Limiteur de vitesse intelligent (ISA) : et si cela arrivait sur les 2 roues ?

Limiteur de vitesse intelligent (ISA) : et si cela arrivait sur les 2 roues ?
Intelligent Speed Assist (ISA)
A lire aussi

, publié le 30 décembre

L'ISA, c'est quoi et comment ça marche déjà ? Même si les comités compétents de l'Union Européenne s'affairent encore à régler tous les détails techniques, sachez que la directive a été votée par le Parlement Européen : toutes les voitures neuves devront être équipées d'un Intelligent Speed Assist de série à partir du 6 juillet 2022. Les véhicules mis en circulation avant cette date devront se munir de cette assistance dès le 7 juillet 2024.

Comme vous l'avez compris ou sûrement déjà lu, ce système a pour principe de lire les panneaux liés aux limitations de vitesse et de "brider" automatiquement le véhicule. Par exemple, vous êtes sur une parcelle limitée à 100 km/h, et bien il vous sera "difficile" de rouler à 101 km/h. Pour ce faire, l'ISA aura donc analysé à l'aide d'une caméra la partie où vous vous trouverez et régulera le bridage en fonction de la route où vous roulerez. Après on parle beaucoup de "limiteur" mais c'est en fait plus un procédé de "contre-pression'' au niveau de la pédale d'accélérateur qui sera appliqué ici. Il peut donc s'agir d'une impulsion ou d'une pression plus élevée permanente qui vous inciterait à retirer votre pied de la pédale. Ceux qui voudront rouler plus vite devront enfoncer la pédale de droite avec plus de force. Il y aussi d'autres principes qui sont encore à l'étude et qui viendront vous rappeler à l'ordre si vous ne respectez pas les limitations. En cas de dépassement de la vitesse autorisée, l'ISA pourrait donc émettre des signaux sonores dont la durée et la fréquence n'ont pas encore été déterminées. Le truc bien agaçant quoi...

Là où ce système peut vite devenir dangereux c'est lorsque votre régulateur de vitesse est enclenché. Si celui-ci est paramétré sur une vitesse supérieure à celle de la limite autorisée alors la voiture se mettra à freiner toute seule. Je vous laisse visualiser ce qu'une chose donnerait sur nos deux roues sur un revêtement humide. De quoi se faire de belles frayeurs... Voir plus !

La "semi bonne nouvelle" dans tout ça, c'est que vous aurez tout de même la possibilité de le désactiver. Un peu à la manière d'un ABS qu'on pourrait déconnecter sur nos motos, il faudra le désactiver à chaque démarrage. Vous éteignez votre voiture et le système sera réactivé à votre prochaine mise de contact.

Et là où l'Europe pousse la notion de "contrôle absolu" encore un peu plus loin, c'est lorsqu'elle veut exploiter les données (anonymes) générées par l'ISA. Celles-ci seront récoltées durant les révisions effectuées chez votre concessionnaire ou seront envoyées directement au constructeur via un réseau internet, si tant est que votre véhicule soit équipé d'une telle technologie. De cette manière, l'UE serait en mesure de tracker à quelle fréquence leur assistance serait désactivée ou non. 

Bientôt pour les 2 roues ? Si demain l'UE venait rendre l'utilisation de ce système obligatoire sur les deux-roues, inutile de préciser que ça risquerait de ruer dans les brancards ! En 2019, la FEMA (Fédération Européenne des Associations Motocyclistes) se voulait rassurante en disant que l'ISA ne serait pas obligatoire sur les 2 roues. Mais aujourd'hui ça n'est plus la même chanson. En effet, le Parlement Européen est actuellement en train de faire le forcing pour que ce système soit adopté sur nos motos et scooters. Un projet de rapport a été déposé le 5 octobre 2021 par une députée européenne et ce dernier a remporté une large majorité des voix en sa faveur. Bien évidemment, ce rapport vise de nombreuses améliorations liées à la sécurité routière des 2 roues et l'ISA y est évoquée...

Imaginez le fiasco En supposant qu'un système comme l'Intelligent Speed Assist soit présent sur nos motos et scooters, cela irait à l'encontre des principes de sécurité en 2 roues. Et surtout cela provoquerait des comportements / réactions contre nature à la conduite de nos engins motorisés. Imaginez-vous en train de cruiser tranquillement sur une portion à 130 km/h et d'un coup d'un seul votre véhicule se mettrait à freiner car la caméra du système aurait lu un panneau que vous n'auriez pas vu. Et cette théorie peut se vérifier avec les voitures déjà dotées de caméra qui vous indiquent, pour le moment passivement, les vitesses en vigueur du lieu où vous vous situer. On peut constater que ce genre d'appareil a une lecture assez aléatoire : il est arrivé parfois qu'ils lisent tout simplement l'autocollant de limitation apposé sur la remorque d'un poids lourd par exemple...

Quand l'UE parle "d'assistance", on préfère employer le terme d'intrusion ici. Envisager d'avoir une retour dans la poignée de gaz un peu à la manière d'un retour d'ABS, franchement, non merci ! 

Donc pour le moment rien n'est fait, restons calme et attendons encore un peu plus de voir comment les choses se profilent...mais ça sent pas bon !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.