation de cet ensemble est assurée par des fixations déconnectables, gérées électroniquement. Les technologies utilisés sont similaires à celles qui permettent d'activer les gilets airbag. A terme, la selle sera intégrée à la cellule. »

On attendra les résultats des premiers tests réels pour juger de l'efficacité mais au vu des photos officielles (voir en tête d'article), on espère que ledit bouclier n'est pas rigide. D'une part pour, dans sa version simple, éviter de décapsuler son porteur au premier impact frontal, mais aussi pour ne pas l'empêcher d'être mobile au guidon. Car oui, on est bien moins statique sur une moto qu'assis dans une voiture, notamment en virages, et le corps ne réagit pas du tout de la même manière quand on voit l'accident se profiler.

En décembre dernier, Philippe Girardi a créé une association (SIREMS) pour récolter les fonds nécessaires au développement de son bouclier Torga. À suivre...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.