Masai Grey Stone 125
Essai
16 juin 2018
CFMoto CForce 850
Essai
09 juin 2018
Husqvarna Svartpilen 401
Essai
02 juin 2018
Kymco X-Town 300
Essai
26 mai 2018
Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018
Honda CB125R 2018
Essai
12 mai 2018
KTM 790 Duke
Essai
05 mai 2018
Kymco Visar
Essai
14 avril 2018
Yamaha MT-07 2018
Essai
07 avril 2018
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
24 mars 2018

SWM Silver Vase 440

Les photos de l'essai

publié le 9 juillet

SWM arrive aussi sur le segment du Vintage pour la relance de cette marque italienne des années 70 qui a signé de nombreux titres mondiaux en Enduro. D'où le nom de Silver Vase adopté par cette Scrambler.SWM a fait le choix de se positionner plus cher que les Mash avec des matériaux et des équipements plus nobles et plus qualitatif. Et cela se voit dès le premier contact avec la Silver Vase. On dirait presque une ancienne moto anglaise Triumph ou AJS avec son double pot latéral en position haute, réalisé en inox, qui marque une vraie appartenance à la famille Scrambler ; une appellation quelque peu usurpée aujourd'hui.

Moteur simple, mais généreux

Pour cette Scrambler, le constructeur sino-italien a opté pour un monocylindre 4 temps à refroidissement par air et huile, coiffé par une culasse 4 soupapes. Il affiche 445 cm3 et cette base chinoise a été peaufiné chez Athena en Italie qui a aussi conçu l'injection. Le moteur propose une puissance de 25 kW (34 chevaux) à 7000 tr/mn et un bon couple de 36 Nm à 5500 tr/min. Mais c'est en appuyant sur le démarreur que la magie opère avec une sonorité rauque et envoutante dès le moindre coup de gaz.La SWM stimule tous les sens car, on est bien installé à bord sur une moto très vivante. La grand guidon « cornes de vaches » comme on disait à l'époque facilite la conduite que ce soit sur route ou en chemin. La Silver Vase s'offre également à tous et toutes avec une hauteur de selle perchée à seulement 822 mm du sol. Tout cela donne une position est très classique avec buste droit et jambes à 90° imposées avec des repose-pieds assez avancés. Le contrôle de l'engin est total.

Good vibration

Les suspensions sont assez fermes, un peu sèches à l'arrière mais encaissent bien et ne perturbent pas la trace sur les parcours empierrés. Dans ces conditions , on est surpris de ne pas entendre de bruits parasites ou de claquement qui se déclenchent toujours sur des chemins caillouteux.Certes nous avons des vibrations. Mais cela fait presque partie du jeu. Les vocalises du moteur sont particulièrement envoutantes et repoussent le passage du rapport supérieur. Pas trop toutefois, car le rupteur se déclenche à 8700 tr/min... En bas, il n'y a pas grand chose sous les 4000 tours. Si l'on ne veut pas entendre le moteur cogner, il faut se maintenir au dessus et évoluer entre 4 et 6000 tr/min pour en tirer le meilleur. La boîte se montrant bien étagée et précise. Elle grimpe vite dans les tours et l'on voit que l'on a privilégié les accélérations à la vitesse de pointe. La Silver Vase va accrocher les 140 km/h, mais ce n'est pas sa vocation.Sinon à 90 km/h, le moteur tourne à 4500 tr/mn en 5e, et les vibrations ne gênent finalement que dans les petits rétroviseurs manquant alors de lisibilité.

Classic machine

L'instrumentation est simple et rétro. Grand compteur et compte-tours à aiguille, comme dans le temps, avec juste une petite fenêtre numérique avec les totalisateur (total et partiel).Le châssis tubulaire est très classique, et des équipements traditionnels question suspensions. La moto chausse des pneus en 19 pouces à l'avant et 17 à l'arrière de marque Golden Tyre à sculptures crampons qui génèrent un peu de vibrations et de mouvements dans les courbes passées à l'attaque, mais toujours le sourire aux lèvres. Le freinage est à la hauteur, sans plus ni moins. SWM a fait un choix classique avec disque avant et arrière de 260 et 220 mm pincé par étrier double et simple piston flottants. L'ABS n'est pas encore au programme.

Avis de la rédaction sur SWM Silver Vase 440
16/20
Voilà, un premier test de ces nouvelles SMW Vintage, tant attendues. Dévoilées à Milan en novembre 2014, leur production vient de débuter en mars 2016 et nous permet de voir que le travail a été fait en profondeur. Cette Silver Vase a du caractère et une belle personnalité pour séduire. On retrouve un peu une moto à l'ancienne et là c'est pari gagnant. Une moto qui vit et qui vous ouvre un autre monde pour finalement pas très cher.
StyleMoteur agréableSuperbe échappement inoxPolyvalence
Autocollants Silver Vase...Angle réservoirRétros vibrants
Les chiffresPrix5 690 €Puissance25 kW à 7000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements12/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
8 commentaires - SWM Silver Vase 440
  • avatar
    papyjjds1 -

    3000 euros qui dit mieux ? car c'est ce que ça vaut au maximum !!!

  • avatar
    dodollulusse -

    ah!! qu'elle saloperie !! le reservoir trop moche , je prefere m'acheter une sr400 neuve ,ou une sr500 d'ocasion ! mettez y le feu remarque pour les gamins ! pour aller achetté le pain !.

  • avatar
    BOSQUITO -

    ....Mais qu'est-ce qui pousse ces "journalistes "à mettre en avant ces motos Chinoises si moches....Et dont on sait qu'au final c'est vraiment de la daube !!!

    avatar
    rubik_s_cube -

    c'est une moto Italienne mec avec moteur d'origine Honda y'a moins de pièces Chinoise dans cette moto que dans les motos Jap.

  • avatar
    Ocalm56 -

    Dommage que ce réservoir soit si laid et si peu " vintage" ! Ce qui en fait une moto a l'allure bricolée, bien loin de la joliesse des Mash !

  • avatar
    rambo -

    c est bien mais le gouvernement va bientôt interdire de rouler avec voitures et moto .... .... alors quoi faire

    avatar
    foudinfo -

    Foutre ce "gouvernement " dehors ! Quoi faire ? Non mais , sans blague ...