Honda PCX 125 2021
Essai
11 septembre 2021
Sym Jet X 125
Essai
28 août 2021
BMW S 1000 R 2021
Essai
07 août 2021
Yamaha XSR125
Essai
31 juillet 2021
Nipponia Volty
Essai
24 juillet 2021
Suzuki SV 650 Euro 5 2021
Essai
17 juillet 2021
Piaggio MP3 400 HPE
Essai
10 juillet 2021
Zontes 125 Urban
Essai
26 juin 2021
NIU MQi GT
Essai
12 juin 2021
Aprilia Tuono 660
Essai
05 juin 2021

Suzuki SV 650 Euro 5 2021

Les photos de l'essai

, publié le 17 juillet

Un V-Twin à 90 degrés, un cadre en treillis, un phare rond et un look épuré. N’est-ce pas là l’essence du roadster ? Suzuki parle de retour aux sources, mais finalement, ils ne l’ont jamais quitté la source. Ils ont juste fait évoluer leur SV650 par petites touches depuis 1999. Vingt-deux ans ans plus tard, voilà le roadster adapté à la modernité absolue : la norme Euro5. Mais est-elle toujours la référence pour les débutants face à une concurrence énervée de gosses motos bridées A2 ?

Pour cette mouture 2021, niveau look rien ne change sur la SV, si ce n'est trois nouveaux coloris! Mais, car il faut toujours un mais, ne prêtez pas trop attention aux détails : gros clignotants en plastiques, passages de câbles approximatifs, durites énormes pour un radiateur qui semble avoir été piqué sur une Citroën AX parce qu'ils n'en avaient plus à l'usine... Au passage, peut-être qu'un éclairage leds plus moderne et surtout plus efficace aurait pu faire du bien à la SV650 sans trahir son esprit. Pas très haute, une selle à 785 mm, une taille fine. La position est naturelle, pas trop appuyée en avant, le dos et le buste plutot relevés et droits. Le guidon est tout petit, c'est mignon comme un scooter. Et facile à prendre en main comme un scooter ! Dans l'esprit de la continuité, Suzuki n'a rien changé à la planche de bord numérique. Toujours pas de TFT mais vous ne sauriez quoi en faire de toute façon. C'est presque intemporel finalement, un héritage de son époque comme l'est un compte-tours à aiguille qui peut se permettre après des années de non-évolution, de cultiver la nostalgie de notre jeunesse perdue. N'empêche, elle est lisible, et distille toute les informations nécessaires sans trop en rajouter et sans vous distraire. Sans "ride by wire" et donc sans modes de conduites, pas besoin d'avoir un écran plus sophistiqué. Côté confort, si vous roulez sur un rythme de sénateur, la suspension absorbera la plupart des aspérités de la route. Mais si vous êtes d'humeur joueuse, vous allez avoir des sensations car l'ensemble est finalement assez mou sur un rythme soutenu. Avec un freinage appuyé, l'avant plonge, quant à l'arrière, il aime se dandiner sur les irrégularités de la route à haute vitesse. Le mal de mer va vite vous faire lever le pied. Pas si mal finalement, si l'on est débutant et que l'on veut calmer certaines ardeurs.

