Benelli 400 Imperiale : le prix et les infos techniques

Chargement en cours
Benelli 400 Imperiale
Benelli 400 Imperiale
1/3
© motoservices.com

publié le 23 décembre

4299 EUR, c'est bien souvent insuffisant pour s'offrir une 125 ! Avec cette somme (prix de lancement jusqu'au 31 décembre 2019, qui passe à 4399 EUR en 2020), vous pouvez faire mieux avec ce qui est sans aucun doute la 400 néo-rétro la plus stylée du marché : la Benelli 400 Imperiale est enfin disponible, dans trois coloris, rouge, gris ou noir. 

Il aura fallu attendre quasiment deux ans entre la première découverte de l'Imperiale 400 sur la moquette du Salon de Milan et l'arrivée de la version définitive sur notre marché, mais ça valait le coup. Car dans cette tendance inflationniste, on peut encore se faire plaisir avec une chouette petite moto toute simple, mais qui vous remplit d'émotion à chaque fois que vous la redécouvrez, sagement garée, à vous attendre, avec la promesse de vous immerger de sensations que l'on ne connait plus beaucoup depuis les années 60. Avec son gabarit menu, ses formes arrondies, sa puissance modeste, l'Imperiale 400 s'annonce comme un art de vivre, comme une manière détendue et décomplexée de savourer intensément la magie de la moto, parce que l'on aura le temps de saisir les variations de luminosité en traversant une forêt, ou d'humer le chevrefeuille le long d'une rivière... 

Slow is the new fast Outre le prix, très amical, l'Imperiale 400 ne devrait pas trop vous dilater le budget "excès de vitesse et prunes diverses et avariées". En effet, elle repose donc sur un monocylindre de 374 cm3, doté de 2 soupapes et d'un simple ACT, mais avec toutefois un double allumage, et le tout est conforme à Euro 4. La puissance est de 15,5 kW (21 ch) à 5500 tr/mn, avec un couple de 29 Nm à 4500 tr/mn. 

Réservoir "goutte d'eau" (de 12 litres), phare en ogive, long solencieux brossé, selle en deux parties, roues à rayons, rétroviseurs chromés : l'Imperiale 400 est la parfaite incarnation du classicisme. 

Il y a toutefois un brin de modernité, bienvenue : deux freins à disque, tableau de bord complet avec petite fenêtre digitale, indicateur de rapport engagé et warnings, ainsi qu'un trip partiel (une Royal Enfield Bullet peut aller se rhabiller à ce niveau-là !). Enfin, la hauteur de selle est de 780 mm et le poids à vide de 200 kilos. 

La Benelli Imperiale 400 a peu de concurrentes : avec la disparition de la Yamaha SR 400, il ne reste alors que les Mash 400 "Five Hundred" (sic) et la Bullet, qui vit peut-être ses dernières années de commercialisation dans sa forme actuelle... Restez connectés, l'essai est programmé tout prochainement ! 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.