Kymco Visar
Essai
14 avril 2018
Yamaha MT-07 2018
Essai
07 avril 2018
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
24 mars 2018
SWM Superdual T
Essai
17 mars 2018
Sym Jet 14 125 LC
Essai
10 mars 2018
Royal Enfield Himalayan
Essai
24 février 2018
Orcal NK01
Essai
17 février 2018
Yamaha X-Max 400  ABS-TCS 2018
Essai
03 février 2018
SWM Gran Turismo 440 2018
Essai
27 janvier 2018
Kawasaki Z900 RS
Essai
20 janvier 2018

Suzuki Burgman 400 2017

Suzuki Burgman 400 2017

Les photos de l'essai

publié le 9 décembre

Voilà 20 ans, Suzuki osait sortir le Burgman 400, le premier maxiscooter qui deviendra la référence dans cette cylindrée. Ce nouveau millésime, revu en profondeur, marque une nouvelle étape comme ce fut le cas en 2006.

Le Suzuki affiche des lignes plus anguleuses et affinées avec un regard full leds et des clignotants intégrés. Du reste le Burgman a sérieusement perdu de son embonpoint arrière et parait plus petit. Sur la balance, le Suzuki 400 a perdu 7 kg et on ne lui en voudra pas, car le poids c'est ennemi pour agir. La bulle est plus petite et fine, affichant une signature plus sportive.

Position revue

Avec une selle plus haute de 20 mm et un buste redressé sur l'avant, place à une position plus classique, mais rationnelle. On est bien et en plus, le Burgman a conservé la possibilité pour les plus petits d'avoir les deux pieds au sol grâce à une selle effilée sur l'avant et des échancrures disposées dans le plancher. La selle comporte un dosseret pilote réglable en longueur. Le plancher permet d'étendre les jambes ou de les plier comme c'est la règle sur les scooters GT. Le passager n'est pas oublié avec une selle qui remonte sur l'arrière faisant office de dosseret. Les poignées sont longues et bien placées.

Plus confortable

La protection est un peu en retrait du fait d'une largeur réduite. En revanche, bonne progression du confort avec l'amortisseur arrière situé horizontalement sous le moteur, comme sur un Tmax. Il travaille donc mieux que des suspensions traditionnelles, sans nuire au comportement.

Moteur plus rempli

Le monocylindre 4 temps de 399 cm3 évolue pour répondre à Euro4, mais aussi pour offrir plus de couple à bas et moyens régimes. Et même si la puissance perd 1 kW au maxi, les performances au démarrage et en reprises sont plus pertinentes. En vitesse de pointe, le Suzuki prend 140 km/h réels et rapidement. Bonus avec une consommation en baisse à 4,1 l/100 km en parcours mixte et conduite sport. On aurait peut-être aimé avoir un traction control à ce niveau de prix, bien utile sur le pavé mouillé avec son couple généreux en bas...

Plus pratique

Simple et complet. Il n'y a pas de fioritures dans l'instrumentation et cela date quelque peu. On trouve un compteur et un compte-tours à aiguille avec une fenêtre numérique au centre et quelques voyants comme l'alerte gel, l'eco ou la révision. Au guidon, coupe-contact, appel de phare et warning s'ajoutent à la base obligatoire. A côté du contacteur- avec son volet anti-effraction cher à Suzuki, se trouve le frein de parking manuel et de part et d'autre un rangement fermé, dont celui de droite contient une prise 12 volts. La selle s'ouvre depuis le contacteur et on logera un casque intégral plus un jet dans son coffre.

Facile comme un 125 en ville

La première surprise vient de l'agilité et de la facilité de ce scooter. On ne dirait vraiment pas un 400 de plus de 200 kg, tant il se montre aussi alerte qu'un 125. Le Suzuki est assez étroit et se faufile partout, même dans les pires embouteillages. Il braque très bien, fait demi-tour dans un espace réduit et il n'y a qu'à la poignée de gaz que l'on sent que l'on est sur un 400 !

Avec sa roue avant qui est passée en 15 pouces, le Burgman 400 se montre d'une stabilité étonnante même dans les grandes courbes avalées à vitesses proscrites... Le Burgman est hyper sain et rassurant. Le moteur réactif répond parfaitement aux sollicitations, sans vibrations ni à-coups. Les zones dégradées de la chaussée ne viennent pas perturber la trajectoire et la garde au sol se montre suffisante.

Sur autoroute, le Suzuki se montre toujours aussi sain à fond. A 130 km/h, la protection est légère, avec pas mal de remous qui remontent vers le buste.

Plus cher

A l'issue de cet essai, on ne peut que constater l'excellente évolution du Burgman 400 qui propose une polyvalence inconnue dans la cylindrée. Agile et facile en ville, stable et précis sur route et véloce sur autoroute, le tout dans une robe moderne alliant sport et élégance : ce serait carton plein avec une instrumentation et des équipements plus modernes.

Avis de la rédaction sur Suzuki Burgman 400 2017
16/20
A l'issue de cet essai, on ne peut que constater l'excellente évolution du Burgman 400 qui propose une polyvalence inconnue sur un 400. Agile et facile en ville, stable et précis sur route et véloce sur autoroute.Tout cela dans une robe moderne alliant sport et élégance. Il accepte donc tous les types de conduite sans rechigner et sans pousser à la consommation avec son moteur plein à tous les régimes. Il n'y a pas de faute et ce serait carton plein si pour ce tarif une instrumentation et des équipements plus modernes ne manquaient pas. Mais Suzuki n'a pas voulu ou pu aller plus loin. La refonte de ce modèle emblématique de la marque japonaise laisse un petit goût d'inachevé. Certes, il est fabriqué à 100 % au Japon, mais à ce prix (1000 € de plus qu'un Xmax 400), il faut l'essayer pour se convaincre que l'on fait le meilleur choix.
Ligne sport éléganteErgonomie pilote et passagerAgilité en villeStabilité sur routeMoteur plein
ProtectionTarifInstrumentation basiquePas de traction control
Les chiffresPrix7 999 €Puissance23 kW à 6300 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look20/20Prix8/20Equipements12/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.