Scooters en libre-service : le bon Coup pour de nombreux utilisateurs

Scooters en libre-service : le bon Coup pour de nombreux utilisateurs
Scooters en libre-service : le bon Coup pour de nombreux utilisateurs

publié le 14 août

Edouard, 43 ans a vendu son scooter après avoir commencé à utiliser le service !

« J'utilisais Cityscoot pendant un moment, puis j'ai découvert Coup sur internet. Une discussion avec des amis utilisateurs m'a convaincu d'adopter ce service. Pour moi, la différence entre un Coup et un Cityscoot est la même qu'entre une BMW et une Clio ! Je roule en scooter depuis 27 ans et Coup m'a redonné le plaisir de conduire et de voyager dans Paris.»

On reste toutefois limité dans les deux cas à un équivalent 50 cm3, qui n'autorise pas des grands parcours.

Sonia, oublie la voiture pour Coup !

« J'ai découvert Coup il y a quelques mois via une publicité sur Facebook. Le concept m'a tout de suite attiré. Plus tard, alors que je devais aller dans le 17ème chez un confrère, je me suis souvenue de ce scoot' en partage et j'ai envoyé tous les documents nécessaires pour m'inscrire. Je me déplace beaucoup en voiture, mais le scooter est tellement plus pratique pour traverser la ville. Aujourd'hui, je me déplace plus sans Coup dans Paris ! Le service me fait gagner beaucoup de temps, et surtout il me rappelle mes années deux-roues... »

Grégoire, 29 ans - Barman au Carrousel - le prix a tout changé ! « En tant que barman, j'ai commencé à utiliser Coup en septembre dernier, alors que je cherchais à rentrer chez moi après la fermeture du bar. A cette heure-là, les métros sont fermés et j'en avais assez de dépenser 10€ chaque soir dans les services de VTC. Aujourd'hui, c'est toujours un plaisir d'arriver au travail en Coup : pas de bruit, pas de problème dans les bouchons de la place Clichy et de voir le soleil se coucher derrière le Moulin Rouge."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU