Ray Motors 7.7
Essai
24 septembre 2022
Motron Nomad
Essai
17 septembre 2022
Suzuki Katana 2022
Essai
11 septembre 2022
Piaggio MP3 530 HPE Exclusive
Essai
03 septembre 2022
Benelli Leoncino 800
Essai
20 août 2022
NIU MQi GT Evo
Essai
13 août 2022
Triumph Tiger 1200 2022
Essai
08 août 2022
Keeway Superlight 125 Euro5
Essai
30 juillet 2022
CFMOTO 800 MT Sport
Essai
23 juillet 2022
Kymco CV3
Essai
16 juillet 2022
BMW K 1600 GT 2017
Essai
09 juillet 2022
Ovaobike MCR-S
Essai
02 juillet 2022

Pursang E-Track

Les photos de l'essai
Pursang E-Track
20

, publié le 5 mars

Moto rare et exclusive d’origine espagnole, la moto E-Track remet au goût du jour le style off-road des sixties façon Bultaco. Première mouture de la marque Pursang, cette électrique au carénage carbone est une délicieuse série limitée…pour le moment !

Si nos traditionnels constructeurs restent encore timides en matière d'électriques, chaque jour (ou presque) nous voyons apparaitre de nouvelles marques sur ce segment. Avec une belle percée des productions d'origine asiatique sur les petites cylindrées, logique car ces engins répondent à des besoins de mobilité en adéquation avec les législations locales et que de l'autre côté de la planète ils sont énormément employés. On découvre également quelques belles initiatives, des productions très premium encore plus élitistes, à l'instar de la marque Puresang, espagnole, qui comme Silence s'est installée dans la « Silicon Valley Catalane », la région de Barcelone extrêmement friande en nouvelles technologies et très orientée électrique. Pursang vous dit quelque chose ? Ah, c'est que vous avez connu la belle époque du tout-terrain, entre la fin des années 60's et le milieu des années 80's, car ce modèle existait dans la gamme Bultaco. Nostalgique, c'est de là que Jim Palau-Ribes puise son inspiration pour créer sa propre marque de moto qu'il nomme Puresang donc, avec un premier modèle en édition limitée : l'E-Track, qui s'installe sur le segment permis B/A1 avec sa puissance maximale de 11 kW.

Belle présentation 

Cette Special Fonder's Edition produite à seulement 24 exemplaires est une moto longue et basse, plutôt épurée, qui se distingue pour ses belles jantes à rayons et ses gros pneus sculptés. La teinte noire mat, le contraste offert par sa selle marron, le long bras oscillant en aluminium, ses feux full leds...elle se déguste dans les détails. On aime son esprit flat track, ses carénages latéraux « porte-numéros », les écopes, la forme de son (faux) réservoir et ce carbone laminé. De toute beauté ! Très premium tout ça, d'autant plus que la qualité de ses matériaux est bien réelle, à l'instar des assemblages, de la visserie... Moins fans du support de plaque déporté sur l'axe de roue, mais sincèrement enjoué par cette présentation pour la moins aguicheuse, nous enfourchons maintenant la belle pour un premier galop d'essai Puresang. La hauteur de selle de 815 mm est accessible à tous car l'assise est fine à l'entrejambe. Les gambettes sont vraiment bien disposées, pas complètement à l'équerre, on a vraiment les repose-pieds à l'aplomb de la base de la selle. Nous apprécions le placement des cuisses contre le réservoir, lovées sous les petits renflements. Et puis on bénéficie d'une position de conduite avec le buste vraiment droit, car le guidon est certes bien large, mais il est ramené vers le pilote, qui du coup n'a pas à basculer le haut de son corps. C'est assez reposant.

Sonore ! 

Son groupe moto-propulseur signé Bosch est doté d'un moteur de 11 kW en puissance maximale associé à un pack batterie de 48V et 7,2 kWh, réparti en 3 modules de 2,4 kWh. On commence par les points positifs : les sensations à l'accélération. Pour cela il faut se caler sur le mode de conduite le plus démonstratif, Boost, car sur Cruise puis Go, les deux autres modes de conduite, cette réactivité à l'ouverture s'amenuise. La consistance des reprises jusqu'à 80 km/h et la connexion à la poignée s'apprécient également. En pointe Pursang annonce 120 km/h compteur, vitesse que nous n'avons pas atteint lors de ce premier essai : nous avons bloqué à 115 km/h. Aucun à-coup n'est à déplorer, côté droit la transmission primaire par courroie en sortie de moteur et côté gauche la finale par chaine (très cross !) sont parfaitement réalisées. Concernant les points négatifs maintenant, on relèvera tout d'abord le bruit de ce moteur Bosch, de plus en plus prononcé au fur et à mesure que nous prenons de la vitesse, et déjà dérangeant en milieu urbain. Bon au moins on se fait entendre, ce qui est rarement le cas avec les électriques. Quant à la vigueur au démarrage, si elle comblera la plupart des utilisateurs, ceux qui ont déjà essayé une Zero Motorcycles du même segment - la FXE 7.2 par exemple - seront déçus ! Plus brutales, si on le désire, les américaines qui catapultent possèdent un caractère plus sportif.

