NIU MQi GT
Essai
12 juin 2021
Aprilia Tuono 660
Essai
05 juin 2021
Honda Forza 125 2021
Essai
29 mai 2021
BMW R 1250 RT 2021
Essai
22 mai 2021
Pink Mobility Fly
Essai
15 mai 2021
Sym Maxsym 400 Euro 5
Essai
08 mai 2021
Moto Guzzi V7 850
Essai
01 mai 2021
Suzuki V-Strom 1050
Essai
24 avril 2021
CFMOTO NK 400 Facelift
Essai
17 avril 2021
Super Soco CPx
Essai
09 avril 2021
Yamaha MT-07 2021
Essai
03 avril 2021
Triumph Trident 660
Essai
27 mars 2021
Zontes 125 U Roadster
Essai
13 mars 2021

Sym Maxsym 400 Euro 5

Les photos de l'essai

, publié le 8 mai

Sym revient sur le segment des maxiscooetrs GT de moyenne cylindrée avec un nouveau Maxsym 400 doté d'une toute nouvelle motorisation Euro 5 prometteuse...

On a connu le Maxsym 400 en version copié-collé du Suzuki Burgman 400, véritable cible du GT taïwanais lors de sa première vie, le voici transfiguré pour son retour en 2021. Il trouve enfin sa propre identité, avec un design moderne, assez sobre, sans surenchère pour compenser le manque d'image de marque.

Sobre et pratique

La sellerie est bien finie, elle dispose d'un insert alu entre le pilote et le passager, tous les ajustements sont hors de critique. Dommage que sa planche de bord ait 20 ans de retard. Ses leds puissantes éclairent efficacement la nuit venue. À l'arrière, la signature est également dotée de Leds, qui, agrémentées de la technologie ABL, se mettent à clignoter sur les freinages enclenchés à plus de 70 km/h pour plus de visibilité. Malgré son gabarit assez compact, il offre de beaux espaces de rangement, même si l'on perd un peu d'espace sous la selle par rapport à son prédécesseur : 1 intégral et 1 jet, contre 2 intégraux auparavant. L'ouverture est toutefois plus grande avec une selle qui remonte plus haut, et pratique car elle fait appel à un bouton juste à côté du module de démarrage Keyless facile d'utilisation. Deux larges boîtes à gants complètent la capacité d'emport, l'une d'elle comporte une prise USB accessible. Enfin, on retrouve une béquille latérale couplée à un frein de parking. Pour le passager, c'est comme pour le pilote : la fermeté reste le maître mot. Cependant, l'assise est bien surélevée, généreuse, tout comme les larges poignées de maintien. Les repose-pieds escamotables sont à bonne distance, seul l'insert en aluminium est mal placé.

Compact et rigoureux

La compacité définit le Maxsym 400, mais cela ne veut pas dire qu'on n'y trouve pas sa place, au contraire. Le pilote du jour d'1,85 m ne s'y sent pas à l'étroit avec deux positions au choix, et il apprécie le large pare-brise réglable en hauteur sans outils qui fait varier la hauteur sur plus ou moins 5 cm : pratique quand on ne sait pas où porter le regard, notamment en cas de pluie. En revanche, on ne peut passer à côté de la fermeté de l'ensemble de l'assise, 800 mm de hauteur assez large qui ne facilite pas trop la pose des pieds au sol, tandis que les suspensions sont elles aussi réglées assez dures, un bon point pour le comportement, un peu moins pour le confort. Enfin, cette compacité laisse le bas des jambes un peu exposées.

Un moteur performant et discret

Le bloc moteur a été profondément remanié pour répondre à la norme Euro 5. La culasse est dotée de nouveaux culbuteurs à galets censés réduire les frottements, et donc la consommation tout en favorisant la puissance. De ce côté, pas de souci, le mono de 399 cm3 développe désormais 34 ch à 6 750 tr/min et un couple de 39,5 Nm à 5 250 tr/min. C'est un peu mieux qu'un Yamaha Xmax 400 sur le papier, mais on note en réalité une vraie pêche sur les démarrages, tandis que la vitesse maximale annoncée de 145 km/h peut être assez largement dépassée. Ce nouveau bloc est aussi remarquable par sa discrétion, tant en terme de sonorité que de vibrations, un vrai point fort de ce Maxsym...

On trouve désormais un contrôle de traction TCS, déconnectable à l'arrêt moteur allumé, qui se montre assez discret. On a pourtant essayé les démarrages toniques avec les pneumatiques froids sur les bandes blanches mouillées, il n'entre que très peu en action. Il vient compléter un ABS tout aussi discret, sauf sur le frein arrière, parce que ce dernier offre une puissance sensible, mais très dosable, ce qui est aussi le cas à l'avant avec deux disques et deux étriers radiaux. Si les assistances sont si efficaces, c'est que les pneumatiques Maxxis se montrent plus performants qu'espéré. Ils permettent au Maxsym 400 de tenir son cap et d'assurer sur les gros freinages.

Presque sportif ?

Le Maxsym 400 est bien aidé par son gabarit de 125 GT : il arrive à se faufiler à peu près partout. Sym lui a fait perdre 4 kg par rapport à sa version précédente (215 au lieu de 219 kg à sec), l'équilibre est bon sur les évolutions à basse vitesse, et il braque assez court. On apprécie ses démarrages nerveux aux feux tricolores. S'il est à l'aise en ville par sa compacité et la vivacité de ses démarrages, la fermeté de sa suspension, son châssis revu, allégé et rigidifié assurent sur les petites routes de campagne. On irait presque à dire qu'il offre un comportement sportif, serein sur les gros freinages, précis et posé dans ses trajectoires, il fait clairement partie des meilleurs de la catégorie en comportement. Mieux même, en prenant la bretelle d'autoroute, on comprend que le moteur possède de l'allonge, et quand la vitesse augmente, le cap est maintenu sans mouvement parasite.

Avis de la rédaction sur Sym Maxsym 400 Euro 5
16.8/20
On est très agréablement surpris par la prestation dynamique du nouveau Maxsym 400. Fini le GT "plan-plan" qui voulait copier le Burgman 400 quitte à manquer de personnalité, cette nouvelle mouture tient la route au sens propre comme au figuré. Son moteur performant se met au service d'une partie-cycle efficace, certes le confort est ferme, mais c'est pour la bonne cause, et mis à part le tableau de bord, il n'a pas à rougir de son physique par rapport à la concurrence. En revanche, on peut se poser quelques questions par rapport à son placement tarifaire dans la catégorie. À 6699 € prix de lancement (et donc une potentielle augmentation à venir), il est sensiblement plus cher qu'un Forza 350 (5899 €) ou qu'un Kymco XCiting 400 (6499 €). Seuls les BMW C400 X et Suzuki Burgman sont très au-dessus (environ 7500 €) et déjà bien mal placés. La vérité se trouvera certainement dans les chiffres de vente !
Moteur très dynamiqueChâssis rigoureuxFreinage sérieuxGabarit compactClé sans contact
Présentation de la planche de bordConfort un peu fermeProtection des jambes
Les chiffresPrix6 699 €Puissance25 kW à 6750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.