Zontes 310 X
Essai
18 mai 2019
Ducati Diavel 1260
Essai
13 mai 2019
Yamaha YZF-R125 2019
Essai
04 mai 2019
Triumph Speed Twin 1200
Essai
20 avril 2019
Honda CB 650 R
Essai
13 avril 2019
MagPower Bombers 125
Essai
06 avril 2019
Bmw C 400 X
Essai
16 mars 2019
Masai Furious
Essai
09 mars 2019
Mondial Hps 300
Essai
02 mars 2019
Daelim XQ 125
Essai
26 février 2019

Yamaha XTZ 1200 Super Ténéré Raid Edition

Les photos de l'essai

publié le 16 février

La version ultime de la Yamaha XTZ1200 ZE Ténéré, la Raid Edition, est disponible depuis le mois d'avril 2018 en concession. Nous l'avons découverte sur la voie carrossable la plus haute d'Europe.

Des paysages époustouflants, beaucoup de virages, un asphalte d'une qualité exceptionnelle et des chemins de traverse peu exigeant. Difficile de trouver meilleur terrain de jeu que la vallée de l'Ubaye et notamment la route qui mène au col de la Bonette. 

Seule l'esthétique change

Elle n'a pas évolué depuis 2009. Toutefois, on ne peut qu'admirer les écopes de radiateur qui mêlent grilles métalliques et carbone, les anti-brouillards qui évoquent la compétition et son sabot moteur avec extension qui respire la robustesse et invite à parcourir la pampa, de cette Raid Edition. La selle est haute et large, les petits gabarits seront à la peine. En revanche, la position de conduite, n'impose pas un dos droit comme un "i", on est légèrement penché sur l'avant en raison d'un réservoir assez long. Il faut bien caser les 23 litres d'essence. La selle maintien bien mais reste suffisamment moelleuse pour rouler longtemps sans souffrir. La protection est en hausse par rapport à la Super T normale grâce à la présence d'un pare-brise haut assisté de deux déflecteurs placés de part et d'autre, au dessus du réservoir. Réservoir dont la largeur est un plus en matière de protection au niveau des cuisses et des genoux. En revanche, alors que la concurrence commence à proposer des écrans TFT sur les gros maxitrails (On pense bien évidement à la KTM SuperDuke Adventure mais aussi à la BMW R 1200 GS), la Super Ténéré conserve son écran LCD. Sur la version normale, passe encore, mais sur la Raid Edition, on aurait aimer voir celui de la Tracer 900 GT, au moins. Le système de réglage de la bulle n'est pas compliqué en soi. Il ne nécessite aucun outils puisqu'il suffit de tourner deux mollettes de serrage situées de part et d'autre pour déverrouiller la position puis de remonter ou descendre le pare-brise. Malheureusement, c'est rigoureusement impossible en roulant. En revanche, les deux valises latérales en aluminium noir peuvent contenir 74 litres de chargement et, contrairement à ce que l'on pense parfois, l'ouverture par le dessus est très plus pratique qu'une ouverture vers le bas qui bien souvent abouti à la chute du contenu ou à une fermeture difficile si tout n'est pas bien rangé.

Le bloc est passé à Euro4

Le bloc moteur ne change pas radicalement. C'est toujours le bon vieux bicylindre en ligne à refroidissement liquide de 1199 cm3 qui anime la Super Ténéré 2018. Toutefois, d'une part, on le redécouvre puisqu'il culmine maintenant à 112 ch (fin de la lois des 100 ch oblige) et/mais d'autres part parce qu'il a été revu pour satisfaire aux normes Euro 4. On s'y attardera sur la route. Pas de changement côté assistance et autres : on retrouve toujours les modes de conduite, traction control réglable et déconnectable mais aussi le régulateur de vitesse depuis le premier lifting du moteur en 2014. L'ABS est déconnectable et le freinage est un UBS. En clair, cela veut dire qu'il est réparti entre l'avant et l'arrière de la façon la plus efficace possible selon la situation lorsque l'on tire sur le levier droit. Autant dire qu'avec deux étriers radiaux 4 pistons à l'avant et un étrier 2 pistons à l'arrière, ça freine. Mais il faut bien ça au regard du poids de l'engin. Quant à l'amortissement à réglage électronique, il permet de gérer au mieux et sans le moindre outils la fourche et le mono-amortisseur afin de la rendre confortable ou plus dynamique, seul, avec des bagage ou à deux. 

Une GT au look de baroudeur

Evidemment, vu la taille, la largeur et le poids de la Super Ténéré, qui plus est équipée de valises, on a vu plus agile dans les bouchons mais on s'aperçoit rapidement que rouler sur un filet de gaz n'est pas compliqué, rendant les évolutions à basse vitesse bien plus simple qu'avec des motos dont le ride-by-wire s'avère caractériel. Et bien sûr la hauteur de selle et la position de conduite dos presque droit permettent une anticipation très appréciable. Une fois sorti du trafic, tout dépend du type de route. Si l'on parle de belles courbes à 80, tout va bien. Elle est même très agréable, notamment grâce à un amortissement soigné. Mais dès que l'on souhaite hausser le rythme, on se rend vite compte qu'elle n'a rien d'un Supermotard. Loin s'en faut. Ses 266 kilos imposent de rester concentrer. Idem en offroad, à moins de s'appeler Peterhansel, difficile s'amuser avec un engin de ce poids. Mais qui a dit qu'un bon Touring devait avoir un look de FJR ? L'autoroute, ou la belle nationale : voilà ce que l'on apprécie grandement en Super Ténéré où son confort et sa protection savent se faire apprécier. 

Yamaha Super Ténéré Raid Edition : à l'ancienne

Nous avions un souvenir assez diffus mais pas forcément très positif de mon premier essai de la Super Ténéré. Lourde, pataude, mollassonne, voilà l'image qu'elle nous avait laissé. Ce n'est plus le cas. Non qu'elle ce soit transformée en gazelle bondissante mais l'amortissement en mode Hard la rend nettement plus agile et le moteur est tout de même, malgré son passage à Euro4 entre temps, plus expressif. Reste que pour 17.999 €, en 2018, on est en droit d'espérer un peu de modernité, surtout au regard de la concurrence, KTM 1290 Super Adventure S (16.990 €) en tête.

Avis de la rédaction sur Yamaha XTZ 1200 Super Ténéré Raid Edition
12/20
J'avais un souvenir assez diffus mais pas forcément très positif de mon premier essai de la Super Ténéré. Lourde, pataude, mollassonne, voilà l'image qu'il m'en restait. Ce n'est plus le cas. Non qu'elle ce soit transformée en gazelle bondissante, mais l'amortissement en mode Hard la rend nettement plus agile et le moteur est tout de même, malgré son passage à Euro4 entre temps, légèrement plus expressif. Reste que pour 17 999 €, en 2018, on est en droit d'espérer un peu de modernité, surtout au regard de la concurrence, KTM 1290 Super Adventure S (16 990 €) en tête. N'était-il pas possible de mettre un tableau de bord TFT couleur comme sur la Tracer 900 GT, au moins ?
ConfortProtectionRobustesseSonorité moteur
Manque de funEquipement datéPas donnée
Les chiffresPrix17 999 €Puissance82,4 kW à 7250 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur12/20Chassis12/20Look12/20Prix12/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.