Kymco Visar
Essai
14 avril 2018
Yamaha MT-07 2018
Essai
07 avril 2018
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
24 mars 2018
SWM Superdual T
Essai
17 mars 2018
Sym Jet 14 125 LC
Essai
10 mars 2018
Royal Enfield Himalayan
Essai
24 février 2018
Orcal NK01
Essai
17 février 2018
Yamaha X-Max 400  ABS-TCS 2018
Essai
03 février 2018
SWM Gran Turismo 440 2018
Essai
27 janvier 2018
Kawasaki Z900 RS
Essai
20 janvier 2018

Peugeot Scooters Citystar 125 Euro4 PowerMotion

Peugeot Scooters Citystar 125 Euro4 PowerMotion

Les photos de l'essai

publié le 31 mars

Avec cette version ABS doublée du freinage couplé, le Peugeot Citystar 125 monte en gamme, et en tarif ! De quoi satisfaire les amateurs de scooters plus qu'urbains mais pas tout à fait GT ? Essai !

Pour 2017, Peugeot Scooters offrait au Citystar 125 le freinage ABS en plus du couplage avant-arrière SBC. Cette nouvelle version haut de gamme du GT compact du Lion conserve bien sûr le moteur 15 ch du Satelis, rebaptisé Power Motion pour Euro4.

Entre urbain et GT

Propre et sans bavures, la finition n'a rien de vraiment premium non plus. La trappe pour accéder au bouchon de réservoir et la porte de la boîte à gants (sans serrure) ne brillent pas par leur commodité ni par leur aspect très qualitatif. Notez le nouveau et joli feu arrière à leds, et un tableau de bord aux graphismes revus, avec apparition d'un compte-tours analogique. La selle est accessible, et peu large, les petits ne sont pas gênés, ni les grands d'ailleurs qui ont suffisamment de place pour les genoux. La position est plutôt dynamique, avec un guidon peu élevé, mais reste naturelle. Le passager est bien loti, monte facilement sur son assise, et apprécie poignée bien placée et larges repose-pieds. Les infos essentielles sont au complet, mais plutôt qu'un compte-tours, nous aurions davantage apprécié plus de précisions sur la consommation. Horloge et température extérieure avec témoin de gel sont bien présents. Aucun chichi aux commandes, avec feux de détresse tout de même. Et les clignotants sont sonores, très sonores.

Le coffre est de bonne contenance, un intégral y entre, plus un tout petit demi-jet à l'avant. Dommage que le fond soit biscornu. Il dispose d'une loupiote qui n'éclaire pas grand chose, et la selle n'a pas de vérin de retenue, ce qui peut énerver. Le plancher plat est pratique mais aurait pu être plus large entre tablier et pied de selle. Autre source d'agacement : la béquille latérale est particulièrement difficile à trouver avec le bout de pied ou de talon. Elle n'a pas de coupe-circuit, on peut donc démarrer si elle est déployée, mais une sécurité empêche le moteur d'accélérer. On est certes plus exposé que sur un gros GT, mais mieux protégé que sur un urbain pur jus. On peut resserrer pieds et jambes derrière le tablier grâce au plancher plat. 

Moteur vaillant, ABS bien fait

Euro4 a fait perdre 0,4 kW au mono 4 soupapes à refroidissement liquide issu du Satelis (14,4 ch au lieu de 15). L'embrayage est un peu paresseux au démarrage, il ne faut pas hésiter à y aller sur la poignée, par la suite l'accélération est constante et consistante, jusqu'à 90 km/h, puis se tasse un peu pour atteindre doucement 110 compteur, puis 120 en légère descente. ABS Nissin et SBC sont bien réglés, moins de retour dans les leviers que ce que l'on a pu connaître sur les Satelis ou Metropolis. L'ABS n'est pas très sensible, mais se manifeste assez brutalement. L'efficacité au seul levier gauche est au rendez-vous, on peut se passer la plupart du temps du levier droit. L'un comme l'autre sont bien fermes, ce n'est pas désagréable mais il faut mettre un peu de poigne. 

Le Citystar s'en sort parfaitement en ville, avec un bon rayon de braquage, et ses rétros ne gênent pas particulièrement. Les jantes de 13 pouces offrent à la fois équilibre et vivacité. Un peu plus de réactivité au démarrage et une transmission plus directe seraient bienvenues pour jouer les anguilles. On trouve aussi sa sonorité un peu trop présente par rapport à d'autres moteurs modernes. On peut sans problème emprunter voies rapides à 90 km/h, moteur comme partie cycle y sont très sereins. Au-delà, il tiendra sans problème ses 110 km/h, mais on percevra là la limite de sa partie cycle (stabilité relative des jantes 13 pouces à haute vitesse) et de ses performances moteur (pas de possibilité de reprises franches).

Tarif un peu élevé

A mi chemin entre urbain et GT, bien équipé et polyvalent, le Citystar 125 ABS/SBC n'a pas vraiment de concurrent. Son tarif de 3749 € le place juste au-dessus d'un Kymco X-town 125, vrai GT mais qui n'a que le freinage couplé, tandis que son grand frère chez Peugeot, le Satelis, est proposé à 3999 €. Du coup, le tarif du Citystar paraît un peu élevé... Pour ceux qui veulent un Citystar plus éco, le premier prix SmartMotion à freinage couplé commence à 2999 €...

Avis de la rédaction sur Peugeot Scooters Citystar 125 Euro4 PowerMotion
16/20
A mi chemin entre urbain et GT, bien équipé et polyvalent, le Citystar 125 ABS/SBC n'a pas vraiment de concurrent. Son tarif de 3749 € le place juste au-dessus d'un Kymco X-town 125, vrai GT mais qui n'a que le freinage couplé, tandis que son grand frère chez Peugeot, le Satelis, est proposé à 3999 €. Du coup, le tarif du Citystar paraît un peu élevé, et celui du Satelis tout à fait attractif, même si il est vrai qu'il n'a pas évolué depuis 2012... Pour ceux qui veulent un Citystar plus éco, le premier prix en version Air à freinage couplé commence à 2999 €...
Mi-urbainMi-GTPolyvalentMoteur linéaireFreinage consistantCapacité d'emportProtection correcte
Quelques éléments de finitionMoteur au démarrageTarif
Les chiffresPrix3 749 €Puissance10,6 kW à 9000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look16/20Prix12/20Equipements20/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.