TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018
Cyclone Z2 125
Essai
04 août 2018
Yamaha Tracer 900 GT 2018
Essai
28 juillet 2018
Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018
Honda CB1000R 2018
Essai
23 juin 2018
Masai Grey Stone 125
Essai
16 juin 2018
CFMoto CForce 850
Essai
09 juin 2018
Husqvarna Svartpilen 401
Essai
02 juin 2018
Kymco X-Town 300
Essai
26 mai 2018
Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018

Suzuki GSX-S 1000 F

Les photos de l'essai

publié le 30 janvier

La Suzuki GSX-S 1000 F est la déclinaison sportive du roadster GSX-S : c'est en ces termes que Suzuki présente sa dernière création. La famille GSX est donc maintenant complète. Sous la radicale GSX-R, on trouve désormais tout ce que la moto compte de déclinaisons possibles en fonction de l'usage que l'on souhaite en faire. De l'accessible et polyvalente GSX 650 F à la sportive GSX-R750 en passant par la routière GSX 1250 F. Pour nous permettre de juger des aptitudes sportives de la GSX-S1000F, nous nous sommes rendus en "terre promise", sur un tracé mythique. Nous lui avons fait parcourir les 60 km et 264 virages du Tourist Trophy de l'Ile de Man. Plusieurs fois.

Un roadster sportif mais confortable

En selle, la position est très naturelle. Le dos très droit et les mains très écartées par le guidon Fatbar de Renthal dont elle est équipée. les pieds sont légèrement en arrière mais avec ses cale-pieds placés bas, les jambes ne sont pas trop repliées. L'arcade de la selle est fine. On a une bonne mobilité d'avant en arrière et on pose facilement les pieds au sol. Contrairement à nombre de roadsters, la GSX-S1000F est confortable. La selle très moelleuse est une véritable alliée sur les longs trajet. Une fois le nez sous la bulle, la protection offerte par le carénage est bonne. En revanche, la béquille latérale est un peu trop cachée entre le cale-pied et le sélecteur de vitesse. On cherche un peu. Et puis, il y a l'absence de poignées passager qui devra se satisfaire d'une sangle peu pratique entre les jambes.

En virée sur lIle de Man

Sur la première partie du circuit du Tourist Trophy, assez bosselées, elle s'est révélée particulièrement confortable. Même si on l'aurait préférée moins souple et rebondissante tout de même. Mais c'est juste une histoire de réglage. Sur long ruban bien lisse qui serpente autour de la montagne de l'Ile de Man, c'est autre chose, même si ce n'est pas si c'est quand même assez difficile de rouler à bloc sur une deux voies sans regarder le compteur à l'approche des voiture, ou de piler à la vue d'une voiture de Police alors qu'ici c'est no limit, et qu'en dehors des villes, rien ne vous empêche de tester la Vmax en toute quiétude. Enfin, rien hormis les virages qui s'enchaînent de plus en plus vite, les murets de pierre et ravins qui ont tendance à bien calmer les ardeurs quand meme. Sans parler de la conduite à gauche qui ne pose pas de problème en mode balade mais qui devient nettement plus technique passé 200 km/h. Il n'y a rien à faire, le camion qui déboule en face sur la voie de droite, ça refroidit. Pas de quoi nous empêcher de découvrir deux ou trois choses très importantes concernant cette GSX-S1000F. 

Une moteur tonique 

D'abord son moteur héritée directement de la GSX-R1000 est un régal. Il monte dans les tours dans une sonorité particulièrement enthousiasmante et n'en finit pas de pousser jusqu'au rupteur, à 11 500 tours. Enfin, le freinage est dantesque mais assez dosable. En revanche, le train avant s'allège beaucoup à mesure que la vitesse augmente. Un amortisseur de direction ne serait pas du luxe. Par contre dans le sinueux, elle est diablement efficace. Assez facile. Elle est agile et tonique. Vraiment bien.

Une moto intuitive

Une fois tout les réglages effectués, l'écartement du levier de frein, les rétroviseurs type automobile, la précharge et la détente des amortisseurs et de la fourche, le traction control, on découvre alors une moto particulièrement intuitive. Facile à inscrire en courbe et volontaire dès les bas régime, on peut rouler sur un filet de gaz en enroulant tranquillement les virages. En ville en revanche, son angle de braquage réduit peut obliger à faire quelques manoeuvres, pour se garer notamment, mais la largeur du guidon rend la direction très légère à basse vitesse sans pour autant pénaliser la GSX-S1000F lorsque l'on souhaite se faufiler entre les voitures, pour se soustraire d'un bouchon par exemple.

Avis de la rédaction sur Suzuki GSX-S 1000 F
16/20
Glen Helen, Sulby Bridge, Gooseneck, Bungalow, Creg-ny-Baa, le nom de ces virages de légende que nous avons parcourus au rythme endiablé du quatre-cylindres de la nouvelle Suzuki GSX-S1000F résonnent encore dans nos têtes. Mais n'allez pas croire que le fait d'être aller l'essayer dans ces contrées légendaires nous a ôté tout sens critique. La Suzuki GSX-S1000F est une moto qui échappe aux codes "Manga" que tentent d'imposer de nombreux constructeurs. Elle n'est pas exubérante d'un point de vue design. C'est au sein de son cadre que se niche sa personnalité rageuse. Et elle a du caractère à revendre. Mais sa position de conduite très droite et son guidon fatbar en font plus un roadster caréné qu'une véritable sportive ou même une sport-GT. C'est d'autant moins grave que la polyvalence est à la mode. Un bon point, la différence de prix n'est pas exagérée entre la version naked ABS (12 499 €) et la F ABS (13 099 €), à peine 600 €, et elle est nettement plus originale.
Moteur très expressifConfortPosition de conduiteDesign à contre-courant
Train avant léger à haute vitesseProtection perfectible
Les chiffresPrix12 599 €Puissance78/107 kW à 10000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU