Nouveautés 2022 - Moto Guzzi V100 Mandello

Chargement en cours
Nouveauté 2022 - Moto Guzzi V100 MAndello
Nouveauté 2022 - Moto Guzzi V100 MAndello
1/10
© motoservices.com
A lire aussi

, publié le 8 décembre

Allier le plaisir de conduite d'un roadster avec le confort et la sagesse de la routière, la V100 veut redonner ses lettres de noblesse à une catégorie un peu en désuétude. Cette moto annonce également proposer une aérodynamique adaptative. Tout un programme.

On a beau conserver un V2 longitudinal, architecture historique de Guzzi, la V100 ne rechigne pas à intégrer le meilleur de la technologie pour être au sommet. Cette nouvelle beauté italienne s'offre donc des suspensions semi-active, une centrale inertielle 6 axes ou l' ABS en virage, le shifter,  le refroidissement liquide avec un tout nouveau bloc moteur et une aérodynamique adaptative issue du motoGP! Les puristes vont t-ils fuir ?

En tout cas, passé le cap de ses 100 ans, Moto Guzzi regarde plus que jamais devant, mais sans quitter son siège historique où sera construit une toute nouvelle usine au coeur du nid de l'aigle italien.

Le deuxième siècle de l'ère Guzzi La Moto Guzzi V100 Mandello marquera le début d'un tout nouveau chapitre de l'histoire de Moto Guzzi. Une moto qui refuse de se conformer ou d'entrer dans une seule catégorie, elle promeut la vocation de voyage qui vit dans l'âme de chaque Moto Guzzi. Une Moto Guzzi inédite donc, caractérisée par une technologie de pointe, alors que la marque ouvre la voie vers l'avenir avec des solutions techniques et aérodynamiques innovantes.

La V100 Mandello présentera également un design innovant qui, comme pour toutes les Moto Guzzi, se concentre sur la mise en valeur du moteur bicylindre unique et inimitable, tout en proposant le style originel revisité. Cela se voit clairement dans les formes du réservoir, qui semblent être moulées directement sur les culasses musclées, dans les caches latéraux sous la selle, dont les fentes font clairement référence au légendaire Le Mans de 1976, , comme dans le carénage, hommage à la V7 Le Mans 850 III de 1981. Une moto du 21ème siècle, par son style et sa technologie, qui incarne le caractère et l'authenticité typiques de toutes les Moto Guzzi. Bon allez, après la romance passons aux choses sérieuses...

Un moteur plus gros et plus petit à la fois Alors que la cylindrée du V2 est de 1042 cm3, ce nouveau bloc est plus court de 103 mm que celui de la V85. Il conserve bien sûr le V à 90°, mais n'est en rien une évolution du bloc commun à la V85 et aux V7. On le voit immédiatement au refroidissement liquide et à l'orientation des sorties d'échappement, non plus vers l'avant, mais sur le coté, l'admission se faisant donc au centre du V. Les culasses 4 soupapes sont activées par deux arbres à cames en tête entrainés par chaine. Autre choix notable, l'embrayage en bain d'huile à commande hydraulique qui remplace celui à sec. Bon rassurez-vous on a conservé la transmission finale par arbre et cardans, gravé dans l'ADN de la marque... Ouf ! Mais il change quand même de coté passant à gauche avec un long bras en aluminium. La sortie de l'arbre étant située plus bas que sur les autres blocs Guzzi, l'effet de couple de renversement est moins sensible et ne nécessite aucune tringlerie vers la suspension.

Bon alors voilà les chiffres. La puissance est donnée pour 115 ch avec un régime maxi (zone rouge) fixé à 9500 tr/mn. Le couple est copieux avec 105 Nm dont 90% sont disponibles à 3500 tr/mn.

Pas d'inquiétude sur le chassis qui devrait toujours combiner agilité et stabilité comme sur la V85TT qui avait étonné par son train avant digne d'une sportive. On sait où l'on met sa roue avant et cela rassure, comme la stabilité à haute vitesse.

Le contrôle se fera via un guidon rehaussé à section variable assurant un compromis entre sport et tourisme. La V100 est conçue d'entrée pour le duo mais avec une selle séparée, permettant d'offrir un dosseret au pilote.

Décollage immédiat ? La technologie de cette Moto Guzzi contribue également à augmenter à la fois le confort et la protection à l'air, avec l'adoption en première mondiale d'un système aérodynamique adaptatif qui ajuste automatiquement la position des déflecteurs sur les côtés du réservoir de 17,5 litres en fonction de la vitesse et du mode de conduite sélectionné. Les appendices aérodynamiques entièrement levés réduisent la pression de l'air sur le pilote de 22%, grâce également à la protection fournie par le carénage supérieur, dont la hauteur peut être réglée électriquement.

Ce système s'ajoute à l'ensemble des éléments électroniques, comprenant l'accélérateur électronique Ride by Wire pour un contrôle précis, l'ECU Marelli 11MP, la centrale inertielle à six axes, le régulateur de vitesse, et ABS en courbe pour assurer une sécurité active lors du freinage dans les virages.

Quatre modes de conduite sont disponibles, à savoir Voyage, Sport, Pluie et Route. Chacun d'eux gère trois cartographies moteur différentes, quatre niveaux de contrôle de traction, trois niveaux de frein moteur et également l'étalonnage de la suspension semi-active Öhlins Smart EC 2.0 , qui peut s'adapter automatiquement, en fonction du type de conduite et des conditions de la route, pour le meilleur comportement possible de la moto dans toutes les situations. Les suspensions semi-actives ne sont pas présentes en standard.

Tout est sous contrôle depuis l'écran TFT 5 pouces et les commandes au guidon. La V100 est bien évidement full LED avec également l'aigle lumineux incrusté dans le phare en feu de jour.

Il faudra encore attendre un peu pour les amateurs car l'envol de la V100 ne se fera qu'au 3e trimestre 2022. Elle sera disponible en deux versions. Le modèle supérieur avec les suspensions semi-actives Ohlins comprend aussi le shiffter, les poignées chauffantes et la plateforme multimédia MIA permettant de visualiser la fonction GPS sur le tableau de bord.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.