Orcal Cavaro 4T
Essai
16 novembre 2019
Harley-Davidson Low Rider S 114
Essai
09 novembre 2019
KTM 790 Adventure
Essai
04 novembre 2019
CFMoto MT 650
Essai
26 octobre 2019
Bmw C 400 GT
Essai
12 octobre 2019
Indian FTR 1200
Essai
05 octobre 2019
Mondial Pagani 125
Essai
28 septembre 2019
Benelli 502 C
Essai
21 septembre 2019
Harley-Davidson Livewire
Essai
07 septembre 2019

Orcal Sirio

Les photos de l'essai
Orcal Sirio
20
Diaporama

publié le 1 décembre

Avec sa teinte Bleu Gordini et noire, ses pneus sculptés, sa grille de phare, ses suspensions et sa selle spécifiques, la Sirio à l'essai aujourd'hui annonce d'emblée la couleur ! Look plus dynamique que celui de l'Astor 125 dont elle est dérivée, cette néo-rétro d'inspiration scrambler est encore plus tendance que la classique. 

On appréciait le look classique étincelant de l'Astor. Maintenant on adore la plastique de la Sirio ! Une moto sur laquelle le chrome des garde-boues, des jantes rayonnées et l'aspect grisounet de la mécanique sont passés à la teinte noire. Quant au réservoir, il se pare d'un bleu irréprochable sur notre machine d'essai (également disponible en blanc !), une teinte que l'on retrouve également au niveau des caches latéraux. Bavette avant en métal et raccourcie, pattes de phare en aluminium moulé, roue avant de 18 pouces et pneus sculptés, la Sirio plus haute que l'Astor (grâce à ses suspensions revues) fait le sans faute en statique. Et comme avec son ainée, la qualité de fabrication prête difficilement le flanc à la critique. LE pilote se retrouve plus en hauteur que sur l'Astor, mais que les petits gabarits se rassurent, tout le monde dispose de bons appuis et les grandes jambes (telles celles de votre serviteur de 1,83m) lovent sans la moindre difficulté les flancs creusés du réservoir. Puis, c'est au niveau du guidon que l'on trouve du changement, avec un accessoire alu plus large, toutefois ses poignées sont toujours aussi relevées. Du coup adopter une posture buste droit est aisé et l'on ne ressent aucune difficulté à maitriser la direction.

Sympa ce moulin ! 

Quasiment 10 chevaux et autant de NM de couple, côté performances le mono à air de la Sirio (à l'instar de celui de l'Astor) ne fait pas vraiment mieux que les autres « productions exotiques ». Du moins sur le papier ! Car guidon en mains on ne ressent pas la même chose qu'ailleurs : on perçoit en effet beaucoup de qualité dans ce moteur, étonnement rond compte tenu de sa cylindrée. Dénué de vibrations, ou alors très haut dans les tours (entre 8 et 9000 au rupteur), il propose un bon agrément sur les mi-régimes, alors que son allonge n'est pas exceptionnelle, comme sa sonorité est assez basique. On notera au passage une vitesse maximale établie à 110 km/h compteur sur le plat et des besoins en carburant raisonnables, mesurés à 3,06 l/100 km sur cet essai. Sachant que le réservoir affiche 16 litre de contenance, cela laisse de la marque avant de refaire le plein. Autre chose sympathique : il se réveil électriquement, au contacteur, ou à l'ancienne grâce à son kick. En zone urbaine, on passe rapidement la 3 pour tout faire sur ce rapport. On profite dès lors de la présence du couple, et pour se sortir des difficultés ou s'émanciper du trafic, l'agilité de cette petite 125 des plus légères sera un atout. Les manœuvres à basse vitesse ou moteur éteint ne présentent guère de difficulté, d'autant plus que la Sirio braque très bien. Merci aux deux béquilles pour la stationner n'importe où.

Pas la reine des autoroutes, mais polyvalente 

Avec son bras oscillant rallongé, cette Sirio est bien posée sur le bitume. Du coup malgré sa roue avant de 18 pouces, sa tenue de route est rassurante. Cette stabilité en ligne se ressent tout autant en courbe où nous lui trouvons une certaine rigueur et encore une très bonne vivacité à passer rapidement d'un virage à l'autre. Elle est courte. Quant aux suspensions, de bonne facture, celles-ci filtrent remarquablement les petites irrégularités, en revanche sur les grosses elles demeurent perfectibles. Certes, une Sirio ne se mène pas comme une sportive, néanmoins nous sommes heureux d'y trouver une très bonne garde au sol. Et avec sa vitesse maxi limitée, autant que sa protection, le réseau secondaire sera bien évidemment à privilégier aux longues et longilignes surfaces goudronnées. Avec ses soufflets de protection, sa grille de phare, ses pneus à petits crampons, le débattement accru des suspensions, la roue avant de 18 pouces...la Sirio invite à s'aventurer hors des sentiers battus. Ce n'est pas une enduro, bien entendu, toutefois elle est effectivement bien taillée pour le tout-chemin, pour peu que celui-ci ne soit pas trop accidenté, ses suspensions sont limitées. Là, elle se guide avec autant de facilité que sur la route. Dans ce contexte naturel, dommage seulement qu'elle ne soit pas équipée d'un sabot moteur et d'un pot en passage haut. Enfin, nous apprécions son freinage rassurant.

Avis de la rédaction sur Orcal Sirio
16.8/20
Le scrambler Sirio souffle un vent nouveau sur la gamme Orcal 2018, et le segment de la 125 d'origine chinoise tout autant ! Si nous avions déjà apprécié la NK01 (2 495 €) demi-soeur de l'Astor, pour la qualité de ses suspensions, entre autres, cette Sirio en filiation directe avec l'usine Senke Motor nous a davantage séduit. N'oublions pas le caractère de son moteur aussi, très sérieux, ainsi que la nouvelle position de conduite, plus appropriée aux grands. Qualité de la peinture (sept couches !) et du vernis, boulonnerie inox de belle facture, pièces en alu...c'est une moto permis B valorisante et amusante qu'Orcal à finalement bien placé côté tarif : elle est facturée 2 585 €, seulement 90 € de plus que l'Astor 2018 (2 495 €). Préparez-vous à en voir beaucoup !
Qualité de fabricationQualité moteurPosition de conduitePolyvalenceRapport qualité/prix
Leviers "mains de singe »Commande d'embrayage un peu dureAllonge moteur
Les chiffresPrix2 585 €Puissance7,1 kW à 8000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.