Moto Guzzi V100 Mandello
Essai
03 décembre 2022
Yamaha XSR 900
Essai
26 novembre 2022
Zero Motorcycles DSR X
Essai
19 novembre 2022
Zontes 125 GK
Essai
07 novembre 2022
Orcal Ecooter E5-R
Essai
29 octobre 2022
Ducati DesertX
Essai
22 octobre 2022
Zontes 310 M
Essai
15 octobre 2022
Fantic Caballero Explorer 500
Essai
08 octobre 2022
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
01 octobre 2022
Ray Motors 7.7
Essai
24 septembre 2022
Motron Nomad
Essai
17 septembre 2022
Suzuki Katana 2022
Essai
11 septembre 2022

Ovaobike MCR-S

Les photos de l'essai
Ovaobike MCR-S
20

, publié le 2 juillet

Elle nous fait de l’œil avec sa selle monoplace et son style de roadster sportif affuté : on essaye aujourd’hui l’Ovaobike MCR-S, la plus grande de la toute nouvelle famille Ovaobike fraichement débarquée. Mais aussi la plus premium… alors, une bonne option pour laisser sa 125 thermique au garage ?

C'est indéniable, l'électrique va remplacer le parc thermique au fur et à mesure... Pour étoffer l'offre, la marque taïwanaise Ovaobike propose une gamme de trois motos, les Mini City Racers (d'ou MCR), qui délivrent une puissance nominale de 11 kW, équivalent 125 cm3 thermique accessibles aux permis B. Comme leur nom l'indique, elles se destinent à la ville, mais pour voir ce qu'elles avaient comme jus, nous sommes allés un peu en dehors de leur terrain de jeu préféré.

Séduisant ce Mini City Racer ? 

La moto est plaisante à regarder, avec une ligne résolument sportive, des jantes massives, une fourche inversée de 35 mm, mais surtout, des finitions sont impeccables. L'élégante signature lumineuse et le design des ouïes ou aérations participent aussi à ce look premium. Les matériaux utilisés sont maîtrisés, même si certaines textures plastiques sont un peu trop brillantes à notre goût. La fabrication fait pourtant intervenir des matériaux nobles, fonte d'acier et acier composent le cadre et le bras oscillant. Question ergonomie, les 1m80 de l'essayeur ne sont pas vraiment adaptés à l'engin. On est dans une position sportive, moins roadster que sur ses deux petites sœurs, mais c'est le style de cette version S : selle solo, guidon plus plat, réservoir plus bombé. Pourtant, avec une hauteur de selle à 800 mm, il est très aisé de poser les pieds bien à plat au sol. Question confort, la fourche inversée est non réglable mais l'amortisseur arrière l'est entièrement. Lors des freinages appuyés, on est bien retenu et on garde le contrôle sur le train avant. On a pu sentir la fermeté du système sur les petites routes de campagne, mais elles permettent une bonne tenue de route, notamment une fois sur l’angle. En ville, cette Ovaobike peut se faufiler facilement. Malgré une direction plutôt engageante, les roues de 14 pouces permettent à ce MCR-S d’être agile et maniable. La marche arrière sera un plus tout comme le coffre, d'une capacité de 16,6 litres qui permet aussi de recharger son téléphone grâce à deux prises USBA et USBC.

Moteur plutôt "City" ou "Racer" ? 

Ce moteur à refroidissement liquide atteint une puissance maximale de 22 kW en crète (soit 29,5 ch). Trop peu me direz-vous ? C'est sans compter que les 46 Nm du moteur deviennent 361 Nm à la roue arrière : on décolle vraiment dès les premiers mètres. Contrairement à certains équivalents 125, on peut faire le 0 à 126 km/h d'une traite, puis activer le mode Turbo dont on sent bien la reprise et qui nous emmène jusqu'à 148 km/h. Au pied gauche, on trouve un sélecteur de frein moteur. Il s'actionne uniquement vers le bas et permet de basculer entre quatre modes : roue libre, 11, 22, 33. Le mystère entoure encore la raison de la nomenclature de ces modes, mais on sent une petite différence de retenue. J'ai préféré rouler en mode 33 pour être retenu par le moteur lors des décélérations. Malgré tout, ce frein moteur reste discret, absolument pas comparable à celui d'un CE-04, mais il aidera à préserver l'autonomie de votre batterie. La transmission est assurée par un système de deux courroies. Cette architecture permet une constance dans la traction indépendamment du revêtement sur lequel on roule, ce qui participe à l'agrément général du véhicule. Côté batteries, on retrouve des cellules japonaises de chez Samsung. Chaque bloc de 4,8 kWh permet donc une capacité totale de 9,6 kWh. Ce modèle se recharge directement depuis une prise secteur grâce à un simple câble. Sur prise domestique, il faut 5h30 pour charger de 20 à 80%. Pour la tranquillité d'esprit, on fera une centaine de kilomètres par jour si on se charge sur secteur la nuit.

Une qualité premium !

Cette moto taïwanaise nous offre du premium à tous les étages, et c'est aussi le cas au niveau du freinage qui est assuré par Brembo. Le maître-cylindre radial donne une remarquable efficacité au frein avant, y compris quand on est pris par surprise. Le ressenti est bon, progressif et bien dosable. Si l’on devait parfaire, on aurait aimé un tout petit peu plus de mordant, mais on chipote. À l'arrière en revanche, la pédale actionne un système combiné CBS. Bien qu'également efficace et bien équilibrée, la pédale se révèle dure à actionner. Ayant testé sur des surfaces moins adhérentes comme des graviers, on perçoit que l'arrière a tendance à se bloquer en premier. Et c'est là le vrai manquement à propos du freinage : l'absence d'ABS. Pas de traction control, pas d'ABS. Un point positif tout de même : si vous faites un freinage d'urgence, l'ordinateur de bord déclenchera les feux de détresse, à l'arrière au moins. Sur route, il faut forcément passer en mode Sport pour avoir quelques sensations au guidon et on pourra même tenter d’aller sur les autoroutes allemandes pour atteindre 148 km/h en mode Turbo. Ce roadster reste très sportif dans sa position de conduite et est capable de prendre un peu d’angle et de nous offrir des reprises vives. La direction est en revanche assez engageante et on sent tout de même une lourdeur alors même que l’engin ne fait que 184 kg. Un angle de chasse trop fermé peut-être ?  En tout cas, une fois posé dans une courbe un peu plus longue, on pourra sentir la stabilité en résultant.

Avis de la rédaction sur Ovaobike MCR-S
12/20
Cette Ovaobike MCR-S est une belle machine, assurément bien finie et sérieuse dans ses équipements. Agile et vive, elle devra forcément se cantonner à la ville ou aux trajets périurbains car son autonomie est trop limitée. Son côté sportif la place dans un segment un peu hybride, tout comme l’entrée de gamme Ovaobike MCS-H, vendue 9 990 € (bonus écologique déduit). Entre les équivalents 125 beaucoup moins puissants et les équivalents grosses cylindrées de chez Zero, cette MCR-S est vendue 14 990 € (bonus écologique déduit). C’est assurément cher au vu de l’autonomie, mais c’est aussi plus de deux mille euros de moins que le modèle Zero le plus abordable… ce MCR-S peut se révéler un bon compromis.
Moteur joueurFreinage efficaceCoffre pratiqueAgile et maniable
Prix trop élevéDirection engageanteSuspensions fermesBruit des clignotants
Les chiffresPrix14 €Puissance22 kW kW0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look12/20Prix4/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.