Norton : les droits du twin 961 vendus en Chine

Norton : les droits du twin 961 vendus en Chine
Norton vend le moteur 961 au chinois Jinlang
A lire aussi

publié le 4 mai

La série "rigolons un peu avec Norton" vient de s'enrichir d'un nouvel épisode. Certes, c'est à la justice britannique de faire toute la lumière sur cette affaire (et ce ne sera pas facile, car le taulier, Stuart Garner, ne s'est pas présenté à la première audience devant les juges), et Norton, outre un déficit de paiment d'impots et une banqueroute, est aussi accusé d'avoir fait une fraude aux pensions de retraite, d'avoir vendu des motos pas livrées, d'avoir démonté de pièces de motos vendues pour en fabriquer d'autres. Bref, c'est flou, y'a peut-être un loup ! 

Le bloc 961, vers une seconde vie ! Mais ce n'est pas tout. On a en effet appris que Garner avait, juste avant que les problèmes lui tombent dessus, vendu les plans, droits d'exploitation et outillage du bicylindre 961 à une entreprise chinoise. La transaction se serait opérée en décembre 2019, au bénéfice de Jinlang, acteur peu connu en occident de la mobilité chinoise, car spécialisé dans les 125 et les petits scooters. Jinlang est également sous-traitant pour Zongshen (lui-même devant ayant la charge de celles qui devaient sauver Norton, les 650 Atlas, et qui aurait toujours les droits d'usage de ce moteur) ainsi que Polaris. 

Jinlang produit environ 300 000 deux-roues et 800 000 moteurs par an. Et bientôt des Jinlang Commando ? 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.