Bmw F 900 XR
Essai
01 août 2020
Ducati Streetfighter V4
Essai
25 juillet 2020
CFMoto 650 GT
Essai
18 juillet 2020
Keeway E-zi Plus
Essai
11 juillet 2020
Yamaha Tracer 700 2020
Essai
04 juillet 2020
Piaggio Medley 125 2020
Essai
27 juin 2020
Zontes 310 V
Essai
20 juin 2020
Cineco City Slicker
Essai
16 juin 2020
Suzuki V-Strom 1050
Essai
06 juin 2020
Kawasaki Z900 2020
Essai
23 mai 2020
MagPower Legenders 125
Essai
16 mai 2020
EcCity Model 3
Essai
09 mai 2020

Triumph Rocket 3 R

Les photos de l'essai

publié le 18 janvier

Triumph nous a enfin invité à prendre le guidon de la nouvelle Rocket 3 et son nouvel énorme et hors norme 3 cylindres de 2500 cm3. Essai.

Essayez la nouvelle Triumph Rocket 3, un monstre de 2459 cm3 exactement, développant 167 ch et 221 Nm de couple, n'est pas anodin. C'est sans conteste le plus gros et le plus coupleux trois-cylindres jamais produit pour une moto.

Que du premium

S'il est vrai que le regard est d'emblée attiré vers les collecteurs hydroformés qui sortent la cathédrale à trois cylindres qui semble porter l'ensemble de la moto, on est tout de même rapidement attiré par les autres éléments qui la compose. Les silencieux courts répartis autour de l'énorme pneus arrière (deux à droite et un à gauche) sont harmonieux. La roue arrière semble flotter côté droit grâce à la transmission par arbre à cardan située côté gauche. La boucle arrière courte à souhait est diablement sportive et que dire des deux phares ronds full led, comme le reste de l'éclairage. Bref, le design et le niveau de finition de la Rocket 3 sont incontestablement premium. Un écran TFT, des assistances en tout genre, type mode de conduite, traction control et abs en courbe, connectivité renforcée (pas seulement téléphone et musique mais GPS turn-by-turn via l'application Triumph et télécommande de GoPro), Cruise Control, poignée chauffante, prises usb (dont une dans un vide-poche étanche sous la selle qui peut accueillir un smartphone), rien ne manque. 

Ergonomie et motorisation de haut niveau

Que ce soit sur la version R ou sur la GT, on est bien installé sur la Rocket 3. On est légèrement basculé vers l'avant sur la R, mais pas trop. Les avant-bras ne subissent pas. Sur la GT, le guidon est plus rapproché du corps et la selle plus creusée (750 mm). Ajoutez à cela, une position feet-forward des pieds (réglable d'avant en arrière : -25mm, 0mm, +25mm) et vous obtenez une véritable moto de Touring. D'autant que l'amortissement, de très bonne facture et entièrement réglable, offre une souplesse qui incite à de longue balade. Un peu moins à l'arsouille. C'est vrai que sur la R, avec la selle plus haute (773mm) et le guidon plus en avant, on pèse plus sur la fourche, cela donne l'impression que la suspension arrière est plus raide et on peut être plus incité à attaquer. S'il y a bien une chose qui fait de la Rocket 3 une moto à part, c'est bien son moteur. Son 3 cylindres de 2439 cm3, qui développe 167 ch à 6.000 tr.mn et un incroyable 221 Nm de couple à 2.500 tr.mn est unique sur le marché. Pour encaisser un tel couple, la boite fait, entre autres, appel à de l'hélicoïdal pour les 5 derniers rapports, histoire d'éviter les gros coups de pied au cul, alors que le premier rapport est droit pour encaisser le couple. Résultat, sans assistance, c'est le burn assuré à chaque feu rouge mais aussi des passages de rapports supérieurs sans déplacement de vertèbres. Il fallait bien ça.

Au guidon, l'exubérance !

 

L'angle de braquage n'est pas son point fort et la circulation en interfile avec des guidons dont la largeur avoisine les 89 cm (celui de la R avec ses 889 mm est plus large de 3 mm que celui de la GT !) non plus. En revanche, la souplesse du moteur permet d'évoluer sans souci en quatrième à 1.500 tours. Autant dire qu'en ville, on peut tout faire en 3ème. C'est un gros scooter. Et avec sa selle très basse, même son poids d'environ 317 kilos tout plein fait pour la R et 321 kg pour la GT n'est pas vraiment un problème. Mais bon, on ne peut pas dire qu'on ne ressent aucune frustration à rouler en ville avec un 2,5 litres sous les fesses. Jusqu'à un certain point, on est très à l'aise en Rocket 3 sur route. Elle adore les belles lignes droites et les grandes courbes en appui. Le moteur ronronne tranquillement. En revanche, lorsqu'il s'agit de s'attaquer à du sinueux, ce n'est plus la même histoire. Il faut garder à l'esprit qu'on est sur du lourd. Et c'est difficile car avec son châssis assez rigide, son amortissement de haute volée signé WP et son freinage d'hypersport (rappelons que les étriers avant son des Stylema signée Brembo), on se sent vite pousser des ailes dans le dos quand on fait rugir le formidable bouilleur de la Rocket 3, qui avec son air de ne pas y toucher, vous propulse avec vigueur d'un virage à l'autre. Seulement voilà, si les pneumatiques Avon Cobra Chrome (150 mm à l'avant et 240 mm à l'arrière) spécialement développé pour l'anglaise tiennent bien le pavé sur le sec (on n'a malheureusement pas eu l'occasion de le tester sur le mouillé), le retour d'information du train avant n'est pas excellent et il est conseillé de conserver le traction control si l'on ne veut pas finir en drift à chaque sortie de courbe. Et puis, il y a le poids. Moins on anticipe son freinage, plus il est difficile de corriger sa trajectoire avec une moto lourde. Et celle-ci ne fait pas exception à la règle. Il faut sans cesse se souvenir que la Rocket 3 n'a pas vocation à faire le Bol d'or. Et c'est dur. Faire de l'autoroute en moto, c'est pour beaucoup une obligation et pour peu un plaisir. Mais il faut bien reconnaitre que c'est moins rébarbatif avec certaines motos qu'avec d'autres. On est plutôt pas mal sur la Rocket 3. Plus sur la GT qui offre un peu plus de protection et une position plus relax que sur la R toutefois. Mais dans les deux cas, le couple et l'amortissement soigné font bon ménage quand il s'agit de faire des bornes sur le grand ruban. Un coup de cruise control et puis s'en vont. Ce sera d'ailleurs l'occasion de constater une consommation très basse pour un 2500 cm3.

Avis de la rédaction sur Triumph Rocket 3 R
16/20
La Rocket 3 n'est pas à proprement parler un dragster. Son trois-cylindres très linéaire pousse très fort mais n'intimide pas, même si le compteur s'affole rapidement. La version GT est alors plus que justifiée malgré un tarif plus élevé que celui de la R car c'est une moto avec laquelle on a envie de cruiser à bonne allure dans de grandes courbes plus que d'attaquer sur une route sinueuse.
Design et finitionSonorité moteurSouplesseConfort
Feeling train avantMoteur linéaire
Les chiffresPrix22 400 €Puissance123 (167) kW à 6000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.