Harley-Davidson FXDR 114
Essai
08 décembre 2018
Orcal Sirio
Essai
01 décembre 2018
Honda Monkey
Essai
24 novembre 2018
Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018

Yamaha Niken

Les photos de l'essai
Yamaha Niken
20
Diaporama

publié le 15 septembre

Yamaha nous a confié le guidon de sa Niken, la fameuse moto à trois roues qui s'incline en courbes. Sensation proches du ski carving, mais sans le planté de bâton, l'engin au gros moteur CP3 nous a bluffé. Préparez-vous à une révolution ! 

La Niken commercialisé aujourd'hui est la dernière évolution du concept MWT-9 présenté au Salon de la Moto de Paris en 2015. Grâce à ses doubles fourches inversées placées à l'extérieur de ses roues avant, cette moto au look dynamique et singulier prendrait 45° d'angle (un MP3 prend 40° maxi). Sachant qu'en plus sommeille dans ses entrailles le trois-cylindres remanié de la MT-09, il va y avoir du sport annonce clairement le constructeur ! Heureusement, grâce à son train avant employant le principe mécanique Ackerman - qui permet aux roues de rester parfaitement alignées quelle que soit l'inclinaison - ce beau bébé de 263 kg tous pleins faits conserverait une bonne agilité ! Chose que nous allons maintenant tirer au clair dans les montagnes du Tyrol.

Position de conduite buste droit 

La position de conduite n'est pas contraignante. Avec un guidon reculé de 50 mm et une assise abaissée de 30 mm par rapport à la dernière Tracer 900, on se tient plus droit sur la Niken. Le sentiment de maîtrise est renforcé grâce à l'adoption d'un plus large cintre, un guidon de 885 mm de large contre 850 mm sur la Tracer. L'assise est accessible, néanmoins l'arcade de selle est plus large, ce qui n'est pas optimal pour les moins d'1,70 m. Cette assise plus profonde offre de bonnes possibilités de recul. Comme sur la Niken le pilote se tient plus en arrière que sur les MT-09 ou Tracer, le positionnement de ses pieds est également moins reculé. Le pilote est également à son aise grâce à la capacité d'amortissement de l'ensemble des suspensions Kayaba, à l'arrière notamment, où l'amortisseur dispose d'une molette de réglage déportée pour la précharge. Et à l'avant, le système à parallélogramme employant deux tubes de fourche de chaque côté (un de 43 mm pour l'amortissement et un autre de 41 mm pour le guidage) n'offre pas énormément de débattement (110 mm), toutefois il est très efficace sur les petites déformations.

Sous surveillance, électronique !

Le fameux trois-cylindres CP3 de 847 cm3, inauguré avec la MT-09 et que l'on retrouve sur la Tracer 900, est ici adapté au nouveau genre trois-roues. Il développe 115 chevaux (84,6 kW) à 10 000 tr/min et son couple maxi est mesuré à 87,5 Nm à 8 500 tours. Avec davantage d'inertie (+ 18 %) engendrée par l'adoption d'un vilebrequin plus lourd, en particulier, il offre un caractère plus linéaire. D'ailleurs sur les bas régimes on ne le reconnait plus ! On lui trouve même un certain manque d'allant jusqu'à 5500 tours. Toutefois passé ce cap, on retrouve sa hargne et sa belle sonorité. Son allonge est également convaincante, mais compte tenu du poids qu'il propulse, sa consommation a augmenté : enregistrée à 7l/100 km d'après l'ODB sur les 300 bornes de notre journée d'essai, sur des routes de montagnes avec de belles ascensions (3000 m !). La réponse de l'accélérateur électronique est directe et plus convaincante que sur la plate-forme MT-09/Tracer. Comprenez par là que même sur le 1er mode, le plus démonstratif à l'ouverture, l'à-coup est moindre. Le mode 2 rassurera les novices et le 3 est préconisé sur chaussées mouillées, car compte tenu du grip du train avant on a tendance à en remettre trop... et à drifter, fatalement ! L'antipatinage (TCS) est donc indispensable sur cette moto et il fonctionne plutôt bien. Derniers raffinements électroniques, le shifter pour passer les vitesses à la volée et le régulateur de vitesse. 

