Kymco X-Town CiTy 125
Essai
26 septembre 2020
Aprilia RSV4 1100 2019
Essai
19 septembre 2020
Silence S01
Essai
12 septembre 2020
Moto Guzzi V85 TT Travel
Essai
05 septembre 2020
Honda SH 125i 2020
Essai
29 août 2020
Kawasaki Z 1000 H2
Essai
22 août 2020
Voge 500 DS
Essai
15 août 2020
Bmw F 900 XR
Essai
01 août 2020
Ducati Streetfighter V4
Essai
25 juillet 2020
CFMoto 650 GT
Essai
18 juillet 2020
Keeway E-zi Plus
Essai
11 juillet 2020
Yamaha Tracer 700 2020
Essai
04 juillet 2020

Sym FNX 125

Les photos de l'essai
Sym FNX 125
20
Diaporama

publié le 22 février

Disponible depuis la fin 2019, le Sym FNX 125 représente une catégorie en voie de disparition : celle des petits scooters 125 simples et modestes mais néanmoins très pratiques au quotidien. Alors, pour 2599 €, remplit-il sa mission ?

Si l'apparence générale de ce FNX fait tout de même très asiatique, on note un effort particulier fait sur les optiques toutes garnies de leds et très efficaces d'ailleurs. La livrée gris mat / noir brillant est plutôt flatteuse, les plastiques ne font pas « cheap », ni le revêtement de selle, tous les éléments sont bien ajustés, la nouvelle instrumentation est joliment intégrée... Bref, rien ne donne l'impression d'un modèle fait au rabais, bien au contraire. 

Ergonomie bien pensée

C'est évidemment un scooter adapté aux petits gabarits, mais la longueur de la selle pilote permettra aux plus grands de se reculer. C'est surtout au niveau des genoux que cela pourra coincer lors des manœuvres guidon braqué. La hauteur et la largeur de selle ne posent aucun souci pour mon 1,60 m. Au début, ce qui surprend, c'est l'inclinaison du plancher qui plonge un peu vers l'avant, ensuite on n'y pense plus ! Et les petits marchepieds sur les côtés du tablier permettent sinon d'étendre les jambes, du moins de les déplier un peu. Agréable surprise, la selle est vraiment accueillante, tant par sa forme que par son soutien. Ce qui m'a permis de moins souffrir de la rigidité des amortisseurs, ce que je note souvent car mon poids relativement léger ne les sollicite pas beaucoup. Rien à redire sur la fourche, prévenante. Vu le gabarit du scooter et son guidon bas, la protection est minimale.

Petit coffre mais plancher plat

Tout numérique, le tableau de bord affiche sa modernité, non sans la petite touche kitsch typique des productions du sud-est asiatique. Ceci dit, les infos sont parfaitement lisibles : horloge, tension de batterie, totalisateur, trip et décompte kilométrique pour la vidange moteur complètent vitesse et même compte-tours. Fidèle à son contacteur avec volet anti-effraction, Sym a tout de même doté le FNX d'une ouverture de coffre électrique. A gauche, le bouchon de réservoir s'ouvre au contacteur mais l'ouverture de coffre est électrique. La prise USB juste au-dessus du vide-poches de bonne contenance est aussi très utile. Le coffre un peu biscornu accepte un jet, mais pas trop gros : ici le Shark Raw passe juste, mais pas un Shoei J-Cruise. Un top-case sera bienvenu, même si le plancher plat permet d'emporter sa valise cabine par exemple. 

Un moteur façon Honda

On retrouve sur ce FNX le classique mono à air Sym déjà en place sur les Fiddle et Jet 14 AC. Prompt au démarrage à défaut d'être particulièrement vif, il se distingue par sa bonne volonté tout au long de la plage de régime, sans temps mort jusqu'à sa 100 km/h, pour monter ensuite jusqu'à 115 compteur. On apprécie une sonorité assez feutrée, et si sa conso, 3,2 l/100 km lors de cet essai, était un peu moins élevée et ses intervalles de révision un peu plus espacées, on aurait presque pu le qualifier « Honda style », ce petit mono ! Pour l'entretien justement : tous les 3000 km pour la vidange moteur, 6000 km pour la vidange de transmission et 12 000 km pour le changement de la courroie. Plutôt consistant le freinage couplé au levier gauche ! Et assez présent sur l'avant, ce qui fait qu'il n'est pas nécessaire d'en rajouter avec le levier droit. On reprochera ici encore des leviers très écartés, ce qui ne favorise pas un bon feeling pour les petites mains. Méfiance avec les pneus CST sur le mouillé, comme d'habitude aussi.

Urbain mais pas que

Le FNX fait partie des outils idéaux pour se jouer du trafic, tout en profitant d'une bonne stabilité lorsque le bitume se dégrade. Il y a aussi suffisamment de garde au sol pour affronter la majorité des trottoirs, et le diamètre de braquage miniature vous fait passer par des trous de souris. Tout juste aurait-on peut-être apprécié davantage de réactivité moteur à bas régime. On apprécie en revanche d'avoir de quoi s'échapper pour de courts trajets sur autoroute : à 100 km/h, on sait qu'on en a encore un peu sous la main pour dépasser gentiment un camion. Les jantes 12 pouces et les pneus assez larges lui offrent alors suffisamment de stabilité pour cela. Qui peut le plus peut le moins : à allure « nationale », on peut tracer sereinement jusqu'à la prochaine étape, le réservoir offrant jusqu'à 190 km d'autonomie.

Avis de la rédaction sur Sym FNX 125
15.2/20
Efficace et pratique, ce petit FNX est vraiment facile à vivre et si l'on n'apprécie pas forcément son look, il a pour lui une certaine originalité. Il n'y a pas grand chose à lui reprocher, si ce n'est un tarif un peu plus élevé que la concurrence. Mais c'est aussi le prix de la nouveauté sur un segment aujourd'hui délaissé par les grands constructeurs, sans compter qu'il est garanti 5 ans et 100 000 km.
Moteur souple et linéaireAgilité et stabilitéPolyvalencePrise USBEclairagePlancher platGarantie 5 ans
Coffre biscornuConso un peu élevéeProtection minimale
Les chiffresPrix2 599 €Puissance7,5 kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look12/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.