Harley-Davidson : mauvaise passe en 2017, quid de l'avenir ? Interview

Chargement en cours
Nous avons essayé la Harley Livewire en 2015 sur le circuit Michelin près de Saint-Etienne.
Nous avons essayé la Harley Livewire en 2015 sur le circuit Michelin près de Saint-Etienne.
1/2
© motoservices.com
A lire aussi

publié le 15 février

La concurrence s'est accrue en effet, sur son marché local notamment avec le renouveau d'Indian, mais aussi à cause des efforts des constructeurs européens (BMW, Triumph) sur ce segment. Et les nouveautés Harley récentes (nouveaux moteurs Milwaukee Eight, nouvelle gamme Softail avec encore le tout récent Sport Glide) n'ont pas encore produit leurs effets. Les prévisions pour 2018 oscillent entre 231 000 et 236 000 unités, soit un nouveau recul compris entre 3 et 5 %. Du coup, forcément, il faut réduire la voilure, fermer une usine et licencier des employés. Voici les réponses de Michael Pflughoeft, Manager et Corporate Media Relations de la MoCo, à nos questions.

Motoservices : La fermeture de l'usine du Kansas est symptomatique des soucis rencontrées par la marque ? Combien d'usines restent actives aux Etats-Unis ?

Michael Pflughoeft : La décision de fermer notre usine à Kansas City a été prise après un examen très attentif de notre empreinte industrielle et de la capacité appropriée compte tenu de l'environnement commercial actuel. Or notre capacité actuelle aux États-Unis dépasse la demande américaine (voir le graphique ci-dessous avec les usines H-D aux Etats-Unis et les modèles qui y sont produits).

Environ 800 postes à plein temps seront touchés à l'usine de Kansas City. Les mises à pied devraient commencer au milieu de l'année et les installations fermeront au troisième trimestre de 2019. Nous prévoyons une augmentation d'environ 450 postes à temps plein, occasionnels et contractuels, dans notre installation de York (PA), qui sera élargie pour soutenir la production supplémentaire.

C'est une décision que nous n'avons pas prise à la légère. L'usine de Kansas City a assemblé des motos Harley-Davidson depuis 1997 et nos employés laisseront un grand héritage de qualité, de fierté et de leadership dans la fabrication. Nous leur sommes reconnaissants, ainsi qu'à la communauté de Kansas City, pour leurs nombreuses années de soutien et leurs services à nos concessionnaires et à nos clients.

La fermeture de l'usine de Kansas City n'aura pas d'impact sur notre capacité à fournir des produits pour le marché européen.

La Harley électrique Livewire pour 2019 ! MS : Le projet de moto électrique Livewire devrait bientôt voir le jour. Le prix sera forcément élevé, est-ce une bonne stratégie pour séduire un public plus jeune ?

Michael Pflughoeft : La Livewire est une moto Harley-Davidson électrique excitante et sans complexe. C'est un projet que nous nous préparons à mettre sur le marché dans les 18 mois. Nous investissons beaucoup d'argent (50 millions selon John Olin, directeur financier d'Harley, ndlr) et d'énergie pour le développement de la technologie électrique appliquée aux motos haut de gamme afin d'attirer un nouveau public.

Nous nous attendons à ce que notre engagement accru et notre investissement contribuent à accélérer le développement de ce marché et nous assurent d'être le leader mondial sur ce segment, en plus de renforcer notre leadership actuel sur celui des motos premium, classiques, personnalisables et touring.

MS : Quels sont les autres axes de développement pour rajeunir la clientèle et conserver l'acquis ?

Michael Pflughoeft : Nous avons présenté nos objectifs et stratégies en janvier dernier et avons fait d'excellents progrès au cours de la première année d'exécution. Il y a un an, nous avons entamé un changement de notre culture d'entreprise, de « nous construisons des motos » à « nous construisons des motocyclistes ». Nous avons terminé l'année 2017 avec plus de 32 000 riders Harley-Davidson supplémentaires aux États-Unis par rapport à 2016. Nos efforts ont porté sur plusieurs axes, dont la réflexion sur ce qui est le dénominateur commun entre les riders Harley d'aujourd'hui et ceux de demain : « Liberté pour tous, tous pour la liberté ».

MS : Dans quelle mesure considérez-vous que le renouveau d'Indian a peut-être joué sur la baisse des ventes de H-D ?

Michael Pflughoeft : Notre part de marché des ventes de motocyclettes neuves aux États-Unis demeure très saine, soit 50,8 % dans la catégorie des plus de 600 cm3.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.