Pneu increvable Michelin Uptis : Un progrès envisageable à moto ?

Chargement en cours
Prototype du pneu Michelin sans air Uptis
Prototype du pneu Michelin sans air Uptis
1/3
© motoservices.com

publié le 15 août

Un pneu, c'est rond, c'est noir et ... c'est fragile. Quiconque a déjà goûté aux joies de la crevaison un soir au fond de l'Ardèche sans pouvoir appeler la dépanneuse vous le dira. En effet, malgré les immenses progrès faits sur le pneumatique depuis sa création il y a plus de 100 ans, on reste en présence d'une enveloppe remplie d'air pressurisé. Une enveloppe qui doit rester à l'abri de toute crevaison sous peine de finir prématurément au recyclage (partiel) et dont on doit régulièrement surveiller la pression pour garantir une bonne tenue de route. Deux problèmes pas si anodins que ça pour les utilisateurs et les manufacturiers que Michelin entend régler d'ici 5 ans avec le Uptis.

Sous cet acronyme (Unique Puncture-proof Tire System, soit Système unique de pneu anti-crevaison) se cache la version grand public et destinée aux voitures d'un ensemble roue/pneu d'un nouveau genre, débarrassé de ses flancs et qui ne contient donc pas d'air. Si la bande de roulement est toujours présente sous sa forme actuelle, elle est reliée à la jante par de larges lamelles en composite mêlant le caoutchouc à un matériau en verre et résine, chargées d'apporter la souplesse nécessaire à la déformation de la "carcasse". Du coup, plus besoin de s'embêter à vérifier la pression, elle sera forcément de 1 bar... Terminés également les risques de crevaison, lente ou immédiate, ce qui sera bénéfique sur bien des points, sauf pour les fabricants de kits de réparation qui peuvent commencer à chercher un plan B d'ici l'arrivée de ce produit dans le commerce, en 2024. Et si le Uptis est développé en partenariat avec Chevrolet pour les voitures et SUV, il y a fort à parier que la technologie sera prochainement déclinée sur d'autres types de véhicules.

Un pneu qui élimine le danger de la mauvaise pression Plusieurs éléments permettent d'envisager l'arrivée de ce "pneu increvable" sur les deux-roues. Les manufacturiers ont pour habitude de rentabiliser les (énormes) investissements demandés par les avancées technologiques en mettant en place des transferts de technologie d'un secteur à l'autre. Chez Michelin par exemple, la technologie XST Evo apparue sur le très routier Road 5 testé par Mehdi provient du département poids lourd et les autres fabricants procèdent de même. Des fabricants qui ne peuvent pas se permettre de laisser le champ libre à la marque française et devraient rapidement proposer des modèles très proches. Dunlop a par exemple présenté un prototype équivalent l'an passé. Restent quelques questions avant une généralisation sur les routes.

Une technologie qui demandera quelques adaptations En premier lieu, ce pneu ne peut se monter sur une jante classique, il faudra donc investir dans un ensemble complet mais Michelin prévoir de pouvoir "recharger" la bande de roulement via l'impression 3D pour limiter le gaspillage de matière première (et vous interdire de changer de marque ...).

Ensuite, pour la moto, se pose la question de la déformation du pneu et du fait qu'à moto, on n'a pas des pneus carrés car on penche (enfin, hors de Paris). Là encore, on peut sans trop de crainte parier que la solution ne va pas tarder à arriver. D'autant que Bibendum a dans ses cartons une autre innovation qui pourrait bien intéresser les motards avec un pneu qui s'adapte aux conditions météo en modifiant ses sculptures.

Comme toujours entre un prototype - même fonctionnel - et la version disponible à la vente, il est urgent d'attendre. Mais on a hâte de voir ce que les différents acteurs du marché vont proposer d'ici quelques années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.