Le caractère parfait pour les débutant(e)s

La principale attraction de cette SV c’est son moteur V-Twin à 90 degrés. Un « moulin » increvable qui a gentiment évolué depuis 1999. Certes, depuis le temps il a perdu son carburateur et a été régulièrement modernisé pour être désormais homologué Euro5, norme qui a fait du mal au caractère de beaucoup de vieux moteurs qui ont voulu s’adapter. Sur la SV650, le moteur s’est un peu assagi mais au passage il a perdu aussi pas mal de vibrations parasites, donnant un moteur plus doux et plus agréable au quotidien. On gagne en souplesse à bas régime, ce qui en fait un moteur facile, tolérant pour les rapports ratés ou les oublis de débutant. Plutôt motivé et volontaire dès qu’on entre dans les mi-régimes (entre 4 et 6 000 tours/min), il aime prendre de la vitesse avec enthousiasme. Il atteint sa plage de régime maximum vers 7 500 tr/min sans que l’on se sente étranglé par le bridage à 47,5ch. Pour autant, la SV n’est pas une machine à faire des Wheeling comme ses concurrentes, elle est moins nerveuse et plus facile à appréhender pour des apprentis motards (et motardes) encore en quête de repères. Côté partie cycle, la SV650 se comporte bien malgré son poids (197 kg soit 13 kg de plus qu’une MT-07) et son architecture un peu « old school ». Le châssis est suffisamment rigide pour rendre la moto saine avec un comportement prévisible en virage. Le train avant possède un bon feeling, il se place sans forcer et s’avère plutôt réactif. Une boîte 6 vitesses très facile, les rapports n'accrochent pas, tout est bien en place. L'embrayage est tout aussi doux, le point de patinage se trouve facilement, heureusement car le levier n'est pas réglable. Et pour stopper cet équipage un peu lourd, Suzuki a récemment musclé son freinage. Double-disque Tokico 4 pistons. Des équipements qualitatifs qui permettent d'avoir plus de mordant, tout en restant très progressif. Il faudra tout de même miser sur l'anticipation. Du côté des assistances, pas d'antipatinage mais à 47,5 ch vous allez vous en sortir sans faire de « burn » systématique au feu rouge. Les freins disposent d'un ABS efficace sans être invasif.

À la ville comme à la route !

Cette SV est un vélo à conduire en ville ! Elle est facile dans le trafic et se fait presque oublier. Petit gabarit, petit guidon, moteur doux et tolérant sur les 2 500tr/min, boite de vitesses qui n'accroche pas. Rien à redire, de la facilité au quotidien comme Suzuki sait si bien le faire. Parlons de l'autoroute. Vous êtes sur un roadster donc vous en prenez « plein la gueule » côté vent. Le V-twin bridé ne démérite pas et parvient à passer sans encombre les vitesses légales pour atteindre des limites largement déconseillées. La moto ne parait pas en souffrance, elle reste stable même à haute vitesse. Sur la route, la SV se révèle encore une fois instinctive à conduire. Placer votre regard, la moto suit. Une règle simple de pilotage que la SV vous permet d'appliquer sans réfléchir à votre position ou votre déhanchement. Sur les petites routes de Chevreuse elle s'est montrée seine et rassurante, on va chercher l'angle peu à peu en lui faisant confiance. Seules les suspensions un peu molles calmerons vos ardeurs sportives. Une moto qu'il faut apprendre à connaître, notamment à cause de l'inertie liée à son poids. Elle s'adressera aux pilotes les plus calmes, plutôt qu'aux enragés du guidon qui trouverons leur bonheur ailleurs, sur des saucisses douteuses en roue arrière.

Avis de la rédaction sur Suzuki SV 650 Euro 5 2021
13.6/20
Chez Suzuki ils avaient 20 ans d’avance ! A force de ne pas suivre la tendance, la SV650 est revenue dans le coup en devenant une sorte de néo-classique. Des roadsters au look épuré du début des années 2000, elle est la dernière des Mohicans ! Une moto pour apprendre à l’ancienne, pour se donner des bonnes habitudes sans tout de suite compter sur une débauche d’électronique. Elle fera de vous un meilleur motard, et restera à jamais votre premier bicylindre en V dont le roucoulement vous donnera des souvenirs émus une fois la passerelle en poche... et la GSX-S 1000 acquise !
Comportement facileMoteur v-twinIndémodableMoto agréable en toutes circonstances
Certains détails un peu mochesSuspensions mollesFeeling des pneus
Les chiffresPrix6 949 €Puissance56 (73 chevaux) kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look12/20Prix16/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.