Brixton Felsberg 125 XC
Essai
16 octobre 2021
Sym Joymax Z+ 125
Essai
09 octobre 2021
Suzuki GSX-S 1000 2021
Essai
02 octobre 2021
Voge 300 DS
Essai
25 septembre 2021
Chang-Jiang Dynasty
Essai
18 septembre 2021
Honda PCX 125 2021
Essai
11 septembre 2021
Sym Jet X 125
Essai
28 août 2021
BMW S 1000 R 2021
Essai
07 août 2021
Yamaha XSR125
Essai
31 juillet 2021
Nipponia Volty
Essai
24 juillet 2021
Suzuki SV 650 Euro 5 2021
Essai
17 juillet 2021

Sym Joymax Z+ 125

Les photos de l'essai

, publié le 9 octobre

Apparu au printemps 2019, le Joymax Z a sans surprise passé l’examen Euro 5 alors que le vétéran GTS a tiré sa révérence. Dans cette version +, le Joymax Z voit son tarif enfler de quelques euros mais il se veut désormais exhaustif tel un bon GT dédié aux permis B/A1. Plus de style avec un nouveau faciès, plus de frein avec un ABS de série, il ne manque pas d'intérêt face aux ténors japonais de la catégorie ! 

En 2020, il s'est vendu 1 Sym Joymax Z 125 pour 10 Yamaha X-Max 125 ou Honda Forza 125. En effet, les deux ténors se tirent la bourre depuis 2015 (année de naissance du Honda) sur le segment des GT et le reste du top 10 scooters 125 cm3 est surtout occupé par de petits citadins comme le PCX ou bien des scooters à grandes roues comme le Piaggio Medley. Cependant, on remarque que les 10 et 11ème rangs sont occupés par les fameux Kymco X-Town 125i et X-Twon City 125, le tout ayant tout de même réuni 1 659 immatriculations. Bien décidé à trouver un digne héritier du GTS à la carrière remarquable de 20 belles années, le constructeur taïwanais SanYang Motor (SYM) mise gros sur les deux GT actuels de sa gamme permis B/A1: le Cruisym 125 apparu en 2018 ainsi que ce nouveau Joymax Z+ 125 qui a profité du passage à Euro 5 pour s'offrir un surclassement. Il hérite en effet d'une toute nouvelle face avant pour plus de modernisme. Désormais, c'est une double optique au regard menaçant 100% Leds avec une superbe signature lumineuse diurne qui le distingue. Les clignotants ont également migré vers le bas pour un style plus épuré, et c'est une réussite ! Ce scooter est bas de selle (747 mm) et l'étroitesse de l'assise sur le bout le rend encore plus accessible. La plupart des pilotes peuvent ainsi poser les deux pieds au sol alors que le guidon tombe naturellement sous les mains. Le petit dosseret pilote intégré offre un bon maintien des lombaires et le revêtement antidérapant de la selle est agréable. Bien que le tunnel central soit large, les deux marche-pieds laissent suffisamment de place pour les pieds et on apprécie particulièrement la position cruising qui permet véritablement d'étirer les jambes. Et quel confort ! À la condition d'aimer la position de conduite à la "taïwanaise", c'est-à-dire enfoncé dans la selle avec les genoux qui remontent quelque peu, on est sur un sans faute en terme d'ergonomie.

Le prince de la ville ! 

