Benelli Leoncino 125
Essai
25 juin 2022
Yamaha Neo's
Essai
11 juin 2022
BMW R 18 B
Essai
04 juin 2022
Silence S01 plus
Essai
21 mai 2022
MagPower Avengers 125
Essai
14 mai 2022
Yamaha MT-10 Euro5 2022
Essai
07 mai 2022
Aprilia SR GT 125
Essai
30 avril 2022
Yamaha Tmax 560 Euro5 2022
Essai
16 avril 2022
Husqvarna Norden 901
Essai
09 avril 2022
Motron Vizion
Essai
02 avril 2022

Sym Maxsym TL 508

Les photos de l'essai

, publié le 18 décembre

Chez Sym, le maxiscooter sportif Maxsym fait l’objet de belles évolutions avec Euro5. Plus puissant, mieux équipé, devenu 508 TL il nous a étonné à l’essai. Très actuel, mais tellement 2001…

Comme sur le segment trois-roues lorsque l'on ne s'appelle pas Piaggio, difficile de se faire une place sur le marché du maxi-scooter sportif lorsqu'on n'affiche pas trois diapasons sur ses carénages. Le TMAX est en effet intouchable, lui qui a créé cette catégorie au début du siècle et qui n'a jamais laissé de place aux autres durant toute sa carrière. Normal, « les autres » n'ont jamais pu rivaliser avec le King en termes de châssis ou de performances, sauf récemment avec l'arrivée du Kymco AK 550 en 2017, puis celle d'un autre Taïwan-Max en 2019, le Sym Maxsym TL500. Sur ce marché les miettes laissées par Yamaha font un maigre gâteau, tout au plus un petit biscuit : disons que lorsque 10 Tmax neufs sont vendus (4977 immatriculations en 2020), un outsider trouve acquéreur. Et parmi ces plus sérieux outsiders les deux taïwanais précédemment cités (puisque BMW ne propose plus de C650), il se vend à peu près 2 Kymco (575 immatriculations d'AK550 en 2020) pour 1 Sym (372 immatriculations de Maxsym 500 TL en 2020). Le cas des Honda X-ADV et Forza 750 est à part, puisque ces engins poussent le concept maxi scooter plus loin, en suivant leur propre voie. C'est peut-être là la meilleure solution d'ailleurs, mais ce n'est pas celle qui nous intéresse aujourd'hui.

Sobriété, efficacité ! 

Aujourd'hui nous nous penchons en effet sur l'évolution du Maxsym, devenu 508 TL pour se rapprocher (copier ?) encore plus du Yamaha. Avec un plus gros moteur, qui prend quasiment 5 chevaux pour culminer à 45,5 équidés, et des équipements plus premium qu'auparavant. Sur le plan du style peu de changements. Les lignes sont toujours harmonieuses et la qualité de fabrication est réjouissante, tant au niveau de la densité des peintures que des assemblages des nombreuses pièces d'habillage. La planche de bord TFT couleurs de 4,5' aux multiples affichages marque un « gap » avec celle du TMAX (moribonde et archi-connue) comme celle de l'AK550 (trop bling bling, à moins d'être amateur de fête foraine...). Dommage pour le feu arrière de ce Maxsym 508 TL, dont le texture du plastique rouge donne l'impression que l'accessoire est flou en permanence. La selle est accessible, placée à 795 m du sol, et elle s'avère moins large que celle du Tmax, ce qui est un très bon point pour les plus petits d'entre nous. En fond d'assise on est bien maintenu par le dosseret quant aux genoux, ils ont de la place avant de venir à l'encontre du tablier. On peut « cruiser » pieds en avant, avec la pointe qui dépasse, en revanche on a plus de difficultés à mettre les pieds vers l'arrière sur les marche-pieds. Guidon bas et pas trop large, avec des poignées justement cintrées pour que les bras soient détendus, la posture buste droit est reposante. Et on est préservé par le très bon travail des suspensions, certes fermes pour servir les qualités dynamiques de cet engin de 227 kg à vide, mais elles disposent d'une bonne hydraulique.

Meilleures performances 

Le premier coup d'accélération offert par ce nouveau moteur a plongé l'essayeur en 2001, souvenir de la première génération TMAX ! 20 ans en arrière, le drame ? Pas du tout, c'est au contraire un très bon point car avec aujourd'hui 508 cm3 (par augmentation du diamètre des pistons), au lieu des 465 cm3 de la précédente version, il assure des performances de premier ordre. En outre, il a du caractère ce bicylindre parallèle : alors pas au démarrage, il met en effet un petit laps de temps avant d'attraper les 3000 tours, mais dès qu'il passe ce cap il pousse copieusement pour atteindre ses 6000 tours de croisière. La vitesse à laquelle l'aiguille monte est assez révélatrice de ce qui se passe au niveau de la roue arrière, avec une impression de sportivité renforcée par l'ambiance acoustique, fruit d'un calage spécifique du twin et d'un échappement un brin sonore. Nous relevons un gros frein moteur, à basse vitesse en particulier, et une transmission plutôt directe, la finale étant confiée à une chaine, apparente... Cela parle peut-être aux motards, mais cela pose quand même un problème d'entretien aux scootéristes, même si avec la variation elle est tout de même assez préservée cette chaine en terme de tension. Vitesse maximale 170 km/h compteur, avec encore une bonne allonge jusqu'à 150 km/h, au-delà c'est plus poussif. Et une consommation mesurée à 4,6 l/100 km, ce qui avec le réservoir de 12,5 litres permet une autonomie de 250 km en moyenne.

