CFMOTO 700 CL-X Heritage
Essai
20 novembre 2021
Honda Forza 350
Essai
13 novembre 2021
Triumph Tiger 850 Sport
Essai
06 novembre 2021
EcCity Model 3 2021
Essai
30 octobre 2021
Brixton Felsberg 125 XC
Essai
16 octobre 2021
Sym Joymax Z+ 125
Essai
09 octobre 2021
Suzuki GSX-S 1000 2021
Essai
02 octobre 2021
Voge 300 DS
Essai
25 septembre 2021
Chang-Jiang Dynasty
Essai
18 septembre 2021
Honda PCX 125 2021
Essai
11 septembre 2021
Sym Jet X 125
Essai
28 août 2021

Yamaha XSR125

Les photos de l'essai
Yamaha XSR125
20
Diaporama

, publié le 31 juillet

Il est depuis quelques années bien plus facile de signer pour une moto 125 à l’esprit délicieusement rétro. C’est donc avec de grandes ambitions que la Yamaha XSR 125 promet le charme du vintage, des performances combinées à une excellente fiabilité et un tarif bien placé.

Le constructeur nippon Yamaha étend sa gamme 125 par le bas avec cette nouvelle proposition baptisée XSR 125. Cette moto associe comme son nom l’indique une mécanique conforme au permis B/A1 à l’ambiance typique de son offre « Faster Sons ». Ici pas de « Dark Side of Japan » donc, mais un traitement qui s’apprécie avec une chemise à carreau, des chaussures en cuir et un jean noir délavé. Économie d’échelle oblige, cette moto partage de nombreux éléments avec sa cousine au dessin futuriste MT-125. Autant dire qu’il y a pas mal de boulot pour un rendu vintage. Yamaha offre alors à cette XSR 125 un éclairage rond entièrement à LED, un guidon plus large (+15 mm par rapport à celui de la MT-125) et plus haut, des jantes noir mat, un réservoir bombé, une selle plate ainsi que trois couleurs dont le jaune historique de la marque. Cerise sur le gâteau, les amateurs de personnalisation ont le choix parmi deux packs optionnels Racer (515 €) et Street (539 €) poussant encore plus loin son identité singulière. Du côté des finitions la présentation est convaincante. Les éléments sont bien assemblés et les matériaux de qualité même si quelques câbles électriques ne sont pas gainés jusqu’au bout.

Ambiance vintage et agrément moderne

Opter pour une XSR 125 en guise de première monture est parfaitement envisageable tant cette moto est facile. Sa hauteur de selle de 815 mm est adaptée à tous les gabarits tandis que son grand guidon et sa position de conduite assez droite la rendent très accessible. Les pieds viennent naturellement se poser légèrement en arrière. Les plus pointilleux voudront un réservoir un peu plus creusé sur les flancs pour les genoux, mais quel look ! La Yamaha XSR 125 joue sans surprise la carte de la simplicité du côté de l’instrumentation et des commandes. Un grand cadran rond doté d’un affichage à LED trône au centre du guidon. L’ensemble est très lisible même si le rétro-éclairage se montre parfois timide. Les premiers kilomètres se font avec une certaine souplesse avant de remarquer que le confort provient principalement de l’épaisseur et de la densité de la mousse de la selle. La fourche inversée aux tubes de 37 mm et au débattement de 130 mm encaisse les irrégularités de manière assez sèche. Même constat pour l’amortisseur arrière au débattement de 110 mm. Yamaha cherche sans doute avec ce compromis à offrir une assise moelleuse sans sacrifier la rigueur de la XSR 125 dans les courbes. Le résultat est convainquant mais plus de progressivité pour ces suspensions signées Kayaba serait idéal. Les plus observateurs remarqueront que la partie centrale de la moto est très similaire à celle de la Yamaha MT-125. La XSR 125 hérite en effet du bloc monocylindre 124 cm3 quatre soupapes à refroidissement liquide du roadster. Comprenez par là qu’il embarque le système de distribution variable maison VVA promettant du couple à bas régime et, à partir de 7400 tr/min, une configuration privilégiant la puissance. Cette mécanique délivre sur le papier 15 chevaux à 10 000 tr/min et 11,5 Nm de couple à 8 000 tr/min. De quoi garantir une utilisation aisée compte tenu du poids de 140 kilos TPF du véhicule. La Yamaha XSR 125 embarque d’ailleurs elle aussi un cadre rigide Delta Box spécifiquement retravaillé. De quoi offrir à la Japonaise équipée de roues de 17 pouces un empattement de 1325 mm. La commande d’embrayage est souple, le point de patinage se trouve de manière intuitive, les rapports s’enclenchent sans anicroche tandis que les rétrogradages un peu trop anticipés ne déstabilisent pas la XSR 125. L’étagement de la boîte six vitesses permet des accélérations franches jusqu’en quatrième tandis que la cinq et six se réservent aux trajets extra-urbains. Le dernier rapport est d’ailleurs un peu long pour envisager la moindre reprise, mais ce sera au bénéfice de la consommation ! Côté freinage, son disque avant de 267 mm de diamètre est associé à un étrier deux pistons à montage radial. Un disque de 220 mm de diamètre se charge pour sa part de freiner l’arrière. Il faut pour cela appuyer de manière assez volontaire sur la pédale de gauche ce qui déclenche parfois l’ABS de manière un peu prématurée. 

