Kawasaki Versys 1000 S 2021
Essai
04 décembre 2021
Zero Motorcycles FXE ZF 7.2
Essai
27 novembre 2021
CFMOTO 700 CL-X Heritage
Essai
20 novembre 2021
Honda Forza 350
Essai
13 novembre 2021
Triumph Tiger 850 Sport
Essai
06 novembre 2021
EcCity Model 3 2021
Essai
30 octobre 2021
Brixton Felsberg 125 XC
Essai
16 octobre 2021
Sym Joymax Z+ 125
Essai
09 octobre 2021
Suzuki GSX-S 1000 2021
Essai
02 octobre 2021
Voge 300 DS
Essai
25 septembre 2021
Chang-Jiang Dynasty
Essai
18 septembre 2021
Honda PCX 125 2021
Essai
11 septembre 2021

Triumph Tiger 850 Sport

Les photos de l'essai

, publié le 6 novembre

Chez Triumph, la nouvelle Tiger 850 Sport (dispo A2) débarque sur les terres des V85 TT, F 750 GS, Tracer 900… Un segment trail midsize haut de gamme oui mais « encore  abordable », pour des motos censées tout faire de belle manière. Est-ce le cas pour cette nouvelle Tigresse ? Notre verdict est sans appel !

Comme il a mis sur la marché la Trident 660 cette année, Triumph a lancé la Sport 850 sur le segment trail, afin de proposer une Tiger plus accessible financièrement mais également plus adaptée aux jeunes permis que la Tiger 900. Avec un écart de prix significatif : 11 400 € pour cette 850 Sport contre 13 500 € pour une Tiger 900. Comment ? En dégonflant quelque peu son moteur de 888 cm3, lui faisant perdre 10 chevaux et 5 Nm de couple, et en établissant une dotation d'équipements plus rationnelle que celle de la 900. Mais pas moins enthousiasmante ! En effet cette « huit et demi » ne manque pas d'atouts sur le papier. Outre son trois pattes maison qui resterait une usine à sensations, mais qui serait plus adapté à un usage quotidien, elle se distingue pour ses suspensions signées Marzocchi, avec une fourche non réglable mais un amortisseur à précharge variable via une molette déportée, son système de freinage Brembo Stylema à l'avant, ses deux modes de conduite Rain et Road (quatre sur la 900), l'instrumentation TFT couleur à 4 ambiances et son pare-brise réglable manuellement.

L'accueil britannique

Fine, élancée, on reconnait la filiation Tiger au premier coup d'oeil. Peut-être un peu trop même, de face en particulier, d'autant plus dans le coloris rouge qui nous a été confié, une teinte également proposée sur la gamme Tiger 900. Heureusement est indiqué « 850 Sport » sur le flanc creusé du réservoir, quant aux « yeux avertis », ils auront remarqué l'absence de longues portées à la naissance du bec, et celle des protège-mains sur le guidon. Votre serviteur de 183 cm s'est senti un peu à l'étroit sur ce trail ! Raison première, la selle optionnelle basse bien évidemment. Passé cela, force est de reconnaitre que cette 850 est très confortable, parce que sa selle est moelleuse et que la posture adoptée est naturelle. Avec le buste droit et les bras bien ouverts sur le large guidon, sans toutefois qu'ils soient trop tendus. N'oublions pas la souplesse des suspensions, très appréciée sur la durée, ainsi que la protection. Au sujet de cette dernière, nous avons trouvé que la bulle préservait très bien le haut du casque à vitesse élevée, moins les épaules. Les jambes sont protégées elles aussi, moins les pieds. Le bloc TFT couleur est de bonne taille, malheureusement nombre des informations distillées sont trop petites. En outre nous trouvons qu'il renvoie quelques reflets en pleine lumière, le basculement jour/nuit est parfois un peu long, il ne propose pas de connectivité et il n'y a pas non plus de possibilité de faire pivoter l'accessoire. Heureusement, il est complet ! Et la navigation est parfaite, comme toujours avec les Anglais (#JamesCook). Reste qu'à gauche, le joystick de sélection est un peu trop proche du bouton réservé aux clignotants...

Pour tous les jours, mais pas que !

