TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018
Cyclone Z2 125
Essai
04 août 2018
Yamaha Tracer 900 GT 2018
Essai
28 juillet 2018
Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018
Honda CB1000R 2018
Essai
23 juin 2018
Masai Grey Stone 125
Essai
16 juin 2018
CFMoto CForce 850
Essai
09 juin 2018
Husqvarna Svartpilen 401
Essai
02 juin 2018
Kymco X-Town 300
Essai
26 mai 2018
Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018

Triumph Bonneville

Les photos de l'essai

publié le 7 novembre

Présentée lors du dernier salon de Cologne, la Triumph Bonneville Newchurch rend hommage à la ville de Neukirchen, rebaptisée Newchurch le temps du Festival Triumph Tridays organisé chaque année depuis bientôt 10 ans dans les montagnes autrichiennes. 

En 2000, la Bonneville a marqué la renaissance de Triumph en jouant sur le néo-rétro. Elle a évoluée une première fois en 2008 en adoptant le moteur de 865 cm3 des Speedmaster et autres America. Un bicylindre parallèle calé à 360° qui développe 68ch à 7.500 tr/mn et 68 Nm à 5.800 tr/mn. En 2014, nouvelle évolution : la Bonneville se voit dotée d'une selle mieux rembourrée et équipée d'une sangle passager. Son bicylindre se pare d'ailette usinée et elle adopte les silencieux de la Thruxton pour délivrer une sonorité plus flatteuse.

Une anglaise aux couleurs autrichiennes

On remarque d'emblée le réservoir de la série spéciale Bonneville Newchurch. Il se drape des couleurs de l'Autriche. Mais d'autres éléments sont spécifiques : Le guidon comme le cuvelage du phare, les gardes-boue ou les ressorts se parent de noir... C'est aussi le cas des jantes en alliage 7 branches que vient souligner un petit liseré rouge peint à la main. Ne vous y trompez pas, sous ses faux carburateurs se cachent un vrai système d'injection et la tirette de starter comme la molette de réglage du ralenti ne sont pas factices.

Au guidon, le nez au vent

Une fois au guidon, on peut être surpris par la selle profilée. La hauteur de l'assise culmine à 74 cm. On a les deux pieds bien à plat de chaque côté. Le centre de gravité placé très bas la rend très rassurante. La Bonneville est une moto qui s'avère très agréable en ville ou sur des petites routes grâce à ses pneus étroits. En revanche, l'absence totale de protection et ses suspensions un peu dures la rendent moins confortable sur les longs trajets. De plus, le guidon un peu large et dont les poignées s'approchent du corps offre une position très naturelle et un excellent contrôle de la machine. Il suffit de pousser légèrement sur le guidon pour placer la moto en courbe. C'est d'autant plus facile qu'elle est équipée de pneus étroits (110/90 x 17 à l'avant et 130/80 x 17 à l'arrière). Quant au freinage, sans ABS, il n'est confié qu'à de simples disques pincés par des étriers deux pistons, à l'avant comme à l'arrière. On pourrait lui reprocher un certain manque de caractère moteur mais il correspond à la philosophie de la Bonneville. Et on viendra vite à apprécier sa souplesse, sa sonorité, sa capacité à contenir ses vibrations et surtout sa frugalité. On peut sans peine espérer rouler 300 km avec son réservoir de 16 litres.  

A l'ancienne, comme on les aime

Finalement, ces défauts sont le pendant de ses qualités : On adore son style dépouillé et rétro mais il s'accompagne d'une absence totale de protection et d'aspect pratique. Elle dispose d'un joli compteur mais il ne distille que de maigres informations. Elle pavoise avec son magnifique bouchon de réservoir mais il ne ferme pas à clé. Malgré tout, lorsque l'on a intégré son mode d'emploi et que l'on enroule les courbes sur le couple, que son échappement frémit légèrement à la décélération, il se passe quelque chose d'indéfinissable qui donne le sourire moyennant 8.990 €. 

Avis de la rédaction sur Triumph Bonneville
14.4/20
Malgré tous ses petits défauts, difficile de ne pas s'attacher à la Bonneville. A l'heure de la course à l'armement avec des constructeurs qui proposent des machines de plus en plus puissantes et bardées d'assistances électroniques, Triumph propose là une vraie alternative : une moto qui donne des sensations dès les premiers tours de roues. On sent la route, on prend le temps d'observer ce qui nous entoure, on se délecte de ses petites pétarades au rétrogradage : on fait de la moto en somme. Pour rouler en Triumph Bonneville Newchurch, il faut s'acquitter de la somme de 8 990 €. Le prix du mythe.
Look ravageurLégèretéSouplesse moteur
Pas de protectionZéro rangementSelle dure
Les chiffresPrix8 890 €Puissance50 kW à 7500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix12/20Equipements12/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU