Ray Motors 7.7
Essai
24 septembre 2022
Motron Nomad
Essai
17 septembre 2022
Suzuki Katana 2022
Essai
11 septembre 2022
Piaggio MP3 530 HPE Exclusive
Essai
03 septembre 2022
Benelli Leoncino 800
Essai
20 août 2022
NIU MQi GT Evo
Essai
13 août 2022
Triumph Tiger 1200 2022
Essai
08 août 2022
Keeway Superlight 125 Euro5
Essai
30 juillet 2022
CFMOTO 800 MT Sport
Essai
23 juillet 2022
Kymco CV3
Essai
16 juillet 2022
BMW K 1600 GT 2017
Essai
09 juillet 2022
Ovaobike MCR-S
Essai
02 juillet 2022

Suzuki Katana 2022

Les photos de l'essai

, publié le 11 septembre

En 2019, nous étions partis à l'assaut des routes japonaises pour découvrir cet ovni qu'est la Suzuki Katana. Il était important pour le constructeur de nous mettre dans une ambiance nippone car oui, pour ce roadster tout est une question d'ambiance. La firme d'Hamamatsu comptait raviver la flamme de tous les nostalgiques des motos assumant leur identité de roadster asiatique, mais l'étincelle a du mal à prendre encore aujourd'hui et les chiffres font un peu grise mine. Mais il en faut plus que ça pour décourager Suz', ils ont donc décidé d'apporter quelques évolutions en 2022. Alors est-ce que ces dernières suffiront à aiguiser le roadster ?

Fan des années 80 ! 

Elle a vraiment un look atypique qui l'a démarque des autres roadsters. L'édition 2022 se différencie essentiellement pour son nouveau coloris bleu nuit et sa nouvelle peinture de jantes. Selon nous, ça n'enlève rien à son identité de moto venue tout droit du japon des années 80. Pas de gros changements non plus sur le plan de l'ergonomie. Une Katana c'est une moto hybride. Non pas pour le moteur ! Pour la position ! On est à la croisée des deux mondes : à cheval entre la sportive et le roadster. C'est au niveau du guidon bien cintré qu'on ressent que Suzuki a roadsterisé sa base de GSX-R 1000 de 2005. Pour ce qui est des jambes, l'emplacement des reposes-pieds est resté en accord avec son origine de sportive : bien reculés et légèrement surélevés, mais rien d'inconfortable. On se sent assez à l'aise sur la selle. Elle épouse correctement le fessier et puis elle n'est pas perchée trop haut. Côté suspensions, la Katana conserve une fourche et un amortisseur Kayaba. Ces éléments offrent un certain compromis entre sportivité et confort routier. Globalement la Katana est équipée de suspensions assez fermes qui lui permettent de bénéficier d’une certaine rigueur sur les parties dynamiques mais qui ne sont pas non plus inconfortables au quotidien. On ressent les aspérités de la route mais on ne les subit pas pour autant.

ADN sportif jusque dans le moteur !

Son moteur, c'est finalement l'élément le plus rétro de cette moto. Il est toujours issu des GSX-R 1000 2005 sauf qu'en 2022, il est passé Euro5. Et lorsqu'on tourne la poignée de gaz de cette Katana, on a finalement l'impression d'être encore en 2005. On retrouve le caractère creux d'une sportive voire même d'une moto de piste. Pourquoi ? Parce que c'est haut dans les tours qu'elle s'exprime sans filtre cette Katana. Passé les 7 000 trs/min, la moto s'affole et le compteur grimpe très vite. Et surtout ça gueule dans tous les sens ! Si vous avez l'ouïe sensible ça peut vous gêner passé un certain moment. Concernant la transmission, la Katana fait honneur à son ADN de sportive là aussi puisqu’on a 6 rapports qui tirent long et un shifter up and down. On découvre également une panoplie de nouvelles fonctionnalités électroniques embarquées, avec notemment un TCS dorénavant paramétrable sur 5 positions et 3 modes de conduites. Côté partie cycle, Suzuki prouve avec sa Katana qu'on a pas besoin d'avoir un freinage d'américain pour freiner comme un bûcheron. Et c'est d'autant plus appréciable que le feeling est agréable au levier, précis et dosable. On aurait certes pas autant de mordant que sur une cousine sportive mais ça suffit amplement à stopper les 150 ch de la machine. Les Sportmax Roadsport 2 possède un joli profil qui renforce la crédibilité des aptitudes sportives de cette Katana. Mais à son bord, on a eu la sensation d’avoir eu à faire des pneus pratiquement racing. En effet, ces derniers demanderont un petit temps de chauffe avant de pouvoir remettre gaz comme il se doit.

A l'aise sur tous les axes ?

Le moteur et l'ergonomie font que cette Katana est aiguisée pour l'arsouille. Vous pourrez bien entendu aborder de la départementale en mode pépère, ça va de soi. En revanche, cette Suz' n'aime pas la demi-mesure, à rythme modéré, elle est assez physique à piloter. Le train avant a souvent tendance à engager et à la longue ça peut vite devenir fatiguant. Attention en ville où vous allez vite vous faire surprendre par le rayon de braquage ! Il s'avère être plus que limité. On vous a prévenu : cette Suzuki est un Gex déshabillé ! La Katana pourrait très bien se prêter au jeu des grands axes. Elle possède un moteur qui en est tout à fait capable, elle n'est pas si inconfortable mais par contre, son réservoir c'est la "kata". Malgré une consommation moyenne relativement honnête de 6,7 l / 100 km, dépasser les 200 km avec les 12 litres de carburant alloué par la moto sera un vrai défi ! Pour varier les plaisirs, on a aimé s'imaginer au guidon de la Katana durant une session de piste. Elle serait complètement dans son élément aux abords des vibreurs avec son moteur rageur dans les tours et sa partie cycle rigoureuse. En plus, elle ne serait vraiment pas ridicule sur les phases de rétrogradages grâce à ce fameux nouveau shifter à la descente et son freinage précis, mais également grâce à son nouvel embrayage à glissement limité qui évite le dribbling de la roue arrière.

Avis de la rédaction sur Suzuki Katana 2022
13.6/20
On note que les évolutions que Suzuki a apporté à sa Katana changent quelque peu sa machine mais ne la transforme pas non plus. Le nouveau package électronique qui lui a été greffé permet à la Katana d’être un petit peu plus en phase avec son époque. De plus, le fait que Suz’ ait fait passer ce modèle en Euro5 montre que le constructeur voit un avenir pour cette moto. Mais ce roadster revival reste une moto à l’ancienne malgré ces progrès technologiques. Son esthétique et son moteur prouve que ce modèle est réservé à une utilisation purement loisir. On achète une Katana pour son design ou parce que c’est tout simplement l’essence même d’un youngtimer. Et cela sur tous les plans. Pour se la procurer justement, il faudra débourser la somme de 14 199 €. C’est un tarif assez élevé si on le compare à ses concurrentes les plus directes que sont les Kawasaki Z900 RS à 12 649 € ou encore la Honda CB 1000 R à 13 349 €. Elle est certes bien plus sportive que ces deux dernières mais la CB par exemple, reste plus aboutie techniquement et moins difficile à emmener. Mais la Kawa comme la Honda, possèdent toutes les deux des réservoirs plus gros qui offrent une autonomie bien plus importante que la Katana, son plus gros point faible en 2022.
Vraie moto néoMoteur rageur dans les toursFreinage précisLook atypique
Vraie moto rétroTrain avant qui engageAutonomie limitéeRayon de braquage
Les chiffresPrix14 299 €Puissance111 kW à 11000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix8/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.