Cette Tigresse est un « daily commuter », dirait-on de l'autre coté de la Manche. C'est en effet une bonne alliée du quotidien afin d'arpenter la jungle urbaine, déambuler sur le périphérique saturé... miam ! Elle est vraiment facile en ville car elle très agile et dispose d'un impressionnant rayon de braquage. Il faut toutefois rester vigilant quant à la largeur de son cintre, qui arrive à hauteurs des rétroviseurs des voitures. En outre les deux ventilateurs du radiateur ramènent beaucoup de chaleur vers les genoux, ce qui n'est pas vraiment agréable quant il fait chaud. Sur la route, grâce aux suspensions souples on peut envisager plus qu'une simple ballade au guidon de cette nouvelle Tiger, seul ou à deux d'ailleurs. Niveau tenue de route le trail est convaincant, la progressivité au passage des enchainements tout autant. La direction ne brille pas par sa vivacité certes, mais ce n'est pas du tout gênant pour ce type de machine, même en conduite plus soutenue. Et oui, car on peut aussi « tartiner » au guidon de cette Tiger 850, le moteur ne demande que ça. Les pneumatiques comme la partie cycle aussi, mais dans ce ce type d'utilisation on parvient quant même aux limites, avec une fourche qui plonge de façon conséquente et des repose-pieds, leurs tétons, qui frottent. Sur autoroute il ne lui manque que le régulateur de vitesse, et peut-être aussi les protège-mains, comme en tout-chemin. Pour le reste tout va bien aux limites légales, mais dès qu'on les dépasse un peu, en se calant sur un régime constant à 140 km/h en 6e, on se retrouve alors sur une plage où quelques vibrations mécaniques font leur apparition. Vous ne les ressentirez jamais de toute façon, puisque vous ne dépasserez pas cette limite....

Rouler dans la boue, une gêne ? 

Et en tout-terrain/tout-chemins ? Sur le Circuit de l'Ouest Parisien (à Dreux), on retrouve l'esprit Tiger auquel nous a habitué Triumph. De quoi nous faire dire que cette 850 Sport est un vrai trail, avec une souplesse de suspensions ici encore hyper appréciée car elles digèrent sans mal les aspérités de la piste sur laquelle nous évoluons. On la sent légère cette anglaise (de 192 kg à sec) et elle est facile à guider en position debout sur les repose-pieds pièges à loup, une fois débarrassés de leur caoutchouc. On se porte en effet facilement sur l'avant, le guidon est haut et large, quant au réservoir, sa forme permet de bien se maintenir avec les jambes. L'accès à la pédale de frein est direct ! Pour le frein avant : « Qui peut le plus peut le moins », dit l'expression que l'on attribue à Aristote ! De la Grèce Antique au Royaume de sa Majesté il n'ya aujourd'hui qu'un pas allègrement franchi par nos amis d'Hinckley qui ont jugé bon de conserver les étriers monoblocs Brembo Stylema d'hypersportive, sur cette version « light » de la Tiger 900. Une bonne chose ? Oui dans la plupart des situations, le freinage instantané qui se dose d'un petit doigt est efficace et rassurant. Mais finalement dans le cadre d'une utilisation sportive pas tant que cela car il provoque une plongée conséquente de la fourche souple. À noter enfin la présence de nombreux aspects pratiques sur cette moto : leviers réglables, bulle dont on fait varier la hauteur manuellement très facilement, feux de détresse, valves coudées, molette de réglage déportée pour l'amortisseur, mini sabot moteur... Le top case Expedition de notre modèle d'essai est en option.

Avis de la rédaction sur Triumph Tiger 850 Sport
15.2/20
Vous l’avez compris, l’appellation « Sport » de cette Tiger 850 est une erreur si on considère cette machine comme la descendante de la Tiger Sport 1050. Sur le segment midsize, Triumph aurai du réserver ce nom à une Tiger propulsée par le trois pattes de 765 cm3 et équipée de jantes en 17 pouces ! Passons sur ce nom donc et retenons l’essentiel : l’esprit trail de cette 850, une machine hyper polyvalente qui nous a donné le sourire en ville, sur route à la cool, sur route plus du tout à la cool, et sur piste à l’attaque des chemins, elle est bonne à tout faire. Pas excellente dans tous les domaines bien entendu, mais vraiment intéressante dans la plupart des situations. Reste le prix de cette « entrée de gamme » vendue 11 400 €. Un tarif qui aurait pu être encore mieux placé si le constructeur avait fait le choix d’opter pour un autre système de freinage avant en particulier. Cela lui aurait donné d’autres arguments face à une BMW F750GS (à 10 200 €), à une Moto Guzzi V85TT (11 999 €) ou encore face à une Tracer 900 (11 499 €), si en terme de couteau suisse on cherche quelque chose de plus routier.
PolyvalenceSouplesse moteurConfortBulle réglable manuellementFabrication
Ça chauffe !Intérêt des StylemaLisibilité du compteur
Les chiffresPrix11 400 €Puissance62,5 kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.