Harley-Davidson FXDR 114
Essai
08 décembre 2018
Orcal Sirio
Essai
01 décembre 2018
Honda Monkey
Essai
24 novembre 2018
Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018

Triumph Street Triple 765 S

Les photos de l'essai

publié le 17 novembre

La Triumph Street Triple est un modèle emblématique pour le constructeur anglais Triumph : à sa sortie en 2007, elle a immédiatement collé aux aspirations du marché par ses lignes racées inspirées de sa grande soeur la Speed Triple (avec notamment le double optique de phare comme élément fort de l'identité de la machine, contrastant avec une coque arrière assez fine), une tenue de route de haut vol, merci au poids léger et au châssis de qualité, et à un moteur trois cylindres aussi envoutant par sa mélodie que la hargne avec laquelle il délivrait sa puissance dans les tours. Onze ans plus tard, la Street Triple a évolué sans renier ses fondamentaux et elle s'ouvre au plus grand monde : là où une Street Triple 765 RS délivre 123 chevaux, une version S dotée d'un plus modeste moteur de 660 cm3 se rend conforme aux exigences légales imposées aux jeunes permis avec un bridage "A2" : avec les 48 chevaux légaux, est-ce encore une vraie moto ou un succédané de Street Triple ? 

Triumph Street Triple S A2 : Un air de famille ! 

A part l'autocollant "A2" apppliqué sur la partie avant du réservoir, impossible de se rendre compte qu'il s'agit d'une moto destinée aux jeunes permis. La Street Triple reste une machine extrêmement valorisante, même si cette version S n'a pas droit aux suspensions et aux freins réellement sophistiqués des autres déclinaisons R et RS. De fait, elle marque quand même son entrée dans le territoire des motos de caractère, et nombre de débutants doivent rêver de son double optique caractéristique (barré d'une guirlande de LEDs), sa coque arrière fine, son allure racée, son tableau de bord complet, et par dessus tout, une belle qualité de présentation et de finition avec notamment des logos en relief sur le réservoir. Classe... même s'il faut noter que la peinture noire vaut 175 € de plus que la rouge. La hauteur de selle est de 810 mm, ce qui impose d'avoir un minimum de jambes, mais pour le reste, entre la selle fine, tout comme la partie arrière du réservoir, sans compter le poids vraiment réduit de 168 kilos à sec, ce qui en fait quasiment la référence de la catégorie, cette Street Triple S A2 se donne toutes les chances de séduire ses nouveaux partenaires dès les premiers instants à bord : elle est réellement facile de prise en mains, avec un guidon plat à peine incliné sur l'avant. 

Un trois cylindres de caractère

Ce trois cylindré bridé développe 60 Nm à 5100 tr/mn et 48 ch à, selon Triumph, 11000 tr/mn. On se demande comment ils font pour avoir une valeur aussi élevée de régime de puissance, car dans les faits, la Street S A2 est une Street jusque 6000 tr/mn, avant que le bridage ne lui coupe la chique, de manière assez brutale. En insistant, on pourra trouver un peu d'allonge jusque 8000 tr/mn. C'est un peu frustrant mais c'est comme ça : la loi est dure, mais c'est la loi ! Autant dire qu'on ne risque pas d'allumer les diodes bleues du shiftlight ! Malgré tout, on retiendra son immense souplesse, le bruit profond de son trois cylindres, le sentiment de vivre quelques émotions mécaniques quand il grogne dans le gras de sa courbe de couple, et qu'on ouvre en grand. Et au quotidien, dans le cadre d'une conduite relativement apaisée, il fait sacrément bien le boulot, car il répond présent et avec enthousiasme dès les plus bas régimes. Ce moteur est associé à une boîte 6 et un embrayage à câble. Comme toujours sur les Street Triple, la démultiplication d'origine est assez courte : on est déjà à 4500 tr/mn en sixième à 90 km/h, à un peu plus de 6000 tr/mn à 130 km/h.

Une tenue de route enthousiasmante

La force de cette moto réside en son homogénéité, sa facilité et sa polyvalence. Alors qu'elle se laisse emmener sans le moindre effort, la Street Triple S réagit aussi à une conduite un peu engagée grâce à sa légèreté et la grande précision de son châssis (en bonus : des pneus très corrects, des Pirelli Diablo Rosso Corsa, contrairement à ce que l'on trouve parfois sur des concurrentes japonaises, pas moins chères, par ailleurs). Le trois cylindres, malgré le bridage, permet un certain dynamisme jusqu'à 130 km/h, après, forcément, l'accélération est plus lente pour aller à sa vitesse maxi qui se situe aux environs de 160 km/h. Sur départementales, malgré le bridage, cette Street Triple S A2 reste réjouissante : facile, précise, évidente, amusante, elle permet d'apprendre à tout motard de faire ses gammes grâce à un châssis extrêmement bien conçu et un moteur qui accepte la balade tranquille tout comme l'arsouille ; enfin ça ce sera dans deux ans, quand la moto aura retrouvé tout son potentiel ! Car débuter en Street Triple est une excellente idée, encore plus si l'on vise le long terme et qu'après les deux ans de probation post-permis, on lui fait sauter le bridage : ainsi, la Street Triple S procurera 95 chevaux de plaisir mécanique et de joie de vivre motocycliste, de quoi apprécier encore plus pleinement les grandes qualités de son châssis. 

Avis de la rédaction sur Triumph Street Triple 765 S
15.2/20
Il faut considérer cette moto comme un investissement ! Non pas qu'elle soit chère dans l'absolu, elle est même plutôt bien placée (notamment par rapport aux 9490 € d'une KTM 790 Duke L, ou encore des 11 450 € d'une Ducati Monster 821), si l'on met dans la balance la personnalité de son moteur, son niveau d'équipement, son look et la qualité de sa fabrication, ainsi que l'équilibre et le côté fun de son châssis. Mais si cette machine fait son job, c'est à dire d'apprendre à un jeune motard comment devenir un bon (et donc un vieux !) motard sans renoncer au plaisir de posséder une machine belle, efficace, avec les sensations uniques et addictives du trois cylindres, il est évident qu'elle n'en sera que plus réjouissante dans deux ans, quand elle pourra donner tout son potentiel. Ainsi, le coup de foudre sera destiné à durer. C'est beau, l'amour.
Look et finitionChâssis efficaceFacilité de conduitePersonnalité et souplesse du 3 cylindresPoids plume
Freinage moyenRayon de braquage en villeDuo ferme (et confort aussiUn peu)
Les chiffresPrix9 000 €Puissance83 kW à 11250 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look16/20Prix12/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.