Ray Motors 7.7
Essai
24 septembre 2022
Motron Nomad
Essai
17 septembre 2022
Suzuki Katana 2022
Essai
11 septembre 2022
Piaggio MP3 530 HPE Exclusive
Essai
03 septembre 2022
Benelli Leoncino 800
Essai
20 août 2022
NIU MQi GT Evo
Essai
13 août 2022
Triumph Tiger 1200 2022
Essai
08 août 2022
Keeway Superlight 125 Euro5
Essai
30 juillet 2022
CFMOTO 800 MT Sport
Essai
23 juillet 2022
Kymco CV3
Essai
16 juillet 2022
BMW K 1600 GT 2017
Essai
09 juillet 2022
Ovaobike MCR-S
Essai
02 juillet 2022

Yadea C1S

Les photos de l'essai
Yadea C1S
20
Diaporama

, publié le 5 février

Yadea débarque sur le marché de l’équivalent 50 cm3 électrique, avec le C1S placé au sommet de sa gamme. Un petit scooter looké qui entend bien conquérir son segment en Europe.

En Chine, le marché des scooters électriques est dominé par Yadea. A tel point qu'une marque un peu plus connue chez nous, Niu, fait appel à eux pour construire leurs propres cadres. Fort de cette expérience, le constructeur s'est alors dit : pourquoi ne pas tenter l'aventure en Europe. Même si on est encore loin côté volumes de ventes, ça commence plutôt bien pour le moment car l'Allemagne représente le premier marché européen mais, porté par l'importateur français Logicom, la France suit pas loin derrière, à la troisième place avec 305 immatriculations sur l'année 2021, allors que Yadea n'est présente que depuis septembre.

Compacité austro-chinoise

Dans l'ensemble, lorsqu'on regarde de loin le C1S, on ne peut pas dire qu'il soit moche. Il a un vrai look de scooter contemporain. Et cela peut sûrement s'expliquer de par le fait que la silhouette de celui-ci a été dessinée par Kiska. Pour ceux qui ne sont pas familiers à l'univers de la moto, Kiska c'est le studio de design du groupe autrichien KTM, un acteur majeur dans le monde des 2 roues. Là où cette collaboration nous surprend, c'est surtout parce qu'en temps normal Kiska est réputé pour ses dessins taillés à la serpe. La notion de compacité ne se ressent pas uniquement en regardant le C1S. Vous allez aussi la sentir à son guidon. C'est un sérieux atout lorsqu'il s'agit de se faufiler au travers des bourbiers urbains. Au niveau du guidon par exemple, c'est particulièrement agréable de pouvoir effectuer de la remontée de files sans avoir à se soucier de la largeur du véhicule. Ça passe comme une lettre à la poste et nul besoin de zig-zaguer. La selle de ce petit Yadea est large et plutôt bien molletonnée. C'est donc toujours assez sympa de poser son fessier sur cette dernière. Perchée à 800 mm de hauteur, il sera donc assez facile de poser les pieds à plat à terre. Même pour les plus petit(e)s d'entre nous. Ceci vous aidera sûrement à manoeuvrer ce scooter à l'arrêt . 

Champion du démarrage 

Comme tout bon moteur électrique qui se respecte, le moulin Brushless génère un petit coup de pied aux fesses fort agréable. Et c'est d'autant plus vrai sur un véhicule conduisible uniquement avec un BSR ou Permis AM et qui produit 2,4 kW (soit l'équivalent de 3 ch environ), il ajoute un peu de fun à la conduite, car les 45 km/h de vitesse max légale seront vite atteints. La question du ratio autonomie / temps de charge est LA question fatidique d'un engin électrique de nos jours et elle se pose donc ici aussi pour ce C1S, avec lequel nous avons parcouru une cinquantaine de kilomètres avec une charge complète de batterie. Les 5h nécessaires à une recharge à 100% ne sont donc pas vraiment problématiques, puisque l'engin dispose de batteries amovibles que l'on peu brancher chez soit ou au travail. Sur ce C1S on a aussi la possibilité de switcher entre les modes Eco et Sport. Le changement se fait très simplement via la seule pression du bouton situé sur la droite du guidon. L'opération peut se faire tout en roulant et surtout le bouton est assez accessible. Bien évidemment le mode Sport est censé vous faire bénéficier d'une meilleure réponse à la poignée de watts. Seulement, de notre côté on a trouvé que le mode Eco était plus réactif que le Sport !

Minimaliste

Avant d'enfourcher les C1S, n'hésitez pas à jeter un œil aux suspensions. Vous verrez, leur petite taille en dit long (ou court plutôt!) sur leur capacité d'absorption. Elles sont dures en effet ces suspensions. Néanmoins, cette fermeté aide le Yadea à virevolter de droite à gauche de façon rigoureuse. L'écran LCD de 5 pouces trône en plein milieu du guidon. Et c'est fort appréciable car ça le rend d'autant plus lisible. Toutes les informations importantes sont distillées correctement. Les commodos, s'ils sont lisibles et plutôt bien placés, n'offrent pas un ressenti optimal lorsqu'on les manipule. Il nous est arrivé d'avoir à appuyer plusieurs fois sur le commutateur du clignotant afin de pouvoir l'enclencher correctement. Les clignotants d'ailleurs, parlons-en ! En plus d'avoir le témoin clignotant présent de chaque côté du tableau de bord, vous aurez aussi un signal sonore assez fort. Le freinage est bien proportionné par rapport aux performances du scooter. Avec le CBS on peut freiner assez fort sur l'avant et sur l'arrière. Les pneumatiques CST deviennent presque un gage de qualité. Chaque véhicule chaussé de cette marque asiatique nous surprend car ce sont des pneus saints. Ils sont prévenants. On a plutôt un bon retour d'informations lors de la mise sur l'angle. Ils mettent à l'aise.

Avis de la rédaction sur Yadea C1S
11.2/20
Le Yadea est bourré de bonnes intentions pour devenir l’outil de mobilité urbaine facile au quotidien. On sent l’effort que les Chinois ont voulu apporter au look de ce dernier pour en faire aussi un bel objet qu’on aurait pas peur de montrer. Il remplit sa mission, car sur le plan technique il est également pertinent. Son petit moteur punchy et son gabarit compact font de lui un réel atout urbain. Cependant, le niveau de finition n’est pas encore à la hauteur de la concurrence comme on pourrait le voir par exemple sur un Niu. D’autant plus qu’il n’est pas le moins cher de sa catégorie. Placé à 3 699 €, le C1S ne cache pas son ambition de devenir un scooter électrique premium. Mais pour le moment, Piaggio et son Piaggio 1 arrive à livrer un produit plus élégant pour un tarif moindre, à 2 699 €. Certes, le Piaggio est encore plus compact et solo, néanmoins il répond aux mêmes besoins. On a donc hâte de voir les futures évolutions de cette marque, avec un C1S Pro équivalent 80/125 cm3 qui ne devrait pas tarder !
Petit moteur punchy (batterie pleine)Belle signature lumineuseGabarit super compactRégulateur de vitesse
Certaines finitions en retraitsLe son des clignotants trop fortPrix un peu élevé par rapport à la concurrenceErgonomie perfectible au niveau des jambes
Les chiffresPrix3 690 €Puissance2,4 kW (3ch) kW0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look12/20Prix4/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.