80 km/h | le Sénat demande au Gouvernement de suspendre sa décision

80 km/h | le Sénat demande au Gouvernement de suspendre sa décision
Groupe de travail sur la sécurité routière au Sénat

publié le 22 février

Le communiqué de presse conjoint de la commission des lois et de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable n'indique pas si la publication du rapport sur l'expérimentation de l'abaissement de la limite de vitesse à 80 km/h menée par le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) a fini de les convaincre de l'urgence de le faire mais c'est acté, un groupe de travail sur la sécurité routière regroupant des sénateurs issus de différentes familles politiques et des deux commissions est créé.

Le Premier ministre en a été informé par un courrier qui lui demande en outre de suspendre la décision du gouvernement d'abaisser la vitesse sur le réseau secondaire en attendant d'avoir les conclusions du groupe de travail. Vous trouverez une copie de cette lettre à la fin de l'article.

Le communiqué conjoint des commissions "MM. Philippe Bas (Manche - Les Républicains), président de la commission des lois, et Hervé Maurey (Eure - Union Centriste), président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, ont installé, jeudi 8 février, le groupe de travail sur la sécurité routière, commun aux deux commissions, composé de MM. Michel Raison (Haute-Saône - Les Républicains), Jean-Luc Fichet (Finistère - Socialiste et républicain) et Mme Michèle Vullien (Rhône - Union Centriste).

Décrivant la méthode et les objectifs retenus, les présidents Philippe Bas et Hervé Maurey ont déclaré : « Ce groupe de travail est chargé d'évaluer, sans a priori, l'utilité et l'efficacité pour la lutte contre l'insécurité routière de certaines mesures annoncées par le Gouvernement, à l'issue du comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018, parmi lesquelles la réduction de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur certaines routes. » 

Insistant sur leur objectif commun de réduction de la mortalité et de l'insécurité routières, les membres du groupe de travail regrettent la méthode du Gouvernement et le manque de concertation entourant ses décisions. S'agissant de la réduction à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur certaines routes, Michel Raison, Jean-Luc Fichet et Michèle Vullien estiment : « en matière de sécurité routière, l'effet d'une mesure est d'autant plus significatif qu'elle est comprise et acceptée par la population. Nous réitérons donc ce jour, par un courrier commun au Premier ministre, notre demande que le Gouvernement suspende sa décision dans l'attente des conclusions du groupe de travail. »

En complément des auditions qu'il organise pour entendre institutionnels, experts et associations, le groupe de travail, qui a déjà reçu de multiples remontées des acteurs du terrain, a décidé d'ouvrir un espace participatif dédié sur le site Internet du Sénat. Ses conclusions seront rendues à la fin du mois d'avril 2018."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - 80 km/h | le Sénat demande au Gouvernement de suspendre sa décision
  • avatar
    touchpaogrisbi19 -

    Bonjour,
    dans le département du LOT, 1% de nationales le reste à 80 Km/h et bientôt le même contrôle technique que les pays nordiques de l'Europe ou les salaires sont 4 à 5 fois le mien, mon véhicule fonctionne très bien mais 2 voyants sont allumés au tableau de bord alors il va être immobilisé? Pas les moyens de réparer alors plus de travail.
    VOUS VOULEZ QUE JE VOTE POUR Le Pen?
    LES INSTRUITS des villes qui gouvernent font de l'écologie obligatoire pour les pauvres LES RICHES et LES PREMIERS DE LA CLASSE QUI GOUVERNENT ET DIRIGENT LES ADMINISTRATIONS QUI DEVIENNENT RICHES, se moquent bien de mes semblables et moi surtout si nous ne vivons pas en ville,
    POURQUOI NE PAS NOUS ENVOYER TOUS avec MES SEMBLABLES QUI N'AVONS QUE LE "NIVEAU CAP DE TOURNEUR FRAISEUR"
    comme le dit un éminent membre d'en marche, du haut de ces études et grandes écoles, OU NOUS N'EXISTERONS PLUS, DARFOUR, SYRIE, BIRMANIE, AU CHOIX......

    avatar
    bandit57 -

    ca bien vrais