Harley-Davidson FXDR 114
Essai
08 décembre 2018
Orcal Sirio
Essai
01 décembre 2018
Honda Monkey
Essai
24 novembre 2018
Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018

Yamaha Tracer 900 GT 2018

Les photos de l'essai

publié le 28 juillet

30.000 : c'est le nombre d'exemplaires de Tracer 900 écoulés depuis janvier 2015. Pour 2018, elle évolue encore et se décline maintenant en GT pour séduire les plus voyageurs.

Trois ans après son apparition sur le marché, la Tracer 900 est revue et corrigée par Yamaha. Mais la grande nouveauté, c'est l'apparition de la Tracer 900 GT, une déclinaison Touring qui profite de nombreux équipements supplémentaires. De série, elle est équipée de valises latérales, de poignées chauffantes, d'un Cruise Control, d'un écran TFT couleur, d'un shifter et surtout de suspensions intégralement réglables. C'est dans la région de Grenade que nous en avons pris son guidon.

L'équipement est plus riche

Le Tracer 900 évolue à la marge pour 2018. On notera les nouvelles écopes de radiateur et des traitements de surface plus qualitatifs au niveau des plastiques qui entourent l'instrumentation. Pour le reste, elle conserve son identité même si la GT fait nettement plus Touring avec ses valises latérales. L'écran TFT couleur proposé de série sur la GT est un peu petit par rapport à ce que l'on peut trouver chez BMW, Triumph ou KTM notamment. Mais il a le mérite de distiller les principales informations de façon assez lisible. Il n'y a que la balade dans les menus et réglages qui sont plus compliqués. Très peu d'espace sous la selle, de quoi peut-être glisser un micro vêtement de pluie. En revanche, très bon point que cette possibilité de régler la hauteur du pare-brise d'une seule main, sans outils et même en roulant quand les conditions le permettent. La sécurité avant tout. Et puis, de série, elle dispose d'une béquille centrale bien pratique pour graisser sa chaine ou remplir les valises latérales. Valises qui pourraient être plus volumineuses. Vu leur forme, 22 litres c'est trop peu pour y loger un casque. 

Plus typée confort que la Tracer 900

La hauteur de selle progresse de 5 mm à 850 mm (865 mm en position haute). Cela ne modifie en rien la possibilité de poser pied à terre car dans le même temps, elle a été nettement affinée à l'arcade. Le guidon est plus étroit de 16,5 mm et la moto de 10 cm en général grâce à l'emploi de masselottes et de pare-mains moins volumineux. La selle de la nouvelle Tracer est maintenant dotée d'une mousse bi-densité censée apporter plus de confort mais elle reste tout de même assez rigide. Le pare-brise a été élargit pour offrir plus de protection et est maintenant réglable d'une main, y compris en roulant. Quant à la suspension de la GT, elle est sensiblement différente de la Tracer 900 standard puisqu'elle hérite d'une fourche inversée KYB de 41 mm réglable en précharge, détente et compression et d'un mono-amortisseur réglable en détente et précharge, au moyen d'une molette déportée.

On ne change pas une équipe qui gagne

Côté moteur pas de changement, la Tracer 900 GT reçoit le 3 cylindres à refroidissement liquide de 847 cm3 de l'ancienne Tracer 900. La nouvelle Touring Yamaha profite donc d'une puissance de 115 ch à 10.000 tr/mn et d'un couple maxi de 87,5 Nm à 8.500 tr/mn. En revanche, elle est équipée d'un shifter de série. Dommage qu'il ne fonctionne qu'à la montée des rapports et non à la descente. L'accélérateur ride-by-wire est pourvu de différents modes, A pour Sport, STD pour standard et B pour Rain. Le A est toujours très (trop) On-Off et donc à réserver à des conditions de roulage optimales. L'anti-patinage est réglable sur deux positions et déconnectable. La GT dispose en outre d'un régulateur de vitesse de série. En terme de freinage, la Tracer 900 GT dispose d'un double disque de 298 mm, étriers radiaux 4 pistons à l'avant et d'un simple disque de 245 mm, étrier 1 piston, à l'arrière. Puissant et dosable à l'avant, il mériterait d'être plus qu'un simple ralentisseur à l'arrière. D'autant qu'il déclenche très vite l'ABS. Fort heureusement, ce n'est pas le cas à l'avant.

Une vraie GT

Avec sa largeur générale en baisse de 10 cm au guidon, nul doute qu'elle gagne en facilité lors des évolutions citadines. Le moteur reprend très bas sans problème, ce qui permet de ne pas avoir à trop user du levier d'embrayage et l'agilité du châssis de se faufiler sans forcer. Attention toutefois aux valises latérales, il faut les garder à l'esprit, notamment en interfiles. Réglée par Yamaha pour l'occasion, la suspension de la Tracer 900 GT offre plus de souplesse que la Tracer 900. Elle est donc plus soumise au transfert de charge lorsque l'on freine franchement dans du sinueux. En revanche, elle a été rendue plus stable une fois sur l'angle que l'ancienne Tracer, en partie grâce à l'allongement de 6 cm du bras oscillant. Dommage que la selle soit encore trop dure car la protection encore perfectible mais déjà très correcte, la position de conduite relax et la motorisation capable d'offrir une autonomie proche des 300 km, incitent au voyage. Y compris en duo ! D'autant plus d'ailleurs que les repose-pieds passagers ont été abaissés et les poignées de maintien légèrement redessinées pour améliorer leur préhension.

Tracer GT 2018 : une déclinaison très logique

Yamaha a gagné son pari. Il souhaitait offrir à une clientèle avide de petits voyages une moto capable de leur offrir confort et sensation, c'est très exactement ce qui ressort des quelques 300 km parcourus à son guidon dans des conditions météo souvent compliquées. En revanche, elle perd en sportivité ce qu'elle gagne en confort. Elle est plus rassurante, mieux équipée et plus cossue. De quoi amplement justifier le tarif de 12 199 € (1600€ de plus que la version standard) réclamé par Yamaha. Elle se retrouve donc directement en face des Triumph Tiger 800 XRx (12 750 €), Suzuki V-Strom 1000 (12 799 €), Kawasaki Versys 1000 Tourer (14 199 €) et dans une certaine mesure, face à des Ducati Multistrada 950 Touring Pack (14 910 €) ou encore BMW S1000XR (16 600 €).

Avis de la rédaction sur Yamaha Tracer 900 GT 2018
16.8/20
Selon le moi, le pari de Yamaha est gagné. Le constructeur souhaitait offrir à une clientèle avide de petits voyages une moto capable de leur offrir confort et sensations, c'est très exactement ce qui ressort des quelques 300 km parcouru à son guidon dans des conditions météo parfois "rock and roll". En revanche, en déplaçant le curseur vers le confort, Yamaha l'a éloignée de la sportivité. Elle est plus sage que l'ancienne Tracer mais aussi plus rassurante, mieux équipée et plus cossue. De quoi amplement justifier le tarif de 12.199 € (1600 € de plus que la version standard) réclamé par Yamaha. Elle se retrouve donc directement en face des Triumph Tiger 800 XRx (12.750 €), Suzuki V-Strom 1000 (12.799 €), Kawasaki Versys 1000 Tourer (14.199 €) et dans une certaine mesure, face à des Ducati Multistrada 950 Touring Pack (14.910 €) ou encore BMW S 1000 XR (16.600 €).
Moteur plein partoutRégulateur de vitesseValises rigidesEcran TFTProtectionShifterPrix
Amortissement soupleSelle durePneus
Les chiffresPrix12 199 €Puissance84,6 kW à 10000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis12/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.