Catapulte! 

Accélération façon catapulte, comme le TMAX le Maxsym rend c... C'est en effet un très bel engin pour perdre ses points tant il est performant. Et rassurant ! Car on a les watts mais également le contrôle, grâce à sa très bonne partie cycle. Du coup on est souvent tenté de dépasser la limite...le châssis encaisse incroyablement une conduite dynamique. On ressent son poids certes, pour autant le maxi est incroyablement rigoureux sur l'angle et demeure plutôt serein sur les petites irrégularités. Nous l'avons trouvé agile, mais pas vraiment vif sur les changements rapides. Un bon gros maxi scooter sportif quoi, mais qui peut aussi être piloté de façon plus coulée, et pourquoi pas envisager de la grande route avec. Il est en effet confortable et protège plutôt bien. Aucun souci en ville, il braque bien...et il a beaucoup moins de chance qu'un TMAX de se faire braquer ! En effet, si le maxiscooter Yamaha opère comme le miel sur les abeilles, le Sym c'est plutôt de la Stevia que l'on propose aux connaisseurs. Outre cette donnée sur le vol, essentielle quant on a possédé un TMAX dans sa vie, en milieu urbain on apprécie son équilibre et ses performances. Le fait de pouvoir le garer n'importe où également, grâce à ces deux béquilles, mais sa garde au sol est quand même limitée, vous ne monterez pas sur tous les trottoirs ! En outre, sans antipatinage il faudra rester gentil sur la poignée, sur le mouillé en particulier ! Un dernier mot ici sur les rétroviseurs, judicieusement installés pour se retrouver au-dessus de ceux des voitures et en-dessous des rétros des SUV.

Scooter = pratique

Enfin côté pratique : le démarrage mains libres via une télécommande à transpondeur que l'on garde dans la poche est top ! Avec un bouton de sélection pour le démarrage, l'ouverture de selle et celle de la trappe à essence, comme sur le Tmax. Mais lorsque l'on s'éloigne du scooter ou que l'on oublie de connecter la molette sur « off », le système ne fait pas « bip bip » à tout bout de champs...alors que ça sonne trop sur le TMAX ! On apprécie autant pouvoir disposer d'une serrure pour l'ouverture de selle dans la boite à gants de gauche, on ne sait jamais, comme nous apprécions la présence de la prise USB de série dans celle de droite. Le coffre éclairé accueille un intégral ou un casque modulable, avec la possibilité de loger des affaires tout autour, il est plutôt spacieux sur le segment. Le système d'ouverture est comme sur le Tmax, inversé à la manière du capot d'une jaguar Type E.... Le 508 TL possède une bulle réglable sur deux hauteurs, via une clé. On trouve ensuite deux béquilles, avec un frein de parking qui s'active automatiquement lorsque la latérale est déployée.

Avis de la rédaction sur Sym Maxsym TL 508
15.2/20
Fin de comparatif l’année dernière, le Maxsym terminait derrière l’AK550 et le TMAX. Alors que nos trois essayeurs lui décernaient la médaille d'or d’un meilleur outsider ! - d’où « oustid’or » dans le titre de cet essai. Pourquoi ? C’est la dure loi des chiffres et des notes attribuées lors de nos confrontations, car en performances pures il marquait le pas et que côté fabrication il faisait moins premium que les autres, que le Yamaha en particulier. Bon et bien disons qu’en 2021 l’église est remise au centre du village, ou pas très loin, avec un 508 TL pour le moins véloce et également plus abouti au niveau de sa fabrication. En particulier dans ce coloris gris des plus tendances. Planche de bord, démarrage sans clé, il rattrape également ses concurrents au niveau des équipements et à l’usage il est vraiment très cohérent. Reste son tarif beaucoup moins sexy aujourd’hui : 9499 € au lieu des 7999 € de la version 500 Euro 4. Heureusement pour Sym, avec un TMAX qui démarre à 11 999 € et un compatriote Kymco AK550 qui lui est affiché à 9999, € le Maxsym TL 508 garde donc encore l’avantage du porte-feuille ! Garantie 5 ans !
AgrémentCaractère et performances moteurFreinagePosition de conduiteQualité du châssisSuspensionsDémarrage sans clé
Augmentation de prixFinale par chaine
Les chiffresPrix9 499 €Puissance33,5 kW à 6.750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look12/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.