Prête pour un roadtrip

La Yamaha XSR 125 s’assoie correctement en entrée de courbe avec un dosage finalement assez aisé. Les pneumatiques TrailWinner D211 signés IRC (17 pouces, 110 mm à l’avant et 140 mm à l’arrière) surprennent par un grip bien meilleur que ce que le dessin de leur bande de roulement laisse présager. On se laisse même aller lorsque le bitume est sec à prendre un peu d’angle avec la XSR 125. Cela tombe bien, les suspensions le permettent elles aussi ! Point de patinage bas, boîte souple, selle moelleuse : enjamber au quotidien la XSR 125 ne sera pas une punition. Attention néanmoins à la largeur de son guidon dans les remontées de file. Sa sonorité très discrète dans les bas régimes fait aussi partie des points forts de cette moto en milieu urbain. Enfin, pour le côté look en terrasse de café, inutile de préciser qu’on vous remarquera. Elle a fière allure cette Yam’ ! Ville et 125 font généralement bon ménage grâce au poids peu élevé de ces véhicules. L’intérêt d’opter pour une moto plutôt que pour un scooter réside néanmoins dans le fait de goûter aux plaisirs des balades sur les routes secondaires. La XSR 125 y est particulièrement à l’aise avec ses quatre premiers rapports courts et son moteur à distribution variable. L’ambiance mécanique quoi qu’un peu trop timide délivre des vocalises gratifiantes un peu plus métalliques près de la zone rouge. Il y a ici de quoi cravacher la moto et ce sans dépasser les limitations de vitesse. Certes, vous prendrez le vent dans la figure passé les 90 km/h et vous peinerez à atteindre une vitesse maximale semblable à celle de la MT-125 (plus de 130km/h), mais cela se fera avec panache. Notre consommation moyenne s’élevait à 2,3 l/100km lors de cet essai assez dynamique. De quoi dépasser les 450 kilomètres d’autonomie avec son réservoir de 11 litres.

Avis de la rédaction sur Yamaha XSR125
16.8/20
Si vous rêvez d’une 125 bonne à tout faire mais que l’esthétique est malgré cela important pour vous, voici votre candidate. Plus facile à rouler avec ses 15 chevaux - et sans doute à revendre - qu’une moto low cost, plus abordable qu’une Husqvarna Svartpilen 125 (5 299 €), plus originale qu’une Honda CB125R (4 749 €), moins exotique qu’une FB Mondial HPS 125 ABS (4 195 €) la Yamaha XSR 125 se positionne de manière très intéressante sur le segment du néo-rétro. Affichée 4 599 €, elle propose à un prix bien placé une offre convaincante dans la gamme d’un constructeur généraliste.
Look et colorisTarifPerformances moteurDu néo-rétro chez un généralisteComportement routier
Confort mêlant moelleux de la selle et suspensions sèchesFrein arrière peu progressifRétro-éclairage du compteur parfois faible
Les chiffresPrix4 599 €Puissance11 kW à 10000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.