Harley-Davidson Low Rider S 114
Essai
09 novembre 2019
KTM 790 Adventure
Essai
04 novembre 2019
CFMoto MT 650
Essai
26 octobre 2019
Bmw C 400 GT
Essai
12 octobre 2019
Indian FTR 1200
Essai
05 octobre 2019
Mondial Pagani 125
Essai
28 septembre 2019
Benelli 502 C
Essai
21 septembre 2019
Harley-Davidson Livewire
Essai
07 septembre 2019
CFMoto UForce 1000 EPS 4x4
Essai
10 août 2019

SWM 125 Ace of Spades

Les photos de l'essai

publié le 20 juillet

En débarquant sur le segment néo-rétro 125 cm3, la marque sino-italienne SWM sort de son jeu un nouvel atout cette année : l'Ace Of Spades, un As de Pique au look irrésistible et à la motorisation d'origine suédoise (Husqvarna). Nous venons de tester ce scrambler remarqué. Remarquable ? Lisez la suite...

Marque italienne titrée en enduro dans les années 70, SWM est de retour depuis 3 ans grâce au géant chinois de la construction automobile Shineray. Avec comme base à Biandronna (près de Varèse) l'ancienne usine Husqvarna, qui permet d'ailleurs à SWM de proposer aujourd'hui des motos enduro RS125R, RS300R et RS500R, ainsi que des supermotards SM125R et SM500R - sans oublier le trail Super Dual 650T - avec des moteurs d'origine suédoise. Mais en France, SWM est surtout connue pour ses autres déclinaisons A2 d'inspiration vintage, animées par un monocylindre maison de 445 cm3 : la Gran Milano, la Gran Turismo et la Six Days 440. Toutes gammes confondues, il s'est vendu 124 SWM sur l'hexagone en 2018. C'est peu ! D'où l'intérêt de ces deux belles nouvelles 125 cm3 sur le segment des motos de caractère : l'Outlaw Gran Milano et l'Ace Of Spades au coloris "Dark" qui se singularise aussi pour sa double sortie d'échappement en position haute. Jantes à rayons chromés fixés sur des bords noirs, traitement moteur arborant la même teinte au niveau des carters, nous apprécions également la forme longiligne de son réservoir, ainsi que la texture de sa selle matelassée qui dispose d'un revêtement qui fait un peu croco. Grrrr ! Les pneus sculptés Pirelli Scorpion Rally STR impressionnent tout autant, à l'instar des garde-boue métalliques, de l'ensemble de suspensions Fast Ace, des poignées ProGrip ou de la qualité de la peinture mat. Bref c'est une petite bécane qui respire la qualité, dommage seulement que sa dénomination soit stickée sur les caches latéraux et la partie centrale du réservoir, alors que les initiales de la marque s'exposent sur un joli logo chromé.

Joker des villes ! 

On est bien installé sur l'As de Pique, avec la sensation d'être sur une machine fine et légère dès le premier posé de fesses sur son assise à la base échancrée. Cette caractéristique nous rappelle franchement celle d'un modèle des seventies, d'autant plus que le guidon est large et droit, que la posture est tout aussi droite avec les bras écartés et que l'on a la sensation d'être placé en hauteur. Mais finalement pas trop, puisque cette selle culmine à 790 mm du sol, de quoi offrir de très bons appuis à tout le monde. Au niveau des petons, les repose-pieds sont placés dans le prolongement de la jonction selle/réservoir, ni trop en arrière ni trop en avant. Look scrambler certes, mais c'est bien évidemment à la ville que cette 125 se destine. Et sur ce terrain elle ne manque pas d'arguments, à commencer par sa prise en main très naturelle. Il faut dire qu'elle est légère, fine et plutôt courte pour se faufiler dans le trafic. Faites toutefois attention à la largeur de son guidon placé à hauteur des rétroviseurs, tout comme au grip des ses gros gommards sur les pavés mouillés ou les surfaces glissantes. Ici on apprécie aussi son rayon de braquage des plus courts, une aide précieuse au moment de la garer ou d'évoluer dans les zones encombrées.

