Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018
Bmw K 1600 Grand America
Essai
01 septembre 2018
Piaggio MP3 350
Essai
25 août 2018
Suzuki SV 650 X
Essai
18 août 2018
TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018
Cyclone Z2 125
Essai
04 août 2018
Yamaha Tracer 900 GT 2018
Essai
28 juillet 2018
Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018

Triumph Speed Triple RS 2018

Les photos de l'essai

publié le 21 avril

Speed Triple RS, c'est ainsi que la version ultime du roadster survitaminé signé Triumph se nomme maintenant. Direction le circuit d'Almeria et les jolies routes d'Andalousie pour un essai tonique.

Déjàrenouvelé en 2016, la Triumph Speed Triple évolue notablement pour 2018. Ecran TFT, puissance en hausse de 10 ch, échappement plus direct, on pourrait citer encore bien d'autres modification mais on préfère juger de ses progrès dans la région Almeria, en Espagne.  

Un design moins Café que Racer

Liseré rouge, garde-boue avant et écopes de radiateur en carbone,il suffirait de la doté d'un carénage pour ne plus laisser aucune place au doute. C'est une sportive, basculée vers l'avant, prête à faire plisser le bitume. Elle arbore maintenant de nouveaux comodos rétro-éclairés et un écran TFT couleur de 5 pouces en guise de tableau de bord que l'on parcoure avec un joystick placé un peu trop près de la commande de clignotants. Il faut parfois s'y reprendre à plusieurs fois pour se balader dans les menus en roulant. En revanche, rien à dire question confort. On est étonnamment bien installé sur cette moto. Malgré sa hauteur de 825 mm, la selle est très accueillante et, très fine à l'arcade, permet de poser les pieds par terre sans trop de problème. A moins d'être vraiment un petit gabarit. Quant à la position de conduite, elle est basculée vers l'avant sans être douloureuse pour le dos ou les avant-bras. En revanche, les poignets pourrait finir par souffrir si l'on ne roule pas assez vite pour que le buste soit soutenu par la pression de l'air.

Un équipement de championne

Que l'on évoque la fourche inversée Öhlins NIX30 et le mono-amortisseur bitube TTX36 typés sport, totalement réglables, son trois cylindres dont la puissance culmine dorénavant à 150 ch à 10500 tr/mn, soit 1500 tours plus haut et son couple à 117 Nm à 7150 tr/mn (soit 5 Nm de plus quasiment 700 tours plus bas) ou encore son freinage composé d'étriers avant monobloc à montage radial à 4 pistons et plaquettes signés Brembo à l'avant et d'étriers 2 pistons Nissin à l'arrière, on ne peut qu'être en confiance au moment de l'enfourcher. Et une fois en selle, force est de constater les progrès de la motorisation. La puissance et le couple sont plus élevés quel que soit le régime moteur. On a vraiment le sentiment de rouler sur une nouvelle moto et on apprécie vite l'implantation d'une nouvelle centrale inertielle signée Continental gère l'ABS et l'antipatinage, y compris en courbe. Sur cette version RS, les deux sont déconnectable pour permettre aux plus sportifs de laisser libre court à leur imagination sur circuit. Il suffit pour cela d'opter, parmi les 5 modes cartographique, pour le mode Track qui ne laisse aucune place au doute sur le potentiel de Fun Factor de la nouvelle Speed RS. Au registre des aspects pratiques, on notera la présence d'une prise USB et d'un système clé main-libre qui inclut l'antidémarrage et le verrouillage de la direction.

Toujours plus efficace

Si on peut lui reprocher son angle de braquage et la largeur de son guidon en raison de la présence de rétros à ses extrémités en ville, on n'est pas gêné par la souplesse de son moteur et de sa boite qui rendent les trajets urbain supportables. Sur route, on se régale littéralement grâce à sa prise en main évidente, son agilité et sa rigueur qui semble impossible à mettre en défaut. Son petit saut de vent joue parfaitement son rôle en déviant très correctement l'air à vitesse autoroutière et sa suspension semble quasiment surdimensionnée sur route et autoroute donnant la sensation de ne pas pouvoir être totalement exploitée. Mais qui s'en plaindra ? Certainement pas celui qui se risquera sur un circuit comme l'exigeant circuit d'Almeria. Virages aveugles, triple droit et autres chicanes nous ont permis de mettre en évidence la grande polyvalence de la Speed Triple qui s'avère aussi plaisante sur route ouverte qu'efficace sur circuit. Evidemment, ce n'est pas une hypersport mais nombre de motards ne réussiront pas à la mettre ne défaut. Il faut dire qu'avec un tel châssis et des Pirelli Diablo Supercorsa particulièrement adaptés à la situation, il faut déjà avec une grosse expérience de la piste pour aller la chercher dans ses derniers retranchements. Il n'y a bien que les petits louvoiements ressentis aux passages des rapports et la position de conduite encore très roadsters qui doivent être pris en compte. 

Peut-être le meilleur roadster sportif

Entre son redoutable trois pattes, sa dotation de série de haute volée et sa simplicité d'utilisation qui rassure, la nouvelle Speed Triple RS 2018 est un des meilleurs de sa catégorie, si ce n'est le meilleur. Une excellence qui se paie au prix fort puisque sila version de base baptisée S s'échange à partir de 13.750 €, il faudra débourser 15.850 € minimum pour s'offrirune Speed Triple RS, soit 1450 € de plus que l'actuelle version R. Et pour ce prix-là, elle ne dispose pas de l'excellent shifter Up&Down ou les poignées chauffantes. C'est en sus.

Avis de la rédaction sur Triumph Speed Triple RS 2018
16/20
Le test est sans appel. La Triumph Speed Triple est sans conteste l'une des meilleures motos qu'il m'ait été donné d'essayer. Non contente d'être dotée d'un 3 cylindres - selon moi la meilleure motorisation pour une moto, en raison de sa capacité à donner autant de sensations qu'un bi tout en ayant une allonge de quatre pattes - la Speed Triple RS repose sur un châssis incroyablement rassurant. Sans mauvais jeu de mots, cette moto répond au doigt et à l'œil. En revanche, vous l'aurez compris, j'adorerais la voir retrouver son style de 2010, old school mais so british. Monsieur Triumph, vous ne voudriez pas nous faire une version spéciale comme Kawa l'a très bien faite avec la Z900RS ? Enfin, "last but not least" dans la liste des choses qui peuvent calmer les ardeurs des potentiels acheteurs, le tarif. Si, dès le mois d'avril, la version de base baptisée S s'échange à partir de 13.750 €, il faudra débourser 15.850 € minimum pour repartir au guidon d'une Speed Triple RS. C'est 1450 € de plus que l'actuelle version R. A ce prix-là, on aurait aimé que l'excellent shifter Up&Down et les poignées chauffantes ne soient pas en option.
Prise en main évidenteExcellence du châssisCaractère moteur
ProtectionShifter en optionPrix
Les chiffresPrix15 850 €Puissance150 ch - 110 kW à 10500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look12/20Prix12/20Equipements16/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU