Honda PCX 125 2021
Essai
11 septembre 2021
Sym Jet X 125
Essai
28 août 2021
BMW S 1000 R 2021
Essai
07 août 2021
Yamaha XSR125
Essai
31 juillet 2021
Nipponia Volty
Essai
24 juillet 2021
Suzuki SV 650 Euro 5 2021
Essai
17 juillet 2021
Piaggio MP3 400 HPE
Essai
10 juillet 2021
Zontes 125 Urban
Essai
26 juin 2021
NIU MQi GT
Essai
12 juin 2021
Aprilia Tuono 660
Essai
05 juin 2021

Sym Jet X 125

Les photos de l'essai
Sym Jet X 125
20
Diaporama

, publié le 28 août

Sur les terres des Honda PCX et Yamaha Nmax, Sym dévoile son tout nouveau Jet X 125 pour 2021. Look revu, moteur euro5, ABS et et équipements pratiques, Sym peut-il faire trembler la concurrence ? Réponse en selle…

Directement inspiré par son grand frère Jet 14, le Jet X propose des évolutions qui semblent correspondre à la tendance du marché, à commencer par la révision totale de son look. Fini le plancher plat et les lignes arrondies, Sym joue la carte des lignes tranchantes et du style anguleux, transformant le petit Jet urbain en véritable mini GT, plus « sportif » dans l'âme. On ne peut nier l'évidence de vouloir coller au style du PCX ou du Nmax, des "symilitudes" qui se voient tant au niveau de la poupe que de la proue, se montrant même parfois plus féroce. Reste à savoir si les performances moteur et l'ergonomie de ce petit citadin sont au rendez-vous !

Petit GT, grand confort ? 

Et bien oui ! Fini le temps où les gambettes réduites avaient du mal à toucher terre, là rien ne s'y oppose. À son bord, on s'y sent tout de suite à l'aise. Cependant, ce qui ravie les uns chafouine parfois les autres et là, les plus grands auront le sentiment d'être un peu à l'étroit. Avis aux jambes élancées, le tablier n'est pas très loin ! Et vos jolis genoux auront tendance à toquer contre la boite à gants... hé oui, il ne fallait pas manger autant de soupe étant petit ! Bon cela dit, qu'on soit haut comme trois pommes ou taillé comme une asperge, la selle à un penchant pour la glissouille vers l'avant. Niveau confort des suspensions point d'effet rebond à la Tex Avery, ni de vertèbres en vrac au passage de dos d'ânes, l'avant et l'arrière sont assez bien équilibrés. Si l'on pousse la comparaison avec le Nmax, le Sym absorbe plus facilement les aspérités et se montre plus ferme à l'arrière, ce qui l'éloigne de la sensation « cheval à bascule » que l'on trouve parfois sur le Yamaha. Du côté des aspects pratiques, on retrouve quasiment la même flopée d'équipements que chez la concurrence. Un écran LCD, sobre, bien pensé et très lisible, qui dispense toutes les infos utiles sans en faire trop. La Smart Key, hum, on pourrait sans nul doute faire plus intuitif, histoire de ne pas délocker la selle au lieu d'enclencher le neiman, où encore de faire retentir l'alarme de série à chaque coupure de contact. Bien évidement, tout est une question d'habitude. Il est également pourvu des feux de détresse, et d'une prise USB dans la boite à gants au tablier gauche. Mais là où le bât blesse sur ce genre de petit scoot urbain dont on attend souvent beaucoup de la capacité d'emport, c'est la taille du coffre. Sous la selle, on a de quoi loger un petit intégral tout juste et puis c'est tout. C'est sûr que comparé aux 30L du nouveau PCX et aux 23L du Nmax, le Sym reste très restreint. Autre détail bien moins pratique, le réservoir se trouve sous la selle, ceci explique cela...

Des sensations valorisantes pour un 125 !

Le monocylindre de 9,3 kW et 11 Nm de couple se montre assez vif au démarrage et grimpe rapidement dans les tours. La métaphore pousse à l'évocation d'un tapis volant, me glissant donc dans la peau d'Aladin, surfant sur l'asphalte à 60 km/h avant d'avoir eu le temps de dire ouf ! C'est Jasmine qui va être contente. On garde alors un oeil en coin sur le compteur, histoire de ne pas dépasser les limites légales. Là où on ne risque pas de l'oublier ce moteur, c'est au son... au bruit oserais-je dire. Il est assez sonore, et pas d'une douce mélodie qui caresse les tympans, non, plutôt du genre « batoucada » au saut du lit un dimanche matin. Sur ce point, il marque une grande différence avec la concurrence. La conso se révèle sensiblement la même que sur le PCX et sur le Nmax, aux alentours des 2,3 L/100 km. Là où l'écart se creuse c'est sur la capacité du réservoir. Le Sym, de 7,5 litres, se situe pile entre le Honda de 8,1 litres et le Yamaha de 7,1 litres. Il offre donc une autonomie plus que raisonnable de 300 à 350 km avant de refaire le plein. Après avoir appuyé sur le champignon, il faut bien freiner et là, mieux vaut avoir de grandes mains ! Les leviers sont loin, très loin... et non réglables. Une fois qu'on s'y est habitué, un deuxième obstacle s'impose : la dureté, notamment au levier gauche (peut-être une question de rodage ?). Fort heureusement, le freinage ABS est très bien réparti, il ne faut juste pas avoir peur d'appuyer. Quant au levier droit, son manque de souplesse donne parfois lieu à des a-coups qui ont tendance à faire plonger la fourche, mais une fois l'habitude prise et le dosage bien en main, le freinage se révèle plutôt progressif. En tout cas, il ne manque pas de mordant !

Un mini GT néamoins très urbain

En ville, le chat se faufile ! Son poids plume de 140 kg à sec joue sur son agilité et le rend très maniable. Une facilité de prise en main évidente dès les premiers tours de roues qui met en confiance et balaye toutes les hésitations. L'interfile ? pas de soucis, les rétros passent au-dessus des rétros des voitures et en-dessous de ceux des camions, on y va les yeux fermés... façon de parler bien entendu ! Le Jet X, par sa réactivité, offre de bonnes reprises en agglomération. Son moteur assez punchy permet de facilement se sortir du flux de circulation et de partir en tête au redémarrage. "Good point" pour le Sym qui se montre donc vif en milieu urbain. Côté protection, pour la ville c'est pas mal. Le buste est assez bien protégé pour les petits gabarits, un peu moins pour les amateurs de soupe. En revanche, le dessin profilé du carénage avant fait qu'on a des petits retours d'air sur les jambes. En ce sens, il se montre moins protecteur que ne l'est la concurrence. Sur la route, une fois dépassés les 70 km/h, les reprises deviennent moins évidentes, mais cette constatation n'est pas exclusive au modèle, c'est une constante sur les scooters de la catégorie. Ce qui le rend malgré tout rassurant à haute vitesse c'est sa stabilité. Ses jantes de 14 pouces ancrent la bête au sol et assoient son équilibre. On a pu prendre 115 km/h, 120 à la faveur d'une descente, vitesse de pointe que l'on retrouve également sur le PCX et le Nmax. Si la protection était déjà mitigée en ville, sur la route le ressenti s'accentue. Le petit saut de vent ne fait pas de miracle et on le sent d'autant plus que ses lignes saillantes favorisent les entrées d'air. Pour passer l'hiver sans tablier, va falloir s'accrocher ! Alors l'astuce pour contrecarrer le froid c'est de prendre un passager pour se réchauffer, car le duo est possible en plus d'être plutôt bien installé. L'assise est confortable, les poignées accessibles et les reposes-pieds assez larges et bien placés. De plus, un top case de 29L et un dosseret sont proposés en option pour 89 €, de quoi profiter des beaux jours qui se profilent...

Avis de la rédaction sur Sym Jet X 125
16/20
En prenant le guidon de ce Sym Jet X 125 ABS, la question était bel et bien de savoir si sa volonté de coller à la concurrence était une réussite, et sur bien des points l’outsider gagne son pari. Son moteur vif et réactif n’a rien à envier aux leaders du marché et sa stabilité le rend redoutable. Reste que sa capacité d’emport et sa protection limitée, bien qu’en évolution, soit encore une ombre au tableau. Quant à son tarif, 3 199 €, c’est 100 € de moins que le PCX et le Nmax affichés à 3 299 €. De notre point de vue, l’écart de prix n’efface pas l’avance qu’a pris Honda et Yamaha en terme d’équipements. Et si l'on ajoute les 89€ du top-case en option, on n'est pas loin. Pour autant, le Jet X, par sa facilité de prise en main et la confiance qu’il inspire, est un citadin taillé pour le quotidien. Et si l’on met de côté la comparaison avec les autres scooters du segment, on apprécie grandement les évolutions que Sym a apporté dans sa propre gamme « Jet », afin de proposer un 125 plus « sportif » dans l’âme. Mais toujours aussi facile au quotidien. N'oublions pas également qu'il est garanti 5 ans.
Poids plumeManiabilité / agilitéRéactif à l'accélérationLisibilité de l'instrumentationPrise USBGarantie 5 ans
Capacité du coffre limitéeLeviers de frein non réglablesErgonomie de la Smart KeySon du moteur
Les chiffresPrix3 199 €Puissance9,3 kW à 8000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.