Super Soco CPx
Essai
09 avril 2021
Yamaha MT-07 2021
Essai
03 avril 2021
Triumph Trident 660
Essai
27 mars 2021
Zontes 125 U Roadster
Essai
13 mars 2021
BMW R NineT Pure A2 2021
Essai
06 mars 2021
Honda Forza 750
Essai
27 février 2021
Energica Eva EsseEsse9 Plus
Essai
20 février 2021
Orcal SK01
Essai
13 février 2021
Aprilia RS 660
Essai
06 février 2021
Sym Fiddle IV 125 LC
Essai
30 janvier 2021
Bullit V-Bob 250
Essai
23 janvier 2021
Ducati Multistrada V4 S
Essai
16 janvier 2021
Silence S02 LS
Essai
09 janvier 2021

Orcal V28

Les photos de l'essai
Orcal V28
20
Diaporama

publié le 5 décembre

Un trois-roues inclinable sur le segment des petites cylindrées ? Électrique en plus ? Voilà une bonne idée : c'est l'Orcal V28 équivalent 50 cm3 thermique avec lequel son importateur, la DIP, espère bien ouvrir une nouvelle voie. A tort ou à raison ? Voici ce que nous en pensons !

Un vent nouveau souffle sur Orcal. Pour la marque française qui fait fabriquer en Chine, il se caractérise par des produits qui s'éloignent des gammes néo-classiques permis B/A1 instaurées par l'Astor 125. Depuis deux ans en effet Dip Import a lancé la famille des scooters électriques E-Orcal avec les Ecooter E1 et E2. Cette gamme « branchée » s'étoffe aujourd'hui avec un engin pour le moins original : le V28, un équivalent 50 cm3 de 2 kW qui comme son nom ne l'indique pas (...) est un trois-roues inclinable accessible dès 14 ans (permis AM en poche of course !). Passé l'interrogation quant à son appellation type menu de restaurant asiatique, nous nous retrouvons devant une machine aux codes visuels inédits. Malgré quelques soudures approximatives sur la grosse section du bas, son train avant au châssis alu apparent est tout de même assez joli. Les parallélogrammes inférieur et supérieur respirent la qualité, à l'instar de l'amortisseur central et longitudinal. Reste que le capotage avant masquant la colonne de direction est aussi fin que celui qui équipe les engins transportant les retraités américains dans les immenses centres commerciaux de la Côte ouest... Derrière, le V28 se la joue plus classique avec des formes proches de celles des scooters 50 cm3. En tut cs il est auassi accessibles quer ces engins, car placée à 747 mm du sol la selle au ras des pâquerettes assure une accessibilité universelle. Et comme on dispose d'un très large plancher plat et que la partie avant est tellement fine que les genoux pourraient l'encercler, on est hyper bien installé sur ce V28, même lorsque l'on est grand ! La protection est moindre en revanche, mais à 50 km/h en pointe c'est une donnée que l'on peut mettre de côté. Enfin, la selle est très moelleuse et l'amortisseur arrière fait preuve d'une grande progressivité : le V28 est donc ergonomique et confortable.  

Sécurisant, mais attention à la largeur de voie !

Aussi sympa en sensations de roulage que les nombreux deux-roues 50 cm3 thermiques du marché, le V28 est indiscutablement plus stable que ces derniers. Il est également silencieux, ce qui est appréciable pour le pilote, et également pour le voisinage ! Mais revenons sur cette stabilité accrue : c'est tout l'interêt du système de suspension avant MLS, avec une imposante largeur de voie. Elle est en effet de 610 mm, ce qui est quasiment 15 cm de plus que les acteurs majeurs du segment 3 roues de grosse cylindrée, MP3 et autres Metropolis. Alors que les roues du V28 sont petites, on se sent pourtant très bien posé sur la chaussée, sans vraiment perdre en vivacité sur les changements d'angle, ce qui à nos yeux est remarquable. Le V28 est donc une machine très agile, voire un peu trop d'ailleurs car lancé à 50 km/h il vaut mieux rester léger sur sa direction. Nous avons apprécié sa maniabilité, toutefois la largeur conséquente du train avant impose quand même une certaine retenue à l'heure de remonter les files de voitures stoppées aux feux. Ça passe quand même, mais habitué au gabarit des autres trois-roues du marché, on hésite et on surveille constamment les deux roues avant. Un coup à prendre, très certainement ! Aucune difficulté à signaler à l'heure d'empoigner la direction. Le guidon droit propose en effet des commandes simples. Le commodo gauche est classique, en revanche son homologue droit est plus spécifique avec un bouton pour les modes (R pour marche arrière, L pour le mode Eco et H pour le mode normal), un autre pour l'activation du boost « Sport » et un dernier, central, pour l'activation des feux de détresse. Le compteur numérique est particulièrement visible. Il indique la vitesse et le mode de conduite sélectionné. Il renseigne également sur le niveau de charge de la batterie et propose un partiel, qui malheureusement se remet à zéro après extinction coupure du contact.