Aussi long mais plus étroit que le Yamaha X-Max 125 (2 190 x 750 mm), le Joymax Z est un petit GT très à l'aise en ville. Son centre de gravité placé bas, sa bonne garde au sol et son excellent rayon de braquage lui permettent d'évoluer en milieu urbain avec une aisance phénoménale. Le train avant est léger, le champs de vision n'est pas altéré par le pare-brise en position basse et les rétroviseurs sont parfaitement étudiés. Le pilote évolue ainsi en toute confiance en profitant d'un scooter agile et passe-partout. Seul petit bémol depuis ce passage à Euro 5, les départs souffrent d'un petit temps de latence et le monocylindre demeure un brin trop expressif en matière de sonorité, pour une mécanique dernière génération. C'est un monocylindre 4 temps de 124 cm3 refroidi par liquide et alimenté par injection électronique. Il développe toujours 10,5 kW soit 14,3 ch à 8 750 tr/mn. Après le petit temps de réponse au démarrage, une belle accélération déboule par la suite, puis nous retrouvons un caractère plus linéaire les 100 km/h passés et une vmax de 122 km/h contre 125 km/h auparavant. La consommation est elle aussi du même ordre puisque le Joymax Z+ 125 a sifflé 3l/100 kms lors de cet essai contre 2,8l/100 kms avec l'ancienne version. On conserve donc toujours une autonomie plus que confortable de 400 kilomètres environ. Alors petit road-trip jusque à Nantes ou jusqu'à Limoges ? Car hors agglomération, le Joymax Z+ 125 révèle tout son potentiel avec une bonne montée en régime entre 50 et 90 km/h. Sur cette plage, le monocylindre ne faiblit pas et offre de bonnes performances avec des reprises qui ne manquent pas à l'appel. La rigueur du châssis et la qualité des pneumatiques Maxxis Pro autorisent de pousser le Joymax Z dans ses retranchements, et il tient le cap ! La protection du pilote est bien étudiée, y compris lorsque le pare-brise est en position basse.

Equipé comme les ténors

Coté freinage, le nouveau Joymax Z+ monte en gamme en s'offrant un ABS 2 canaux. Exit le freinage couplé, ce système ABS renforce l'aspect sécurité avec un freinage puissant et parfaitement dosable sur chacune des roues. On a pu remarquer que le dispositif se révèle un brin chatouilleux à l'arrière lorsqu'on le titille un peu trop, rien de bien gênant. Sur le plan pratique, le grand coffre qui s'ouvre au contacteur peut recevoir deux casques intégraux ou bien un bon gros sac de courses. Le vérin qui soutient la selle est un peu dur mais bien pratique pour la maintenir ouverte lorsqu'on a les mains prises. À l'avant, la boîte à gants non verrouillable offre un bon volume et on y trouve une prise USB à charge rapide. Logée dans le tunnel central, la trappe à essence s'ouvre elle aussi au contacteur, ce qui permet de faire le plein sans descendre du scooter. Appel de phare et commande de feux de détresse à gauche, coupe contact et démarreur à droite, les comodos sont bien conçus et l'utilisateur s'y retrouve instinctivement. La planche de bord aux deux cadrans analogiques (compteur de vitesse et compte-tours) est agrémentée d'un petit écran LCD placé au centre. On peut y lire une jauge à essence graduée, la température moteur, un odomètre, un trip, un indicateur de vidange d'huile ainsi qu'une horloge. Et le duo ? Le Sym Joymax Z + 125 révèle ici une certaine frustration. En effet, il peine dans les côtes les plus prononcés et mettra plus de temps que la normal pour atteindre sa v-max sur le plat. Néanmoins, le passager est très bien loti entre la position haute offrant une vue dégagée, l'espace généreux et confortable de la selle mais également les poignées de maintien ergonomiques et les repose-pieds bien conçus.

Avis de la rédaction sur Sym Joymax Z+ 125
16/20
Dans cette version +, le Joymax Z s’assume pleinement et porte fièrement son étiquette de scooter GT. Outre l’ABS désormais de série à l’efficacité prouvée, il arbore un faciès plus agressif à la pointe du modernisme avec son éclairage Led. Les finitions sont propres et les matériaux soignés, les aspects pratiques sont nombreux (prise USB dans la boîte à gants, grand coffre) et Euro 5 ne l’a quasiment pas impacté en terme de performances. Bien entendu éligible à garantie Sym 5 ans ou 100 000 kms, il voit alors son tarif passer de 3 699 € à 4 299 € pour cette update essentielle. Plus rationnel, complet et conquérant il s’attaque alors maintenant au fameux Downtown 125i ABS que Kymco propose au tarif plus charnu de 4 499 €.
Nouvelle face avant plus agressiveSignature lumineuse à LedsFreinage ABS efficaceRigueur du châssis
Châssis toujours un peu fermeVérin de coffre gênant
Les chiffresPrix4 299 €Puissance10,5 kW à 8750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look16/20Prix12/20Equipements20/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.