Masai Grey Stone 125
Essai
16 juin 2018
CFMoto CForce 850
Essai
09 juin 2018
Husqvarna Svartpilen 401
Essai
02 juin 2018
Kymco X-Town 300
Essai
26 mai 2018
Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018
Honda CB125R 2018
Essai
12 mai 2018
KTM 790 Duke
Essai
05 mai 2018
Kymco Visar
Essai
14 avril 2018
Yamaha MT-07 2018
Essai
07 avril 2018
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
24 mars 2018

Yamaha X-Max 400 ABS-TCS 2018

Les photos de l'essai

publié le 3 février

Début 2017 sortait le Xmax 300, remplaçant du Xmax 250, à l'occasion d'Euro4. Puis en juillet, Yamaha annonce l'arrivée d'un nouveau Xmax 400, alors que le millésime 2017 de celui-ci était déjà passé à la nouvelle norme. Mais étant donné que le nouveau Xmax 125 était aussi dans les cartons, cela aurait été dommage de laisser le 400 dans sa robe de 2013. D'ailleurs, nous avions pensé un moment qu'il allait tout simplement disparaître de la gamme pour laisser toute la place au nouveau 300, bien équilibré entre le 125 et le Tmax. Que nenni ! Le 400 demeure, relooké (à l'identique du 125 sorti un peu plus tard, fin novembre, et avec quelques différences notables par rapport au 300), mieux équipé et doté d'un moteur plus performant. Rappelons (cocorico !) que tous trois sortent de l'usine MBK Industrie à Saint-Quentin dans l'Aisne.

Yamaha Xmax 400 2018 : Style - finition Du très haut de gamme ! Nous le disions déjà pour l'essai du 125, cela vaut aussi pour le 400 qui dispose de la même selle bimatière ornée de deux inserts alu au niveau du dosseret. L'avant gagne en agressivité avec une filiation Tmax renforcée, et la signature lumineuse full leds est remarquable entre toutes, à la proue comme à la poupe. C'est justement en le regardant de derrière que vous réussirez à le différencier à coup sûr des 125 et 300 : gros gros pot à droite et énorme carter de transmission à gauche, son fessier est imposant !

Yamaha Xmax 400 2018 : Ergonomie Pas de surprise de ce point de vue : la position est dynamique, comme sur l'ensemble de la famille Max, et l'on peut toujours adopter une posture plus relax en allongeant les jambes sur les marchepieds. Les plus grands disposent de suffisamment d'espace pour se reculer, en revanche les plus petits sont encore moins bien logés qu'avant, avec une hauteur de selle qui prend 15 mm à 800 mm. Et on s'en étonne toujours : qu'est ce qu'elle est large ! Sortie de fesse au feu préconisée pour ceux-là ! Quand on sait que le bébé pèse 210 kg avec les pleins (5 kg de moins que le précédent en version ABS), on se méfie.

Yamaha Xmax 400 2018 : Confort - Duo En position la plus souple, les amortisseurs travaillent correctement pour préserver les lombaires des gabarits moyens à costaud, et même en duo il n'est pas forcément nécessaire de serrer davantage la précontrainte. C'est dire qu'ils sont plutôt fermes, encore, malgré de nouveaux réglages ! C'est ainsi que le ressentent les pilotes les plus légers en tout cas. D'ailleurs si l'on s'en tient aux fiches techniques 2018 vs 2013, leur débattement a perdu 3 mm. L'assise est confortable, et le passager apprécie le confort général, si ce n'est, toujours, le retour de carénage dans les mollets, et une largeur qui demande de la souplesse pour monter.

Yamaha Xmax 400 2018 : Protection Le pare-brise est dorénavant réglable sur deux positions, mais avec outils (de même d'ailleurs pour le guidon). La position la plus basse est suffisamment protectrice pour les petits et moyens gabarits. Combiné avec les déflecteurs « protège-mains » de part et d'autre, tout le haut du corps est bien préservé des intempéries, avec un bon aérodynamisme qui évite les remous. Et en bas, le tablier est assez large pour que les genoux et les mollets se cachent derrière. Un très bon niveau de protection global.

