Norton Motorcycles en faillite

Norton Motorcycles en faillite
Norton Motorcycles en faillite
A lire aussi

publié le 20 février

Reprise en 2008 par Stuart Garner, la marque Norton (122 ans au compteur !) n'a jamais vraiment retrouvé sa splendeur. L'annonce de cette "faillite" (placement sous administration selon le droit anglais) n'est pas vraiment une surprise, puisque les dettes de la société étaient récemment évaluées à 300 000 livres. 

L'administrateur, en l'occurrence BDO, a pour objectif d'essayer de solder les dettes et d'éviter la liquidation et la disparition de l'entreprise basée aujourd'hui à Donington Park, dans le Leicestershire, Angleterre. Deux autres sociétés appartenant à Garner ont subi le même sort, Priest House Hotel et Donington Hall Estates. 

«En tant qu'administrateurs conjoints, nous prenons toutes les mesures nécessaires pour garantir que les clients, le personnel et les fournisseurs sont pris en charge tout au long du processus d'administration», a déclaré Lee Causer, partenaire de restructuration de BDO, dans le "Leicestershire Live".

«Notre travail consiste à déterminer et à exécuter la stratégie la plus appropriée aussi rapidement que possible pour protéger les intérêts des créanciers, en gardant à l'esprit la nécessité de minimiser la détresse de toutes les parties. Nous évaluons actuellement la position de chacune des sociétés afin de déterminer les options qui s'offrent à elles et la voie à suivre la plus appropriée. »

Norton emploie aujourd'hui une centaine d'employés. 

Après la presque faillite déjà en 2012, les investissements considérables et les partenariats (notamment avec Zonghsen, pour une Superlight 660 compressée, les Atlas Nomad et Ranger, mais aussi en Inde) n'auront donc pas été fructueux pour la marque anglaise. Ou du moins pas suffisamment. Reste à voir ce qu'il adviendra de la marque (on se doute qu'un repreneur asiatique est en train de se frotter les mains) et du personnel, et puis si vous avez mis des sous dans une commande de V4 RR, il est temps d'aller voir votre revendeur...!

Source : RideApart, The Guardian

Vos réactions doivent respecter nos CGU.