Can Am Ryker 2019 : les trois-roues plus accessibles !

Chargement en cours
Can Am Ryker 2019
Can Am Ryker 2019
1/12
© motoservices.com
A lire aussi

publié le 4 octobre

Avec le Ryker, Can Am, propriété du groupe canadien Bombardier, réalise la prouesse de présenter un nouveau modèle qui divise quasiment par deux le prix d'accès à sa gamme. En effet, alors qu'un Can Am Spyder F3 débute à 18 999 € et que modèle RT-S de tourisme est à 29 499 €, le Ryker permet d'accéder aux plaisirs de la conduite d'un trois-roues avec un permis B à partir de 9 799 € pour le Ryker 600;  le tarif du Ryker 900 n'est pas annoncé en France ; il est à 9 999 $ (8580 €) aux USA, ce qui avec les différences de taxes et de tarifs, nous permet d'espérer un Ryker 900 sous la barre des 12000 €. 

Des prix comparables à ceux de roadsters conventionnels, et qui pourraient changer la donne du destin du trois-roues sur nombre de marchés, dont le nôtre. Quant au Yamaha Niken, il pourrait bien avoir un concurrent !

Un, deux ou trois ? Question facile, réponse facile : un, le nombre de personnes à bord, le Ryker est strictement monoplace (néanmoins, le port d'un passager sera envisageable, car une boucle arrière de cadre et une selle seront vendue en option). Deux, le choix dans les motorisations. Trois, le nombre de roues, c'est l'ADN de Can Am !

Mais revenons au second point : deux blocs produits par Rotax, propriété de BRP, la maison-mère de Can Am :  l'un de 600 cm3 (un bicylindre vertical) et l'autre, un trois cylindre en ligne de 900 cm3. Ces deux blocs partagent les mêmes cotes : on est donc à 74 mm d'alésage x 69,7 mm de course. La puissance n'a pas été la quête première : le 600 est compatible avec les permis A2 (pour ceux qui viendraient de l'univers de la moto, bien que le Ryker soit aussi accessible aux titulaires du permis B) et développe 47 ch à 7300 tr/mn et 47 Nm à 6200 tr/mn, quand le 90 envoie 77 ch à 7100 tr/mn et 75,9 Nm à 6300 tr/mn. Le poids à sec est fixé à 270 kilos pour le 600, dix de plus pour le 900. Dans les deux cas, la transmission est une CVT automatique à variateur. Malgré le poids contenu, une marche arrière est proposée de série.

Le fun et la sécurité avant tout Le Ryker vient avec toute la panoplie d'assistances électroniques déjà vue sur les Spyder. Si elle s'avère un peu frustrante pour le motard expérimenté (et un peu joueur), qui n'a qu'une idée, c'est de mettre le truc en travers partout, elle joue bien son rôle en prodiguant une sécurité maximale pour l'utilisateur débutant ou qui vient du monde de l'automobile. Et reconnaissons que le système est un peu plus permissif sur les F3, dotés du 3 cylindres de 1330 cm3 et qui dépote bien !

Donc le Ryker sera sécurisant ! Tant mieux. On note notamment la présence d'un contrôle de stabilité, d'un autre qui répartit la force de freinage ainsi qu'une assistance au démarrage en côte et un contrôle de traction. 

La transmission secondaire est confiée à un cardan qui est logé dans le bras oscillant. Le réservoir a une capacité de 20 litres.

Selle basse et position cruiser Même si la question de poser les pieds par terre ne se pose pas, on apprécie la selle basse (599 mm sur la 600, 597 mm sur la 900) et la position de conduite assez décontractée. Comme les autres Can Am, le Ryker est doté du système UFit : le triangle guidon / selle / repose-pieds est ajustable pour que l'ergonomie puisse convenir à chacun. 

Question aspects pratiques, on note la présence d'un (tout) petit coffre de 7 litres dans le « nez » de carénage (c'est à dire quasiment trois fois moins que sur un Spyder F3, et encore, on ne vous parle pas de la soute de cargo d'un RT-S !). Pas de doutes, le Ryker est positionné différemment, pour le fun ! Il possède par contre un tableau de bord entièrement digital. Des feux à LEDs et deux ports USB complètent la dotation. 

En dépit de son allure compacte, le Ryker n'est pas moins large qu'un F3 à l'avant : 1508 mm de large pour le Ryker contre 1497 pour un Spyder F3. Les pneus sont des 140/60 x 16 à l'avant ; de 205/45 x 16 à l'arrière. Le système de freinage est confié à Nissin, avec des disques de 270 mm à l'avant pincés par des étriers deux pistons, secondés par un disque de 220 mm à l'arrière avec étrier simple piston. Les suspensions disposent de 136 mm de débattement à l'avant, de 150 mm à l'arrière, avec un réglage en précharge.

Réiventer le plaisir du trois-roues Indubitablement, le Ryker a un look particulier. Avec son avant et sa grosse calandre inspirée d'une mante religieuse, son arrière dépouillé de tout habillage, qui donne à la selle le sentiment de flotter, il attire l'oeil. 

Le catalogue américain fait état de 12 coloris, d'une version Rallye 900 plus équipée (et capable d'affronter quelques pistes sablonneuses, tout comme de drifter, tandis que les débattements de suspension sont portés à 167 mm à l'avant et 175 mm à l'arrière), ainsi que de nombreuses possibilités de personnalisation. 

Du style, du fun, un prix placé : voilà qui devrait permettre à Can Am d'étendre sa base de clientèle et, surtout, de la rajeunir. L'acheteur moyen d'un Can Am Spyder, qui en dix ans s'est vendu à plus de 100 000 exemplaires, a en effet 62 ans, mais il y a quand même 50 % de femmes, ce qui est remarquable. 

En ce qui nous concerne, vivement l'essai du Ryker ! Cet engin sera commercialisé début 2019... 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.