Plus qu'une citadine 

Le composé lithium-ion des batteries (d'une durée de vie de 3000 cycles ) assurerait une autonomie de 140 km sur le mode de conduite GO, 115 km en Cruise et 80 km sur le mode supérieur Boost d'après Pursang. Nos deux journées de test nous ont permis d'effectuer deux mesures en usage mixé des différentes cartographies, avec une première journée plus sportive où nous avons beaucoup évolué sur Boost et Cruise, et constaté que nous bénéficions de 70 km d'autonomie. En étant un peu plus doux le second jour, l'autonomie grimpa à 90 km sur les routes de la région parisienne, par une température ambiante de 6°C. Promesse de l'électrique qui se répète aujourd'hui, avec toujours cette « inflation » par rapport à la donnée constructeur ! Pursang ne fait donc pas mieux que la concurrence, néanmoins dans la norme cette autonomie permet d'envisager plus que des déplacements au centre de la cité.Le chargeur est intégré à la moto, comme le pack batterie il est donc inamovible. On recharge bel et bien en 6 heures pour faire le plein. Pursang indique 70 % de charge au bout de 3 heures.

Filet de watts !

En dynamique, on sent bel et bien que l'on est assis sur une moto longue, avec l'impression que la roue avant est loin devant et que la fourche est bien ouverte. Pourtant son empattement de 1437 mm est dans la norme, mais il faut bien admettre que l'on se retrouve quand même pas mal sur l'arrière. C'est particulier, toutefois cela ne pose pas de difficulté particulière, l'E-Track est bien posée sur le bitume. En outre on bénéficie d'un très bon rayon de braquage et ses 147 kg ne se font pas du tout ressentir. Quant à la très bonne gestion du « filet de watt » et le bon équilibre de la moto, ils permettent d'effectuer des demi-tours sans poser pied à terre. Sur les petites routes à virages, avec ses grandes roues de 18 pouces, chaussées de pneus hauts (80 mm), l'effet gyroscopique ne la rend pas très vive, toutefois l'E-Track progressive n'est pas figée pour autant. Quelle rigueur, la partie cycle est sérieuse, de quoi rassurer dans les courbes rapides, d'autant plus que l'on corrige facilement ses trajectoires. Les suspensions confèrent une bonne tenue, la moto s'avère stable et elle demeure bien en ligne sur les phases de freinages appuyés. Sans ABS, une autre particularité se fait remarquer au niveau du freinage : il est couplé sur le frein avant, au levier droit donc. Du coup, malgré la puissance proposée par l'étrier radial 4 pistons (signé J-Juan) coiffant le disque de 320 mm, impossible de planter l'avant avec cette répartition 70% avant / 30% arrière. 

Avis de la rédaction sur Pursang E-Track
15.2/20
La Pursang E-Track est une belle bécane, très valorisante avec sa fabrication et ses matériaux haut de gamme, son style offroad également. Bien singulier dans la jungle urbaine, le commuter espagnol stylé ravira l’esthète en mal de démarcation, qui prendra facilement sa dose de sensations électrisantes également. Mais comme les Zero, elle n’est pas donnée cette première édition, une vitrine de 24 exemplaires vendus 13 700 € (avant déduction du bonus de 900 €), qui sera suivie par une deuxième production de 24 autres exemplaires en 2022. Distribuées par Pure Rider à Paris. Une fois que la machine sera lancée nous espérons que Pursang déclinera son modèle en mettant le carbone de côté, afin de proposer un tarif plus accessible. L’E-Track sera alors mieux placée, car dans l’état son rapport prix/prestation n’est pas vraiment à son avantage. L’originalité, l’exclusivité d’une petite série et le « Crafted in Barcelona » ont un coût !
LookFabricationCarbone laminéFreinagePosition de conduitePartie cycle
Motorisation bruyanteTarif élitisteConfort fermeDuo
Les chiffresPrix13 700 €Puissance11 kW0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur12/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.