Les petits moulins, in, in, les petits moulins...    

Le petit moteur électriques de 2 kW (= 2,7 ch.) est quand même bien utile et sympathique en ville, en plus d'être éligibles au bonus national de 720 € ! D'autant plus sur ce trois-roues de poche avec sa roue moteur en aluminium de type brushless à l'arrière, qui assure un montée progressive et sans relâche jusqu'à 50 km/h compteur. Et même un peu plus en descente ! Le démarrage est toutefois doux, sauf si on se cale sur le mode Sport où il devient bien plus vigoureux, on ressent alors plus instantanément son couple de 33 Nm. Sinon, on peut rouler en mode de conduite Low, un mode éco qui bloque la vitesse maximale à une trentaine de km/h et qui appauvrit franchement l'accélération. On privilégiera donc le mode High, intermédiaire avant le Sport qui assure des performances acceptables tout en préservant la batterie. Celle-ci propose une autonomie que nous avons trouvé très acceptable ! En effet lors de notre journée d'essai à Marseille, nous avons effectué 66 km avant d'attaquer la dernière bûchette de la jauge indiquée sur l'écran. En mode High et en mode Sport en plus, très peu en Low, et même en duo ! Ce qui permet de valider l'annonce du constructeur : 80 km en usage mixte. Ce pack Lithium-Ion de 72V et 40 Ah, soit 2,9 kWh, n'est malheureusement pas amovible. Il faut donc brancher le chargeur (qui entre sous la selle) directement au scooter et trouver une prise très proche, le raccordement est court ! On recharge 80 % en 4h, comptez 6 heures pour faire le plein de watts. Notez que l'indicateur de réserve au compteur est du genre joueur : si nous avons effectué à peu près 45 bornes avant d'attaquer la seconde moitié de la jauge, les dernières barres sont par la suite tombées très rapidement.

Pratique, c'est fantastique ! 

En plus de sa stabilité, un trois-roues est également sécurisant pour son freinage. En effet avec ses trois points d'appuis et ses trois disques de frein, la capacité de ralentissement de ce V28, par ailleurs léger (105 kg), est redoutable. Pas d'ABS ici (c'est un équivalent 50 cm3 ), mais système couplé CBS assez efficace. Nous avons effectué notre test sur routes sèches et n'avons pas eu à nous plaindre du grip des petits pneumatiques 12 pouces de la marque Timsun. A noter enfin la présence d'un frein de parking sur les roues avant. Le blocage de l'inclinaison permet alors à l'engin un stationnement sans béquille. Au registre des apects pratiques on relevera également le  large plancher plat et l'accroche-sac qui rendent bien des services, car sous la selle vous ne pourrez ranger guère plus que le chargeur. Mentionnons maintenant la marche arrière, pratique si l'on est garé en pente. On ne s'en sert toutefois pas beaucoup, dans le mesure où l'on dispose de très bons appuis au sol et que l'engin est léger. La dotation comprend également un démarrage sans clé, avec alarme, les feux de détresse et des valves coudées. 

Avis de la rédaction sur Orcal V28
16/20
Un trois-roues électrique inclinable et équivalent 50 cm3 était déjà passé entre nos mains fin 2018. Il s'agissant du Doohan iTank DB45 qui lui aussi nous avait intéressés. Mais le V28 d'Orcal pousse le concept un peu plus loin, avec ses qualités mais aussi ses quelques défauts. Il est en effet plus puissant, plus pratique et plus stable, grâce à la largeur de son train avant. Toutefois cette bonne largeur limite quelque peu ses aptitudes à se déjouer du trafic, dans la mesure où l'on passe moins facilement entre les voitures arrêtées. De plus, il ne possède pas l'équipement phare des « gros » trois-roues, le fameux « tilting system » qui permet de bloquer l'inclinaison du train avant au feu, cela dit on s'en passe largement, appréciant la compacité, l'agilité et la légèreté encore jamais vue sur un véhicule à trois-roues. Le V28 est stable et sécurisant, ce qui rassurera les parents, reste à voir maintenant si son look séduira autant ceux à qui il se destine, garçons ou filles. Quoi qu'il en soit côté tarif, il devrait ravir ceux qui l'achètent, car une fois le bonus de 720 € déduit, car c'est un électrique de 2 kW, il est affiché à 2870 €. Le prix d'un 50 thermique basique d'origine japonaise !
Facilité de prise en mainsStabilitéVivacitéQualité du freinageAutonomiePlancher platPrix après bonus !
Batterie non amovibleSensation de largeur à l'heure de remonter les filesLook pas assez fun ?
Les chiffresPrix3 590 €Puissance2 kW0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look12/20Prix20/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.