Un trois-roues pour la route

La proue de la Niken est large, c'est indéniable, mais au guidon on n'a pas l'impression qu'elle l'est plus qu'une GT ou qu'un MP3. L'évolution dans la circulation des villes n'est donc pas plus compliquée, d'autant que la moto trois-roues s'avère assez maniable, pour une machine de 263 kg. Moins qu'une MT-07 forcément, néanmoins grâce à sa bonne direction et son équilibre, la traversée des villes autrichiennes des vallées du Tyrol ne nous a pas posé de problème. Le rayon de braquage est sensiblement plus long que celui d'un roadster standard, mais pas excessivement. En revanche nous avons remarqué une certaine instabilité sous les 20/25 km/h. Sur la route maintenant, la Niken c'est comme une moto ! Le train avant est léger, précis et surtout, il offre un maintien remarquable en courbe. On adore cette stabilité sur l'angle qui rassure franchement et qui permet de passer très vite en virage, car le grip de l'avant peut difficilement être mis en défaut. Sur surfaces mouillées on repousse ses limites, franchement, mais elles existent tout de même ne rêvons pas ! Toutefois, s'il faut rectifier le tir le prise du frein avant s'envisage bien plus sereinement que sur un deux-roues. Avec deux disques de 298 mm coiffés d'étriers radiaux à 4 pistons, à l'avant le freinage est musclé. Et il l'est d'autant plus que le contact des deux roues assure un surplus d'adhérence. A l'avant l'ABS est indépendant sur chacune des roues, du coup si l'assistance s'active sur la roue droite par exemple, au passage de graviers, la roue gauche continue de tourner et de ralentir, si le bitume est sain.

Essai Yamaha Niken 2018 : révolutionnaire, en effet !

Après nos 300 km de test à bord de la Niken, notre bilan est sans appel : la moto à trois roues est enthousiasmante ! Certainement plus rassurante qu'une moto classique grâce à son train avant dédoublé et son efficacité au freinage comme sur chaussée mouillée, à rythme (très) soutenu c'est surtout sa sportivité qui nous a épatés. Son comportement en virage, sa capacité à enchainer les virolos et sa motorisation - si elle est sollicitée dans les tours -  offrent une nouvelle expérience de conduite aux férus de deux-roues dynamiques. La Niken a tout de même ses limites, entre look massif, finition parfois discutable et glisse de l'arrière, néanmoins nous saluons la prouesse technique du constructeur japonais. Ainsi, le tarif de 14 999 € nous paraît être en phase avec la technologie proposée. Reste qu'en face sont installés les roadsters sportifs haut de gamme, bien plus velus, sans parler du fait que les mentalités sont souvent longues à faire évoluer..A essayer de toute urgence !

Avis de la rédaction sur Yamaha Niken
16/20
Après nos 300 km de test à bord de la Niken, notre bilan est sans appel : la moto à trois roues est enthousiasmante ! Certainement plus rassurante qu'une moto classique grâce à son train avant dédoublé et son efficacité au freinage comme sur chaussée mouillée, à rythme (très) soutenu c'est surtout sa sportivité qui nous a épatés. Son comportement en virage, sa capacité à enchainer les virolos et sa motorisation - si elle est sollicitée dans les tours - offrent une nouvelle expérience de conduite aux férus de deux-roues dynamiques. La Niken a tout de même ses limites, entre look massif, finition parfois discutable et glisse de l'arrière, néanmoins nous saluons la prouesse technique du constructeur japonais qui a en effet dû énormément travailler sur ce train à parallélogramme pour aujourd'hui commercialiser une telle machine. Ainsi, le tarif de 14 999 € nous paraît être en phase avec la technologie proposée. Reste qu'en face sont installés les roadsters sportifs haut de gamme, bien plus velus, sans parler du fait que les mentalités sont souvent longues à faire évoluer... A essayer, de toute urgence !
Agilité pour un trois-rouesSensation de grip sur l'angleMaintienConfortTechnoFreinage
Look ?Moteur à mi-régimeSensation de flottement à basse vitesseProtection
Les chiffresPrix14 999 €Puissance84,6 kW à 10000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look12/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.