Du fun pour la route 

Comme le Supermotard 125 SM, l'Ace Of Spades dispose d'un moteur extrapolé du monocylindre 124,7 cm3 Husqvarna 4T à refroidissement liquide, un bloc double arbre chapeauté par une culasse à quatre soupapes. Preuve de son origine, Bialbero est indiqué en rouge sur son carter gauche. Ce moteur s'apprécie pour son couple disponible à mi-régimes, avec une plage d'utilisation pleine d'agréments entre 3500 et 6500/7000 tr/min, sa zone de confort. Il rupte à 11 000 tours, mais rien ne sert de tirer dedans. Nous avons apprécié sa réactivité, une arme en zone urbaine, moins son allonge qui la pénalise sur les voies rapides. Pour autant on parvient tout de même à plafonner à 115 km/h compteur sur le plat, 120 km/h au rupteur à la faveur d'une descente. Sa sonorité grave est très agréable et sa consommation établie à 3 l/100 km raisonnable. L'Ace Of Spades est rigolote dès que l'on sort de la cité et que l'on se retrouve sur des petites routes sinueuses. Malgré ses pneus sculptés, le grip est convaincant et la partie cycle sérieuse ravira l'amateur de sportivité. Pas de mauvaises surprises à son guidon, d'autant plus qu'elle est franchement agile compte tenu de sa géométrie et de son faible poids. Sa tenue de route est sereine, toutefois sur les axes rapides elle s'avère moins enthousiasmante, car sa motorisation s'essouffle dans les tours. On évitera du coup les longs transferts, d'autant plus que la protection est réduite à sa plus simple expression. On évitera également les montées interminables.

Scrambler dans l'âme ! 

L'Ace propose un très bon système de freinage, progressif et puissant sur l'avant, accessible, mordant et parfaitement dosable à l'arrière. Il est combiné avant/arrière à la pédale, avec une bonne répartition 2/3 - 1/3. Toutefois pour une moto de son rang, nous aurions préféré disposer d'un ABS, système qui nous semble indispensable sur une machine à presque 4000 €, qui de surcroît s'adresse en premier lieu à des permis B/A1, soit des usagers pas forcément expérimentés. Côtés pneumatiques, les Pirelli aux belles sculptures ne nous ont pas déçus sur les surfaces sèches. Hauts et ronds, ils confèrent une certaine progressivité dans les enchainements, mais sur surfaces mouillées ils deviennent moins rassurants. Sur surfaces meubles maintenant, ils sont en revanche très bien nés, pour ceux qui souhaiteraient crapahuter gentiment dans la pampa, nous louons donc leur polyvalence. Certes, avec 130 mm de débattement à l'avant et seulement 109 mm à l'arrière elle n'aurait pas pu s'inscrire à la Gilles Lalay Classic, néanmoins dans les chemins sans grosse difficulté nous avons apprécié la position debout sur les repose-pieds, dans la mesure où son guidon large est bien positionné et que son réservoir passe bien entre les jambes. Ici aussi elle est fun !  

Avis de la rédaction sur SWM 125 Ace of Spades
16/20
En débarquant sur le segment des motos de caractère 125 cm3 avec cette Ace Of Spades, également disponible en gris et selle marron sous la dénomination Outlaw Gran Milano, SWM semble maintenant disposer de deux nouvelles cordes à son arc pour (enfin !) se faire connaître. Moins atypiques que la famille des 440 de 30 chevaux (finalement limitées pour les A2), ces nouvelles permis B/A1 de 15 équidés sont en effet bien nées car accessibles, bien équipées et plutôt valorisantes. Fun à piloter et même polyvalentes, ces citadines devraient plaire à une clientèle que nous imaginons plus mûre que celle qui est aujourd'hui attirée par les Yamaha MT-125 et autres Duke 125, ténors du marché. Comme la FB Mondial 125, encore une fois, ou la Honda CB125R. Dommage maintenant que l'ABS ne soit pas (encore !) disponible sur cette gamme "garage" SWM, qu'il faut prononcer « swooom » comme à la grande époque de la marque. Oui mais voilà, le tarif de 3 990 € explique certainement cela !
Look - fabricationEquipementsPosition de conduiteInstrumentationPrise en mainFreinageAutonomie
Hauts régimesGrip des pneus sur le mouillé
Les chiffresPrix3 990 €Puissance11 kW0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur12/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.