Mash X-Ride Classic : le retour du trail gromono à l'ancienne

Chargement en cours
Mash X-Ride Classic 650
Mash X-Ride Classic 650
1/11
© motoservices.com

publié le 29 janvier

Ah, les joies de poser un doigt, au hasard sur une carte du monde, et puis d'y aller d'un coup de moto. Cette époque inscouciante où la moto était surtout synonyme d'évasion, on la doit surtout à la  génération de machines découlant de la 500 XT et de l'inspiration qu'elle a insufflée au monde de la moto. Depuis, hélas, les trails sont devenus lourds et chers... ou presque. Mais voici le retour d'une "évocation" de la légende : avec elle, on a envie de prendre la direction du Lac Rose... 

Plus haut en gamme L'an dernier, avec la Dirt Track 6.5, Mash avait effectué une montée en gamme, chapeautant ainsi par une moto stylée et à l'inspiration dirt track son offre composée de 125, 250 et 400 "Five Hundred" (sic). Avec sa plaque phare très racing, sa fourche inversée et son frein radial à l'avant, elle a un certain potentiel de séduction. Le moteur est un gromono à l'ancienne, refroidi par air (avec un radiateur d'huile, cependant). Oh, surprise, sa cylindrée et ses cotes sont les mêmes que celles d'un vieux bloc Honda 650 XR ; une surprise n'arrivant jamais seule, le bloc a aussi des soupapes radiales (souvenez vous du RFVC - Radial Four Valves Chamber - chez Honda). Dans le grand Ikea de la moto chinoise, certaines étagères sont plus savoureuses que d'autres. 

C'est sur cette même base technique que repose la Mash X-Ride Classic. Avec son injection Delphi, le moteur développe 40 ch et 4,6 m/kg de couple : c'est un peu moins flamboyant que le Honda des origines, mais l'âge des carters et surtout les normes anti-pollution sont passées par là. Quoi qu'il en soit, cela a le mérite d'être naturellement compatible A2 et d'offrir un niveau de performances qui est déjà largement suffisant pour découvrir le monde (à défaut : la France profonde) par les petites routes.

Côté châssis, la hauteur de selle assez élevée (860 mm, comme un vrai trail) et si l'on n'a pas les débattements de suspension dans la fiche technique, on peut espérer qu'ils seront suffisants pour laisser un vrai rayon d'action dans les chemins, même si le sabot moteur en plastique risque fort bien d'exploser sur la première pierre venue. Par rapport à la Dirt Track 6.5, cette X-Ride Classic dispose d'une fourche télescopique standard (pas inversée) et d'un mono-amortisseur au lieu de deux combinés. Dommage pour la roue de 17 pouces à l'avant, pour côté trail, on aurait aimé un peu plus grand. 

T'as le look, coco Evidemment, la perception du design de cette moto est un peu à double tranchant. Evidemment, elle est plutôt mignonne avec son réservoir vintage (12,5 l), sa double sortie d'échappement, son petit feu arrière à LEDs ! En même temps, à moins que le designer nous jure sur la tête de sa mère et vingt générations de ses grand-mères n'avoir jamais eu sous les yeux en même temps la photo d'une Yamaha 500 XT et d'une Ducati Scrambler Desert Sled, on peut aussi considérer que s'inspirer à ce point là, la ficelle est un peu grosse. 

Autre point de détail : le compteur possède une jauge à essence et un indicateur de rapport engagé. Bravo. Par contre, le compte-tours sans zone rouge (pourquoi pas) et gradué jusque 12000 (alors que le bloc rupte à 6500 à tout pêter), ça fait pas sérieux, non ? 

La moto sera commercialisée au printemps 2020, à un tarif qui n'a pas été défini mais qui devrait, selon toute vraisemblance, rester sous la barre des 6000 EUR. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.