Yamaha Xmax 400 2018 : Instrumentation - commandes Le tableau de bord est très classe et lisible, avec ses deux compteurs vitesse / compte-tours analogiques, l'écran numérique central, plus grand qu'auparavant, fourmillant d'infos que l'on fait défiler grâce à une commande à main droite (voir le détail dans les équipements en bas de page). Notez l'arrivée bienvenue d'un frein de parking mécanique à main gauche, comme celui du Tmax. Le contacteur passe à la smartkey, avec un bouton relativement simple à manipuler, mais qui émet des « bip bip » très sonores si on tarde à le placer sur « off », ce qui est très fréquent notamment lorsque l'on sort ses affaires du coffre...

Yamaha Xmax 400 2018 : Aspects pratiques Comme pour le Xmax 125 2018, le coffre a gagné en modularité, avec un fond moins biscornu dans sa partie médiane. Si il n'a pas vu son volume agrandi, acceptant toujours deux gros casques modulables, il est plus aisé de stocker des objets en longueur. En plus, il est maintenant éclairé, et la partie avant est recouverte d'un matériau caoutchouc protecteur. La boîte à gants de gauche s'ouvre via un bouton en dessous du contacteur en position « Open » et contient désormais une prise 12 V. Celle de droite n'est pas verrouillable. Toutes deux sont de bonne contenance.

Yamaha Xmax 400 2018 : Moteur Pas d'évolution fondamentale pour le mono liquide 4 soupapes, qui était déjà passé à Euro4 pour le millésime 2017. Pour 2018, il gagne un peu en puissance et en couple avec 33,3 ch (24,5 kW) à 7000 tr/min (vs 23,2 kW à 7500 tr/min) et 36 Nm à 6000 tr/min (vs 34 Nm à 6000 tr/min). Des valeurs qui restent en-deçà de celles du Kymco Xciting 400 dont nous aurons d'ailleurs une évolution en 2018. Du point de vue caractère, il n'est pas si éloigné du taïwanais, avec une certaine rugosité et une sonorité très présente, voire bruyante, à bas régime (qui à haut régime constant)... En tout cas il y a ce qu'il faut au démarrage, où la poignée est suffisamment dosable pour s'extraire du flot en douceur si l'adhérence est précaire, et sur toute la plage de régime pour affronter toutes les situations. Un petit creux peu pénalisant se fait sentir à mi-régime vers 5000 tours.

Conso de l'essai : 5,1 l/100 km (confirmation à la pompe de la conso moyenne affichée au tableau de bord). Autonomie 255 km avec le réservoir de 13 litres (1 l de moins que le précédent millésime).

Yamaha Xmax 400 2018 : Ville Avec son gabarit finalement à peine plus important que celui du 125, ce 400 reste agile en ville, même si il faut compter avec son poids bien plus conséquent. L'équilibre n'est pas plus perturbé que cela par les kilos supplémentaires à l'arrière (on estime la répartition des masses à 40/60 av.-ar.) et le bon rayon de braquage facilite les évolutions entre les files et les demi-tours. Ici, avec une transmission moins souple que sur le 300 ou le 125, on sent quelques à-coups à la remise des gaz, le « gros mono » ayant aussi tendance à cogner un peu. On est loin du feulement profond mais feutré du bicylindre du Tmax, pour sûr ici, le caractère est plus prononcé ! 

Yamaha Xmax 400 2018 : Route A mi-régime, le moteur est très à son aise, et suscite l'envie d'en rajouter un peu pour s'amuser. C'est là que rapidement vous viendrez à bout de la garde au sol, à peine augmentée, qui comme sur le précédent millésime va réfréner vos ardeurs, en particulier côté gauche (usure prématurée de la béquille !). Si l'ensemble reste ici serein, on perçoit davantage le déséquilibre avant-arrière : ici précisons que le poids du pilote influe. Mon petit gabarit peine à « charger » davantage l'avant dans le cadre d'une conduite rythmée, alors qu'Eric par exemple n'a pas le même ressenti de ce train avant trop léger, avec une fourche plus souple que ne le sont les amortisseurs, et donc des transferts de masses sensibles. 

Yamaha Xmax 400 2018 : Autoroute Si il est un usage pour lequel ce 400 méritera que l'on s'y arrête, c'est bien pour ses reprises et sa vitesse de pointe sur les voies rapides et autoroutes. Avec sa vitesse maxi largement au-delà de la limite autorisée (160 compteur et 150 GPS), autant dire qu'il est à l'aise à rythme légal, et qu'à 90 aussi bien qu'à 130 km/h, il vous en reste suffisamment à main droite pour évoluer en toute quiétude. La stabilité en ligne droite et la protection vous font parfois oublier que vous risquer d'outrepasser les limites, ce qui est valable en duo aussi. En revanche, à haute vitesse, en grande courbe au bitume incertain, nous avons constaté la tendance du scooter à se désunir (idem ceci dit aussi sur le 300). On se dit que les euros supplémentaires demandés pour le Tmax se justifient notamment ici...

Yamaha Xmax 400 2018 : Freinage - antipatinage C'est l'un des points forts de ce Xmax 400 : le double disque avant est à la fois puissant et progressif, avec un très bon feeling au levier. L'arrière est très efficace aussi, toutefois l'ABS s'y déclenche volontiers. C'est aussi le cas de l'antipatinage dès que le bitume, même sec, est froissé, la faute en partie à la taille réduite de la jante, car les pneus Michelin CityGrip sont bons. Mais les réactions de l'assistance ne sont pas pénalisantes, et finalement on apprécie de l'avoir à disposition étant donné la bonne vigueur du moteur. Un détail : les leviers, non réglables, sont très écartés, même pour les mains de taille normale.

Avis de la rédaction sur Yamaha X-Max 400 ABS-TCS 2018
15.2/20
Pas de doute : ce nouveau Xmax 400 évolue de belle manière par rapport au précédent millésime, avec un moteur plus performant, un confort amélioré, des équipements et une finition haut de gamme. Si l'on peut regretter peut-être que le cadre et la partie cycle ne soient pas tout à fait encore à la hauteur des performances moteur, il dispose d'atouts indéniables. Plus apte aux trajets autoroutiers et au duo que le 300, meilleur freineur, et en parallèle bien moins cher que le Tmax même standard, il a de quoi trouver sa place dans la gamme Max. De quoi l'établir solidement sur ce segment, où il n'aura toutefois pas beaucoup de concurrence, si ce n'est le nouveau Kymco Xciting 400S 2018 à venir tarif version actuelle 5999 €), et si l'on omet les Kymco Downtown 350 (5199 €) ou nouveau Burgman 400 (7999 €) à vocation plus GT.
Style et finition haut de gammeMoteur au caractère affirméFreinage puissantAntipatinageProtectionAptitude au voyage + duo
Leviers très écartésSonorité moteur importanteGarde au sol réduiteComportement à haute vitesseAutonomie réduite
Les chiffresPrix6 999 €Puissance24,5 kW à 7000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - Yamaha X-Max 400 ABS-TCS 2018
  • avatar
    yoyo650 -

    Même performances, même niveau d'équipement que le Piaggio Beverly 350 sorti bien avant lui et qui a une consommation inférieure. Il n' a rien de nouveau dans ce scoot . De plus chez Yamaha ce véhicule est cher par rapport à la concurrence..

  • avatar
    ber83 -

    un petit boudin sur un gros boudin, pas grand intérêt

  • avatar
    grand81 -

    le plus intéressant c'est qu'il es fabriqué en France, et que dans ces boîtes personne ne parle de gréves, d'augmentation et autres, cherchez les erreurs vous les fonctionnaires

  • avatar
    Fipaco -

    Belle bécane..il ne faut pas comparer moto et scooter.
    j'ai essayé le Yam et auusi le Kymco 400, Eeeh bien , je préfère le Kymco ! moteur 18/20, freinage-agilité 19/20 , 1000 euros de - !
    Kymco, c'est Taiwanais et fiable,depuis des décennies,ils fabriquent des scooters.

  • avatar
    Fipaco -

    Belle bécane..il ne faut pas comparer moto et scooter.
    j'ai essayé le Yam et auusi le Kymco 400, Eeeh bien , je préfère le Kymco ! moteur 18/20, freinage-agilité 19/20 , 1000 euros de - !
    Kymco, c'est Taiwanais et fiable,depuis des décennies,ils fabriquent des scooters.